AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Balai neuf balaie bien [Nouvelles Sélections de l'équipe de Serpentard]

Joy HighlandsSans emploiavatar
Messages : 623

Voir le profil de l'utilisateur


Dernière édition par Joy Highlands le Sam 19 Jan 2013 - 22:56, édité 2 fois
[Au vu de mon manque d'inspiration, je suis ouverte à toute suggestion de titre moins nul que celui-ci (en même temps ça ne devrait pas être bien difficile), excepté les Spice Girls et Girl Power, n'est-ce pas Irving.]


Samedi 13 Janvier 2007


Après s'être assise à la table de sa maison, Joy frotta ses yeux rouges et bouffis auréolés de cernes violacés. Elle n'avait pas dormi de la nuit, et ça se voyait. Elle n'avait cessé de ressasser les recommandations de Margot Adamson, appréhendant plus que jamais l'heure des sélections. Elle était persuadée d'être plus tendue que les candidats même. Tout d'abord, parce qu'elle n'était pas au sommet de sa forme : jambes en coton, crâne lourd et paupières lourdes – conséquences de son insomnie. Puis des questions la tarabustaient inlassablement : et si il n'y avait personne ? Et si elle ne savait pas choisir entre deux candidats ? Et si le terrain était pris ? Joy se morigéna : elle avait réservé le terrain. Tout était prévu. Alors pourquoi avait-elle le ventre noué et une grosse boule dans la gorge ?

Bien que n'ayant ni faim ni soif, elle se forçait à ingurgiter un verre de jus de citrouille quand Paige vint s'assoir en face d'elle. Joy leva un visage chiffonné vers son amie en articulant :

« Bonjour. »

« Tu ressembles à un pékinois, » constata Paige en souriant.

« Merci, » répondit Joy, désabusée.

Un quart d'heure plus tard, elle était dehors, l'estomac vide et contracté, en direction du local à balais. Elle révisait son texte en boucle dans son esprit. *Bonjour chers postulants...* Trop guindé. *Salut la compagnie ! Je suis Joy, votre nouvelle capitaine !* Trop familier. Devait-elle faire une ou deux blagues pour détendre l'atmosphère ? Mais elle était bien incapable de faire de l'humour. Devait-elle directement faire preuve d'autorité ? Non, la dictature verte et argent était terminée. Serait-elle obligée de se tenir à distance de ses futurs coéquipiers au cas où, maladroite qu'elle était, elle provoquerait un accident diplomatique ? Si elle trébuchait en se rattrapant au pantalon de Davies ou frappait la tête de McGowan avec le manche de son balai, qu'est-ce qu'on penserait d'elle ?

Vis pour toi, Joy, pas pour les autres.

Les mots de Juliet lui remettaient encore les pieds sur terre et c'est l'esprit plus tranquille qu'elle alla chercher sa monture. C'était un balai neuf, le dernier sorti, acheté chez Nimbus. L'héritier de l'entreprise était justement de la même année que Joy, à Poufsouffle si elle se souvenait bien. Elle y songeait tout en caressant le manche verni, presque déçue qu'il soit aussi lisse. Son vieux Brossdur lui manquerait. Mais voler avec ce balai sophistiqué était une opportunité à saisir ; ce serait clairement un avantage par rapport à ceux dont les parents n'avaient pas les moyens de leur offrir un balai comme celui-ci. Lorsque Joy l'avait découvert le matin de Noël, tout seul au milieu du grand salon du Manoir Highlands, elle n'en avait pas cru ses yeux. C'était assurément un cadeau de son père, ce qui était aussi inespéré qu'inattendu de sa part. Elle n'avait pas pu le remercier ni lui demander d'explications sur ce revirement soudain, parce qu'elle avait passé les vacances seule en compagnie des elfes de maison. Cinoque, le vieil elfe-majordome aussi hideux que rusé, avait révélé à Joy en échange d'un carré de chocolat que son père lui avait ordonné de cacher ce balai jusqu'à Noël.

« Tu as une sale tête, cousine, » se moqua une voix sortie du néant.

Sursautant, Joy se retourna pour découvrir la présence de son cousin Burt. Blasée, elle répondit au troisième année :

« Merci. »

« Bonne chance, Joy ! » sifflota-t-il en s'éloignant, main dans les poches.

Parfois, Joy avait des envies d'étrangler son cousin et sa nonchalance. En général, elle le supportait, même s'ils s'étaient éloignés à Poudlard, depuis le jour où il avait demandé à ses parents : « Est-ce qu'on peut se marier avec sa cousine ? »... Elle l'oublia rapidement en se dirigeant vers le stade de Quidditch. Il y avait pas mal de monde dans le parc, ce matin. C'était curieux ; elle avait remarqué que depuis la montée des adeptes de l'ovalie, le Quidditch était quelque peu délaissé par un nombre relativement important de supporters. Ce qui était intolérable. Comment ne pouvait-on pas aimer le Quidditch ? Étant joueuse, l'objectivité de l'étouffait pas, mais elle avait l'impression d'être un fantôme au milieu de l'indifférence des élèves de cette école. Elle captait bien un ou deux regards furtif qui lui donnaient l'impression d'être une héroïne prête à se sacrifier pour les autres. Ce qui n'était pas tout à fait vrai.

Joy leva les yeux vers le ciel : quelques rayons de soleil faiblards filtraient à travers des nuages légers, poussés par un petit vent. Un temps – presque – parfait. Soudain, une jeune fille surgit sur le sentier qui menait au stade, et au vu de la quantité de fard à paupière qui lui encadrait les yeux tel un panda toxicomane, Joy identifia rapidement Kelly Murdoch. Celle-ci s'écria avant que Joy n'ait pu trouver un échappatoire :

"Eh keupine, t'as vu ta tronche ? T'as bu ou quoi ?"

Cette fois-ci, Joy s'abstint de répondre un « merci » ironique. Qu'est-ce qu'ils avaient tous à enfoncer le clou, ce matin ?

Joy avait oublié le moment où elle avait arrêté d'être gentille avec Kelly. C'était peut-être en deuxième année, quand elle avait renoncé à faire rentrer dans la tête de sa camarade de dortoir l'art de faire ses lacets.

La poursuiveuse fit un grand sourire hypocrite à Kelly et passa son chemin, l'air d'être plongée dans ses pensées, et ce jusqu'à entrer sur le terrain. En réalité, elle priait : *Ne me suis pas, non les sélections ce n'est pas aujourd'hui, ne me suis pas, non les sélections ce n'est pas aujourd'hui...* Joy passa rapidement aux vestiaires, puis refusant de se soumettre plus longtemps à l'odeur aigre de la transpiration, elle sortit à l'air libre. Elle se fit une queue de cheval, enfila ses gants de cuir et alla s'asseoir sur le côté du terrain encore vide. Sa première intention avait été d'arriver deux heures en avance, mais Paige l'en avait dissuadée, en soulignant qu'elle était une grande malade. La fille Warlock n'avait peut-être pas tort.

Joy constata avec plaisir qu'on ne lui avait pas posé un lapin. Pas qu'elle doutât qu'il y ait des intéressés – de nombreux Serpentard voulaient tenter leur chance –, mais elle avait eu assez peur que personne ne se pointe aux sélections. Elle ne s'en serait pas remise. Un petit attroupement se formait quand elle prit une grande inspiration pour saluer les – futurs joueurs ? – nouveaux arrivants. Elle n'allait pas être une capitaine drôle, ni une capitaine sévère. Elle allait être elle-même, tout simplement. Avant de prendre la parole, elle eut une petite pensée pour Swann, car c'était un peu grâce à cette dernière qu'elle était désormais capitaine (et aussi grâce à O'Connor, Joy intercéderait en sa faveur pour qu'il rejoigne l'équipe des pompom girls de Serpentard).

« Bonjour tout le monde ! Comme vous le savez sûrement, je suis Joy Highlands, votre nouvelle capitaine de Q... »

*...Karaté sur gazon !*

La phrase de Joy fut coupée par une frayeur subite : celle de voire Kelly au milieu de ce groupe. Elle ne voulait plus jamais cette fille dans son équipe, aussi se mit elle à chercher la jeune femme blonde au milieu des têtes, contournant une des filles Prewett, en appelant :

« Kelly ? »

Honteuse des regards stupéfiés tournés vers elle, elle continua néanmoins son inspection, même si elle passait sans doute pour une schizophrène.

« Kelly ! » rappela-t-elle dans un unique objectif : ne pas recevoir de réponse.

Une fois assurée que le cauchemar du Quidditch n'était pas dans les parages, elle se retourna vers les candidats et leur sourit, rouge de honte. Elle faisait tellement peu sérieuse. Quel cauchemar : le professeur Adamson aurait honte d'elle.

« Euh... commença-t-elle, désemparée. Qui postulerait pour le poste de batteur ? Si cela ne dérange personne, nous commenceront pas leur entrainement. »

*Bien que pour certains, ce soit seulement une formalité...* termina Joy mentalement en jetant un regard voulu impassible à Lauren McGowan.

Si McGowan avait été une mauvaise batteuse, Joy n'aurait jamais envisagé de la prendre dans l'équipe, même si elle se faisait tabasser. Au risque de se faire broyer les os, elle tenterait de rester impartiale. Or, le problème ne se posait pas, car bien qu'étant une brute, c'était une excellente joueuse, et Joy doutait fortement qu'il y ait deux meilleurs batteurs qu'elle dans le peloton. Mais il y avait une autre raison.

Croyez-le ou non, Joy tenait à ses rotules.
MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1253

Voir le profil de l'utilisateur


Dernière édition par Métamorphomage le Lun 11 Fév 2013 - 18:10, édité 1 fois

Lauren McGowan - "Le Bouledogue" - 15 ans
Lauren fit craquer ses doigts, enfila ses gants en cuir, et attrapa fermement sa batte. Elle était folle de rage. Comme d'habitude, me direz-vous, mais non, elle était encore plus en colère que d'ordinaire. Non seulement, elle n'était pas capitaine, ce qui était déjà très difficile à avaler. Mais en plus c'était Highlands qui lui avait pris la place. Cette poupée à peine capable de se faire entendre. Et attention, comble du comble : elle était obligée de passer les sélections. Lauren estimait qu'elle avait sa place dans l'équipe et que Joy n'avait pas à la tester. Elle était une bonne joueuse, elle avait assuré depuis le début de l'année, et elle n'avait même pas tué Gray ! Elle ne méritait pas d'être reléguée au même rang que ces greluches qui venaient tenter leur chance pour la première fois.

En parlant de midinettes....Lauren se tourna vers Samantha qui était assise sur son lit, son balais à la main, visiblement anxieuse. La Serpentard leva les yeux au ciel. Ce n'était que des sélections de Quidditch, inutile de se mettre dans un état pareil. Lauren lui asséna un coup de poing dans l'épaule pour la sortir de sa torpeur.

"Aller, lève tes grosses fesses Sam, on va être en retard. Faudrait pas faire attendre Miss Highlands...Non, elle n'était pas jalouse. Pas du tout. Et celui qui prétendrait le contraire se retrouverait très rapidement dépourvu de dents. Puis arrête de tirer cette tronche sérieux, tu ferais peur au Baron Sanglant là !"

Estimant que ces paroles réconfortantes avaient du redonner confiance en elle à Samantha, Lauren l'attrappa par le bras, la remis sur ses pieds, et l'entraina à sa suite. Les deux jeunes filles se retrouvèrent rapidement sur le terrain, Lauren marchant plutôt vite. En arrivant Lauren jeta un regard noir à tout ceux qui attendaient pour les sélections. Si un seul des candidats osait ne-serait-ce que menacer sa place, elle en faisait de la pâté pour sombral. Elle serait batteuse ou alors personne ne le serait. On se passait la batte des verts et argent de père en fils chez les McGowan et ses frères détenaient le record du nombre rotules brisées en une saison. Record qu'elle tenait à battre.

Toute son enfance on l'avait éloigné de ses frères, priver de certaines activités sous prétexte que c'était "pour les garçons". Elle avait du porter des robes encombrantes là où ses frères avaient droit à des pantalons plus pratiques, elle les avait regarder sauter dans des flaques d'eau pendant que sa mère essayait de discipliner sa chevelure brune, ils avaient eu des mini-cognards pour noël et elle des poupées dont elle arrachait la tête, ivre de colère et de déception. En devenant batteuse à son tour elle avait prouver qu'elle aussi elle pouvait être une McGowan, une vraie. Une qui ne craignait pas la douleur, qui ne se laissait pas marcher sur les pieds et qui connaissait sa valeur. Et ni Joy ni personne d'autre ne la priverait de ça.

La nouvelle capitaine prenait justement la parole pour se présenter et Lauren leva les yeux au ciel. Ça va, on avait compris, Joy Highlands était capitaine. Inutile de le rappeler dès qu'elle en avait l'occasion. Elle serra les dents et crispa ses doigts sur sa batte. Chose des plus surprenantes, Highlands se mit à chercher Murdoch parmi les candidats. Sous le coup de la surprise, Lauren lâcha sa batte qui tomba lourdement sur le pieds de sa voisine. Tant pis, quelle idée de mettre son pied là aussi ! La Serpentard dévisagea sa capitaine avec des yeux ronds.

"Tu comptes quand même pas laissez une chance à l'autre bécasse ?"

Peu importe que Kelly l'entende, même si elle ne semblait heureusement pas être dans les parages, Lauren refusait de supporter cette cruche une seule seconde de plus. Elle avait déjà manqué de l'étrangler le jour où cette blondasse lui avait proposer de lui apprendre à se maquiller parce qu’apparemment son manque total de féminité était "une catastrophe genre trop grave quoi". Lauren considérait que c'était plutôt l'absence totale de neurones chez Kelly la catastrophe, mais chacun son point de vue. Puis vu comme l'autre bébé-panda se maquillait, elle préférait encore une leçon de Victor Lloyd. Quoique non, ce type lui filait des pulsions meurtrières.

« Euh... commença Joy, arrachant un soupir à Lauren. Elle n'aurait jamais hésité de la sorte. Qui postulerait pour le poste de batteur ? Si cela ne dérange personne, nous commenceront pas leur entrainement. »

Sûre d'elle, Lauren fit quelques pas en avant pour se détacher du groupe.

"Moi, lança-t-elle d'une voix grave et assurée. Elle décida alors qu'elle aurait peut-être plus de chances d'être prise en se montrant "aimable" avec son capitaine. Bon, je t'aime pas, et tu m'aimes pas non plus, mais tu peux pas être pire que l'autre connard, et puis tu te barres dans un an non ? reprit-elle plus bas, à l'intention de Joy seule. Bon, elle avait une drôle de définition de l'amabilité, mais au moins elle ne l'avait pas insulté, pourtant ce n'était pas l'envie qui manquait. Donc bon....Je suis ton homme. "Ta femme" aurait été plus approprié, quoique...ça se discutait. Elle tendit une main en direction de Joy. Avises toi de nous faire gagner la coupe maintenant. Ça va le faire"

Elle était trop gentille, ça la perdrait.
MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1253

Voir le profil de l'utilisateur

Isobel Montgomery, 17 ans


Isobel descendit vers le terrain d'un pas vif, ses boucles brunes réunis en une tresse qui virevoltait derrière son dos. Adressant un sourire timide à Josh Bennett qui passait par là son sac sur le dos, son air déterminé reprit le dessus une fois qu'elle eut dépassé le jeune homme. Qu'il la classe dans la catégorie des jolies filles écervelées, il n'en serait que plus surpris sur le terrain. Car Isobel avait la ferme intention d'être recrutée dans l'équipe, peu importe ce qu'Highlands en pensait. Elle n'avait décemment pas la carrure d'un capitaine, qu'est-ce qui avait pu passer par la tête d'Adamson ? Même si elle ne portait pas McGowan dans son cœur, cette dernière aurait fait une bien meilleure capitaine que cette mijaurée d'Highlands. Elle était timide et reculée, ce n'est pas ce qu'il fallait pour mener une équipe composée de Serpentard. Elle avait toujours adoré le Quidditch, depuis qu'elle était jeune. Mais refusait d'être dirigée par un type comme O'Connor, c'était contre ses principes. Merlin soit loué, il avait été viré comme le malpropre qu'il était et sans beaucoup de cérémonie. Ainsi, elle pouvait tenter sa chance et réussir. Elle n'envisageait pas l'échec, elle était parmi les meilleures.

Il y avait déjà plusieurs personnes sur le terrain quand elle y arriva, impeccable jusqu'au bout des ongles. Elle adressa un sourire amical à tous ses concurrents - qui n'en n'étaient pas vraiment - et un simple signe de tête ferme à McGowan. Elle entretenait sa réputation depuis qu'elle était arrivée à Poudlard, adorable petite fille modèle. Jamais elle n'avait laissé le moindre travers briser le vernis qu'elle soignait scrupuleusement. Il y avait beaucoup à dire d'Isobel Montgomery. Studieuse, amicale, gentille, patiente, élégante, travailleuse, honnête et coquette. On la voyait comme une jolie fille, toute gentille, toute inoffensive, pas forcément idiote mais pas brillante non plus. Et elle s'acharnait à garder cette réputation intacte. Qu'on la sous-estime, qu'on ne voit pas sa vraie nature. L'attaque n'en n'était que plus féroce après. Car Isobel était animée par une vive ambition, celle de percer chez les Aurors. Elle deviendrait Commande de la Brigade avant ses trente-cinq ans, elle en avait fait le serment. Mais elle s'appliquait à se montrer inoffensive, pour qu'on ne la voit pas comme une menace. Elle était le danger de l'ombre, celui qu'on ne devinait que lorsqu'il fondait sur vous. On se demandait souvent ce qu'une gentille fille comme Isobel Montgomery faisait chez les redoutables Serpentard et pas à Poufsouffle, là où elle semblait tant à sa place. C'est tout simplement parce qu'ls étaient trop idiots pour penser que le Choixpeau ne faisait pas d'erreur et qu'il y avait anguille sous roche. Ou plutôt vipère sous blaireau.

- Bonjour Joy ! lança-t-elle doucement. Pas trop nerveuse ? Ne t'inquiètes pas, tout va bien se passer !

Mais elle ne fut pas sûre qu'Highlands l'entendit, étant donné qu'elle se mettait à fureter à la recherche de Kelly Murdoch. Atterrée, Isobel se demanda une nouvelle fois ce qui était passé par la tête d'Adamson. Cette idiote, capitaine ? McGowan aurait été très bien ! Pas très subtile, mais efficace. Elle en parlerait à Swann, sa camarade de dortoir ce soir, d'une manière complètement innocente. Avec un peu de chance, la rumeur se propagerait - commère comme était Swann - et tout le monde penserait qu'Highlands était folle. Ce qui semblait être légèrement le cas, apparemment.

- Je pense que Kelly n'est pas là, Joy, lança-t-elle sur un ton enjoué.

Elle rêvait de la prendre par les épaules et de la secouer violemment. Mais quelle nouille ! Qu'est-ce qu'elle faisait chez les Serpenytard, celle-là ? Elle avait autant d'audace qu'une Poufsouffle ! Oui, elle jouait bien, Isobel le reconnaissait. Mais par Morgane, quelle gourde ! Plaquant un sourire sur son visage, la jeune femme applaudit poliment McGowan qui se présentait comme batteuse, sans surprise. Par effet de mimétisme, quelques-uns de ses camarades l'imitèrent.

- Vas-y Lauren, tu vas tout déchirer !

Ravie de passer pour une idiote aux yeux de ses concurrents, Isobel poussa le vice jusqu'à échanger un regard réjoui avec les filles autour d'elle et à pousser un gloussement digne de Murdoch en personne. Elle était pourtant redoutable quand elle le voulait, surtout sur un balai. Elle était une feinteuse excellente et visait avec une précision plus qu'impressionnante. Mais elle savait garder ses atouts secrets. Elle donnerait le meilleur d'elle-même durant la sélection, un peu moins pendant les entrainements et de nouveau son meilleur pour le prochain match, afin de surprendre les éventuels espions envoyés par les autres équipes. Pendant que McGowan s'éloignait pour aller passer sa sélection, Isobel s'approcha de Joy avec un grand sourire.

- Je trouves que tu te débrouilles plutôt bien pour le moment ! De toute manière, tu seras toujours meilleure que O'Connor. Tu es très courageuse de l'avoir supporté tout ce temps-là. Je n'aurai pas pu moi. La preuve, je ne me présente que maintenant !

Elle rit doucement et posa sa main et ses ongles vernis sur l'avant-bras de Joy.

- Mais je tenais à te remercier. Car grâce à toi, on va pouvoir être fiers de notre maison de nouveau. Et même si nous ne décrochons pas la Coupe, l'essentiel sera fait. Alors merci.

Elle lui adressa un immense sourire faussement sincère. Elle ne pouvait pas supporter les manières d'Highlands. Mais se faire bien voir de sa future Capitaine était quelque chose de très important. Elle ne serait jamais Capitaine elle-même, Highlands était plus jeune qu'elle. Mais au vu du manque de confiance d'Highlands, elle pouvait sauter sur l'occasion et derrière de faux bons conseils d'amis, la manipuler pour faire de l'équipe ce qu'elle voulait. Ce serait le plan idéal.

- Moi je viens pour le poste de Poursuiveuse ! J'espère ne pas être trop mauvaise ! Mais bon, l'essentiel c'est d'essayer, non ?

Elle allait exceller et écraser tous ces petits moustiques vaniteux sous sa semelle. Ils n'avaient qu'à bien se tenir. Calant son balai, un Nimbus récent offert par ses parents pour son seizième anniversaire, sur son épaule elle adressa un sourire réjoui à Highlands, comme si elles étaient de bonnes amies.
Joy HighlandsSans emploiavatar
Messages : 623

Voir le profil de l'utilisateur
Une voix inconnue lui signala d'un ton condescend que Kelly n'était pas là, d'une voix trop débordante de gentillesse pour qu'elle soit naturelle, venant d'un Serpentard. Joy qui détestait qu'on lui parle de cette manière ne releva pas. Elle se contenta de scruter McGowan qui lui demandait si elle ne comptait quand même pas laisser sa chance à Kelly. Loin de Joy cette idée, mais apparemment, ses futurs coéquipiers ne comprenaient pas que six ans passés dans le dortoir de Kelly Murdoch, ça rendait vraiment paranoïaque. Lauren McGowan n'était pas du genre à deviner ce que pensaient ses camarades : Joy se demandait si derrière cette carrure de rugbyman, il y avait un coeur. Est-ce que Lauren était née brute ou grandir avec deux grands frères lui avait forgé ce caractère ? Peut-être un peu des deux.

« Crois-moi, ce n'est pas mon intention, » grommela Joy à la batteuse.

Mais que McGowan la croie ou non, ce n'était pas son objectif. Même si ses coéquipiers étaient détestables, elle devrait constituer une équipe et apprendre à collaborer avec eux ; c'était leur seul chance de salut. Alors pas question d'évincer un candidat sous prétexte qu'il soit trop ambitieux ou trop brutal : il fallait privilégier la qualité puis essayer de coordonner ces caractères de Serpentard. Levant les yeux vers les gradins, Joy aperçut Swann Twilfit qui, du haut de son perchoir, observait ce triste spectacle. Joy lui lança un sourire sûrement effacé par la distance et sentit le courage lui revenir peu à peu lorsque McGowan s'approcha d'elle, affirmant qu'elles ne s'aimaient pas mais qu'il fallait faire avec.

« Au moins, on est d'accord sur quelque chose, murmura Joy à l'intention de la batteuse seule. Oui, je pense que ça va le faire. »

Elle serra la main rugueuse et épaisse de la batteuse et reprit, avec un petit signe de tête vers les deux autres éventuels futurs batteurs :

« Essaie de ne pas trop les abîmer ! »

Joy savait déjà que Lauren en avait décidé tout autrement. Remarque, ce serait intéressant pour évaluer le moral des concurrents sous la pression de la batteuse. Il y avait là un septième année débordant d'arrogance : Abraham Lochner. Un jeune homme ne se prenant pas pour n'importe qui, aux attitudes de kéké bien que n'ayant jamais eu la moindre petite amie, très à cheval sur son physique. Joy voyait derrière cette attitude de m'as-tu-vu une fragilité émotionnelle évidente. La deuxième candidate était une quatrième année nommée Cheyenne Curtis ; Joy connaissait son nom pour avoir entendu Cecilya Richardson, apparemment dans le même dortoir, la critiquer. En effet, sous bien des aspects, Miss Curtis était désavantagée : pas très belle, un nez proéminent soutenant une paire de binocles à monture de fer, un physique de grande asperge perchée sur des échasses, une face boutonneuse d'adolescente ingrate et mal dans sa peau. Cependant, en cherchant un peu, on pouvait remarquer une volonté d'acier de ne pas se laisser marcher sur les pieds. Les trois batteurs enfourchèrent leurs balais.

Une fille dont le visage ne revenait pas à Joy s'approcha d'elle et lui dit qu'elle se débrouillait très bien. Par réflexe, elle s'enfonça dans sa carapace, gardant une distance aussi bien indifférente à l'extérieur que méfiante à l'intérieur, comme pour tous les inconnus. ce qui était curieux : elle qui aimait observer les gens et les petits détails qui trahiraient leur vraie nature, elle qui pensait connaitre de vue tous les élèves de cette école, elle n'avait jamais remarqué cette fille ? Soit cette dernière était tout ce qu'il y a de plus banal, soit très douée pour passer inaperçue. Joy qui commençait déjà à se former une opinion - comme avec chaque personne qu'elle rencontrait - se remit en mémoire les avertissements de Juliet : elle vivait trop pour le regard des autres. Jusqu'ici, elle ne s'était jamais demandé si elle ne voyait pas des personnalités cachées partout. Peut-être que Juliet avait raison. Peut-être que cette fille était sincère.

« Merci aussi à toi, c'est gentil, » dit simplement Joy, le visage impassible.

Elle était peut-être maladroite et pas très bavarde, mais certainement pas idiote. Et elle avait la ferme impression que la jeune fille la prenait pour une gourde. Lorsque celle-ci posa sa main manucurée sur son avant-bras, Joy eut la forte envie de la mordre au visage, mais se retint in extremis parce que se faire bien voir de ses futurs joueurs était quelque chose de très important. De toute façon, elle ne l'aurait jamais fait puisqu'elle savait refouler ses pulsions agressives et qu'elle n'ignorait pas ce qui adviendrait d'elle si elle se laissait aller à une attaque injustifiée. Cette fille était gentille avec elle. Bien, quitte à jouer l'hypocrite - un jeu où Joy excellait -, elle lui rendrait la pareille.

« Je te souhaite bon courage. Comment t'appelles-tu ? » lui-demanda-t-elle avec un sourire.

Intérieurement, Joy était déchirée de prononcer cette phrase. Elle aurait voulu faire croire à l'existence de pouvoirs extra-sensoriels en sa personne en répondant "Je verrais bien si tu as le niveau" et en ajoutant le prénom de cette fille au bout. Elle aurait voulu... (et la joueuse aurait pu) mais elle était incapable de mettre un nom sur ce visage, Merlin seul savait pourquoi. Elle aurait pu parler de tous les élèves de cette école dans un examen détaillé mais elle venait de rentrer en collision avec sa première faiblesse. Tournant la tête vers le reste de l'équipe, elle lança d'une voix forte et enrouée :

« Que ceux qui voudraient être poursuiveurs veuillent bien s'avancer ! »

La nouvelle capitaine ne fut pas étonnée de voir que Roxanne Prewett faisait partie des quatre candidats, puisqu'elle avait regardé Roxanne se préparer le matin même. Elle et Joy partageaient le même dortoir mais aucune des deux n'avait encore franchi la distance qui les séparait, puisque chacune était très heureuse sans la compagnie de l'autre. Cette coexistence pacifique était liée par deux personnes : Paige, amie de Joy et connaissance de Roxanne, et Kelly... l'inqualifiable. Cette ignorance mutuelle n'empêchait pas Roxanne Prewett et Joy Highlands de se ressembler sous bien des aspects.

Outre la fille modèle aux boucles brunes qui avait abordé Joy, le troisième candidat était un troisième année du nom de Neil Wagstaff. Ce petit garçon était le fils d'un marchand ambulant arpentant le Chemin de Traverse à la recherche d'éventuels acheteurs de marmites sans fond. Boucle blondes, yeux gris et nez épaté, Joy en avait entendu parler parce que c'était un ami de son cousin Burt. Ce dernier lui décrivait une forte tendance à mentir à tout le monde, et à force, personne n'accordait foi à ses paroles, même lorsqu'il disait la vérité. La quatrième éventuelle poursuiveuse était une septième année bis au rose à lèvres brillant que Joy connaissait de vue mais pas de nom. Elle l'avait maintes fois entendue piailler à propos de garçons et pleurer bruyamment à cause de garçons. Bref, une fille comme beaucoup, un jour heureuse, un jour malheureuse.

« Vous allez vous mettre par équipe de deux. Je vous laisse libre de choisir votre partenaire. Vous savez évidemment ce que j'attends de vous par la suite. »

Elle n'allait pas leur expliquer que le but était de lancer le Souafle dans les anneaux de l'équipe adverse, non ?

« Les batteurs, vous viserez les poursuiveurs. Bonne chance à tous ! »

N'ayant pas quatre yeux, elle passerait aux gardiens et aux attrapeurs après. Joy s'assit sur le banc, prête à évaluer la qualité de vol, la dextérité, la stratégie et le talent dont pourraient faire preuve ces Serpentard.
MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1253

Voir le profil de l'utilisateur



Le sourire de Joy était faux. Cela crevait les yeux d'Isobel. A force de jouer à elle-même, elle avait appris à reconnaître les mensonges des autres. Certains étaient plus doués. Joy l'était. Mais Isobel était meilleure et elle le savait. Néanmoins, dans les sélections de l'équipe de Serpentard on pouvait distinguer toute l'hypocrisie qu'ils dissimulaient tous derrière leurs jolis mots. C'était un petit vernis bien propret, tout coquet, qu'aucune autre maison ne pouvaient distinguer. Mais eux, ils le savaient. Ils se détestaient, la plupart d'entre eux ne pouvaient pas se voir en peinture, ils n'étaient pas des Gryffondor, bruyants et chaleureux. Oh bien sûr, il y avait des amitiés sincères. Mais que valaient-elles face à tous les liens corrompus qui unissaient les Serpentard ? Unis dans l'adversité pouvait être leur devise. Haïr en secret aussi. Alors Isobel releva le menton et planta ses yeux dans ceux de Joy, un léger sourire aux lèvres.

- Isobel Montgomery.

Ta nouvelle poursuiveuse, pintade. Adressant un sourire rayonnant à Highlands, Isobel s'éloigna en rejetant discrètement sa tresse en arrière : il ne faudrait pas passer pour une fille vaniteuse, tout de même ! Avisant sa copine Inger Lawson, une fille de son année avec une collection impressionnante de gloss, Isobel lui tapota l'épaule doucement.

- Coucou Ing ! Je ne savais pas que tu te présentais ! On fait équipe ? J'adorerai jouer avec toi, on pourrait s'amuser comme des folles ! J'espère qu'on sera prises toutes les deux !

Inger était une idiote. Elle n'était pas bête, non, voire carrément maligne mais elle était tellement niaise ! Elle tombait amoureuse toutes les deux minutes, d'un garçon différent et s'en entichait à chaque fois comme s'il était l'amour de sa vie. Et avait le coeur brisé évidemment. Et manquait donc d'inonder le dortoir à chaque fois, laissant à ses camarades le soin d'éponger ses peines. Mais outre cette tendance à tomber amoureuse de tout ce qui bouge, Inger était plutôt sympa. Elles n'étaient pas les meilleures amies du monde - Isobel se méfiait trop des gens pour cela - mais passaient du temps ensemble à papoter. Cela ne la dérangerait pas qu'Inger soit prise. Elle n'était pas vraiment une menace étant donné qu'elle voulait devenir journaliste et ne lui ferait pas d'ombre, elle était trop aimable pour cela. Isobel s'était longtemps demandé ce qui avait envoyé Inger à Serpentard et elle n'avait eut la réponse qu'après que son petit copain de cinquième année l'ait trompée avec une fille un peu plus âgée. Inger était d'une perfidie redoutable quand elle le voulait et pouvait se montrer tellement froide et calculatrice quand elle le voulait ! Heureusement qu'elle ne voulait que rarement, était plutôt sympa le reste du temps. Elle accepta d'ailleurs avec entrain la proposition d'Isobel et enfourcha son balai en souriant. Sans attendre, Isobel monta sur le sien, donna un coup de pied sur le sol et s'éleva dans les airs, sa tresse voletant derrière elle. Grisée par la sensation, elle se stabilisa néanmoins pour jeter un coup d'oeil en bas. Elle devait tout donner pour être sûre d'être prise.

Elle connaissait ses qualités : elle volait bien et visait avec précision. Mais elle avait du mal avec les figures, notamment pour éviter les Cognards. Elle devait tout miser sur l'effet de surprise et être aussi leste que le vent pour ne pas être touchée. Avisant les batteurs qui s'envolaient, elle se rapprocha légèrement d'Inger.

- On va les piéger, d'accord ? On fait comme si c'est toi qui allait marquer et que j'étais en soutien mais à la dernière minute, tu me passe le Souaffle ! On échange au prochain but, ça te va ?

Inger - qui ne s'embarassait pas de paroles inutiles - hocha la tête et plongea pour récupérer le Souafle que quelqu'un venait de lancer en l'air. Déterminée, Isobel vira à droite pour faire une boucle. Inger volait plutôt bien et évita avec agilité un Cognard tout en lui lançant la balle. Isobel lâcha son balai des deux mains, réceptionna et la coinca sous son bras avant de piquer vers le sol brusquement, entrainant à sa suite le Cognard d'Inger. Elle vira à gauche, droite et remonta brusquement vers le haut avant de repiquer. Cela lui donnait légèrement la tête qui tournait mais le Cognard en profita pour frapper un autre candidat qui passait par là. Ricanant légèrement, Isobel lança le Souafle à Inger avant de continuer à progresser vers les buts. Les autres poursuiveurs les suivaient de près, elle avait repéré McGowan pas loin dans son sillage... Peu désireuse de se faire frapper dans le dos, Isobel plongea soudainement en piqué en pensant qu'Inger aurait la présence de faire de même. Le cri de douleur qui résonna dans tout le terrain l'informa que non. Wagstaff se dépêcha de récupérer le Souafle et d'accélérer. Tout en retenant un juron, Isobel se retint de le poursuivre. Il allait bien lâcher la balle et alors ce serait à elle. Tout en volant prudemment sous son concurrencent, elle bénit le ou la batteuse qui lui tira dessus et se dépêcha de saisir sa chance. Ils n'étaient plus très loin des buts désormais et elle ne comptait pas lâcher maintenant. Sans hésiter, elle donna toute la puissance de son balai, évita un Cognard, plongea sous McGowan avant de remonter en contournant une poursuiveuse concurrente et piqua légèrement vers le but de droite. Deux Cognards volèrent vers elle en même temps. Elle continua dans sa direction, le sifflement des balles à ses oreilles. Elle tendit le bras, le Souafle en main. Amorça son mouvement...

Et bifurqua brusquement vers le but de gauche en manquant de tordre la nuque. Un Cognard heurta violemment son mollet mais elle serra les dents et ignora la douleur. Elle venait de marquer et elle était la première à le faire. Cela valait bien un énorme bleu peu élégant. Adressant un sourire victorieux à ses concurrents, elle fit un clin d’œil à la fille qui avait récupérer le Souafle à la sortie de l'anneau.

- A toi ! lança-t-elle d'un ton enjoué, comme si elles jouaient à l'élastique.

Elle fit virer son balai et adressa un signe de la main à la batteuse qui lui avait envoyé le Cognard dans le mollet.

- Très joli tir !

Passer pour une bonne joueuse était un élément essentiel. De toute manière elle ne pouvait rien faire même si elle était agacée. Elle se dépêcha de rejoindre Inger qui grimaçait encore de douleur.

- Ca va ? demanda-t-elle gentiment et sincèrement, cette fois-ci.

Inger releva les yeux vers elle, les sourcils froncés.

- Je veux cette place.

Fais-ce qu'il faut pour alors.

- Tu vas l'avoir.

Ou pas. La fille qui avait récupérer le Souafle était plutôt douée et s'approchait dangereusement des buts. Isobel devait être celle qui marquerait le plus. Elle adressa un sourire réconfortant à Inger.

- Allez, on y retourne !

Elle ne brisait pas des mâchoires, comme McGowan. Mais le coudoyage pouvait être très douloureux. Et difficile à voir du terrain, n'est-ce pas Highlands ?
Roxanne PrewettAncien personnageavatar
Messages : 41

Voir le profil de l'utilisateur
Roxanne adressa un sourire à son reflet et entreprit de relever ses cheveux avec soin en une queue de cheval haute. Une fois cette tâche accomplie, elle quitta la salle de bain, satisfaite de son apparence. Bien que cette dernière n’ait pas la moindre importance pour se rendre aux sélections de Quidditch, la jeune fille trouvait une plaisir futile à constater qu’elle ne lui faisait pas défaut. Les sélections de Quidditch… Elle retint un frisson et un sourire déterminé apparu sur son visage. Après de longues réflexions, Roxanne s’était enfin décidée à tenter sa chance pour intégrer l’équipe des Verts et Argents. En effet, depuis que Darren O’Connor avait été viré de son post d’attrapeur et de capitaine qui avait été reprit par Joy Highlands, sa camarade de dortoir, la jeune fille n’avait cessé de se demander si elle n’aimerait pas jouer à ce sport si noble qu’est le Quidditch dans l’équipe de sa maison. Il lui arrivait régulièrement de faire des parties avec ses cousins, et notamment les Weasley, même s’ils étaient tous beaucoup plus vieux qu’elle. Alors pourquoi pas, s’était-elle dit en apprenant que les sélections pour l’équipe de sa maison allaient être lancées par Joy.

Attrapant son balai – cadeau de ses parents – Roxanne prit une grande inspiration et descendit les escaliers qui la menaient à salle commune. Arrivée là-bas, elle salua poliment quelques personnes avant de sortir d’un pas vif. Traversant les cachots d’un bon pas, la jeune fille prit la direction du terrain de Quidditch. Echangeant quelques mots avec sa sœur qui se trouvait à ce moment là dans le parc, la Serpentard ne s’attarda pas et rejoignit ses quelques camarades qui avaient également décidés de se présenter. Camarades qui deviendraient rapidement des adversaires, des concurrents. Car une chose de sûr : Roxanne n’était absolument pas du genre à subir un échec. Et elle comptait bien réussir cet après midi… Quels que soit les moyens qu’elle devrait déployer pour y parvenir.

Saluant cependant en souriant les autres Serpentard, la jeune fille attendit l’arrivée de la capitaine qui ne tarda pas. Arrivée assez étonnante vu qu’elle commença par chercher Kelly parmi les participants, alors que tous pouvaient bien voir que la jeune fille n’était pas là – Merlin merci, elle avait dû se perdre dans le dortoir. Puis, elle termina en appelant les batteurs. Sans grande surprise, Lauren McGowan s’avança, suivit de deux Serpentard dont Roxanne n’avait jamais entendu parler. Tandis que les batteurs s’envolaient, une jeune fille – plus jeune qu’elle – accosta la nouvelle capitaine des Serpentard, minaudant des paroles exaspérantes. Se retenant de lever les yeux au ciel, Roxanne lui adressa un sourire aimable. Elle allait devoir l’écraser, celle-là. Enfin, après quelques minutes, Joy demanda aux Poursuiveurs de bien vouloir s’avancer, et, c’est avec confiance que Roxanne fit quelques pas en avant, se détachant avec quatre autres Serpentard du reste du groupe. Ecoutant avec attention les instructions de Joy, la jeune fille observa avec un méprit dissimulé la dénommé Isobel piailler avec une autre fille qu’elles allaient pouvoir s’amuser comme des folles. Retenant un soupir d’exaspération, Roxanne avisa le quatrième poursuiveur et se dirigea vers lui. En quelques mots, ils mirent au point une petite stratégie. Ils devaient gagner. Ne pas laisser l’autre pintade leur voler la vedette. Et s’ils devaient s’entraider durant un court instant, ils le feraient.

Cependant le match commença mal pour eux, et rapidement un but leur fut mit par Isobel qui leur adressa un sourire victorieux. Gardant un sourire aimable, Roxanne lança un « Très beau tir ! » et récupéra le Souafle. Sans attendre, elle s’élança, vira brusquement à gauche pour éviter un Cognard particulièrement féroce, fit la passe à son coéquipier, regarda avec horreur la coéquipière de la pintade se diriger à toute allure vers Neil, réceptionna le Souafle, et serra les dents lorsqu’un Cognard qu’elle n’avait pas vu vint lui heurter le bras gauche. Passant à côté de son coéquipier, elle lui lança la balle, qu’elle récupéra finalement quelques secondes plus tard. Se dirigeant vers les buts, elle leva la main, tira et constata avec un plaisir dissimulé sous de la fausse-modestie qu’elle venait de marquer un but. Elle adressa le même sourire victorieux à Isobel et en lança un sincère à Neil. Puis, récupérant le Souafle, elle le lança à se dernier. Jetant un dernier coup d’œil à celle qu’elle avait surnommé intérieurement la pintade, elle retint une moue méprisante. Abrutie.



Kit par Ash-choupie ♥
MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1253

Voir le profil de l'utilisateur

Lauren McGowan - "Le Bouledogue" - 15 ans
Lauren se retint d'éclater de rire en voyant la tronche de ses concurrents. On lui faisait une blague, ce n'était pas possible autrement ! Highlands ne pouvait quand même pas la tester en la mesurant à une brindille et à un kéké à deux noises ? C'était comme comparer une botte d'Hagrid avec deux pauvres fourmis. C'était presque trop facile, ça perdait en saveur. Elle était venue pour se dépasser, pour prouver qu'elle était la meilleure, pour se battre, pas pour exploser deux paires de rotules en moins de cinq minutes et conduire des pleurnicheurs jusqu'à l'infirmerie. Alors qu'elle enfourchait son balais, elle réalisa avec effroi que ni Keller ni Gray ne s'était présenté. Ils n'étaient que trois. Elle allait devoir jouer avec l'asperge boutonneuse, ou avec Lochner. Le cauchemar. C'était comme de devoir choisir entre la dragoncelle et la consumeuse. Elle regrettait souvent que ses frères soient nés si longtemps avec elle, elle n'avait eu la chance de jouer avec l'un d'eux que durant un an. C'était lors de la première année de capitanat de Darren et ils avaient raflé la coupe haut la main. C'était une chouette époque.

La batteuse soupira longuement. Elle était bien loin l'époque où l'équipe de Serpentard ressemblait encore à quelque chose...Voyant que les équipes de poursuiveurs s'étaient constituées, elle décolla dès que Joy eut donné la consigne pour les batteurs : viser les autres. Facile. Trop facile. La brune se plaça un peu au dessus des autres joueurs, afin de pouvoir les observer. Il fallait qu'elle décide lequel de ses concurrents elle voulait voir en trois morceaux sur un lit d'infirmerie, et lequel elle souhaitait former pour qu'il soit assez bon pour jouer avec elle. Lochner avait plus de force qu'elle ne l'aurait d'abord imaginé, mais il visait comme un pied et essayait d’impressionner Twilfit qui était assise dans les gradins. Il tenta d'envoyer un cognard sur Roxanne Prewett mais manqua son coup. Ridicule. L'asperge quand a elle visait plutôt bien, et elle maitrisait ses trajectoires ! Cependant ses cognards manquaient de vitesse, étant donné le peu de force avec lequel elle frappait dedans.

Le choix de Lauren était fait. Les muscles, ça se travaillait. Le cerveau grillé, c'était irrécupérable. Elle saurait faire de cette asperge à lunettes une véritables batteuse. Elle se souvenait des longues après-midi pluvieuses qu'elle avait passé pendue à la branche d'un arbre dans le jardin, sous les cris de ses frères qui l'encourageaient à aller jusqu'au bout de sa série de tractions. Un jour elle était partie courrir avec eux et ils l'avaient abandonné au milieu d'un champs quelque part dans le sud de l'Ecosse parce qu'elle ne courrait pas assez vite, sans remords. Ses frères avaient fait d'elle une dure à cuire, elle se sentait capable de faire la même chose avec cette adolescente maigrelette et boutonneuse. Elle ferait d'elle une vrai battante.

Maintenant que son choix était fait, elle devait s'assurer que Joy fasse le même. Donc se débrouiller pour laisser l'asperge faire ses preuves, et mettre Lochner hors d'état de...d'essayer de nuire, à défaut d'y arriver. Les yeux noirs de Lauren fouillèrent le terrain à la recherche d'un cognard. Elle en vit un arriver dans sa direction et fonça à sa rencontre. Elle frappa dedans avec tout la force dont elle était capable, ce qui faisait beaucoup, et la balle vint heurter violemment l'épaule de Locher qui, sous le coup, manqua de tomber de son balais et se retrouva pendu à celui-ci. L'adolescent se mit à geindre comme une fillette, ne parvenant pas à remonter sur son balais. Finalement il avait à peine besoin d'elle pour se ridiculiser. La batteuse éclata d'un rire grave avant d'envoyer un cognard en direction de Montgomery, pour la forme. Il fallait suivre les consignes tout de même ! Consignes qu'elle trouvait complètement stupides d'ailleurs. Comment Joy voulait-elle sélectionner ses poursuiveurs si elle demandait au batteurs de les viser ? La plupart n'étaient pas assez expérimentes pour jouer correctement avec une jambe invalide ou la mâchoire brisée -il fallait de l'entrainement, mais c'était possible- mais bon, si le capitaine voulait qu'on massacre ses candidats, alors Lauren massacrerait les candidats, pas de soucis.

Lauren écarquilla les yeux quand Isobel Montgomery la félicita pour son tir qui l'avaient atteint au mollet. Quelle gourde !

"Je savais pas que t'aimais te faire démolir les jambes, mais si ça te plait tant mieux." railla-t-elle.

Lauren reporta ensuite son attention sur l'asperge qui, malgré un bon positionnement et des coups stratégiques, ne parvenait pas à atteindre les poursuiveurs, ses tirs manquant terriblement de puissance. Et la puissance Lauren pouvait la lui donner, elle donnerait l'impulsion initiale et la gamine n'aurait plus qu'à faire dévier le cognard.

"Hey toi ! Fait moi voir ce que tu peux faire avec ça ! Lui cria-t-elle en envoyant un cognard à pleine vitesse en direction de l'asperge. Celle-ci le fit dévier de sa course et atteignit Prewett au bras. Pas trop mal !"

C'était même plus que "pas trop mal", mais elle n'allait pas s'abaisser à féliciter une binoclarde non plus. Quoiqu'il en soit cette petite avait du potentiel ! Voyant que l'autre candidat au poste de partenaire-de-Lauren (étant donné qu'elle ne doutait pas une seule seconde du fait qu'elle récupérerait sa place) avait finalement réussi à remonter sur son balais, elle renvoya un cognard dans sa direction, qui l'atteint en plein dans le genoux. Aie. Pour s'être cassé presque tous les os du corps, et plusieurs fois, elle savait que la rotule faisait partie des plus douloureux. Tant mieux.

Lauren envoya encore un cognard sur une dénommée Inger, ou quelque chose comme ça, et se calma un peu pour laisser aux poursuiveurs le temps de marquer quelques buts. Elle observa le jeu des différents candidats et remarque que Prewett se débrouillait bien, et que Montgomery était moins gourde qu'elle n'en avait l'air. Cette équipe allait peut-être ressembler à quelque chose finalement. Leurs espoirs de gagner la coupe n'étaient pas perdus.
MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1253

Voir le profil de l'utilisateur

Prewett la prenait pour une idiote. Ce qui prouvait qu'elle en était une. Car Isobel était beaucoup de choses, mais surtout pas bête. Mais adorait qu'on le croit, ce qui lui laissait une grande marge de manœuvre. Elle s'était demandé un petit temps si Kelly Murdoch faisait la même chose mais avait dû se rendre à l'évidence : cette dernière était juste totalement idiote. Ou alors, la meilleure comédienne que le monde ait jamais connu. Qu'est-ce qui avait pu l'envoyer à Serpentard ? Une question qui resterait longtemps irrésolue. Lauren McGowan avait l'air d'avoir choisi son partenaire au vu de comment elle démolissait l'autre, aussi Isobel nota ses traits. Elle rendit un sourire rayonnant au triomphe de Prewett et récupéra le Souaffle sans hésiter. Prewett, cette idiote, était plutôt bonne. Il fallait être meilleure. Et tant pis pour sa couverture de gentille idiote pas méchante, elle la reprendrait au sol. Pour l'instant, tout ce qui comptait, c'était d'être prise dans l'équipe. Isobel fit plonger son balai, poursuivie par un Cognard. Elle vira, contourna un joueur, remonta en piqué avant de plonger, manqua de glisser de son balai quand Inger passa un trop près - idiote, idiote, idiote - mais fit comme si rien ne s'était passé avant de monter vers les buts, de feinter à gauche, puis à droite, revenir vers le milieu, pencha son corps vers la gauche... Avant de balancer le Souaffle dans l'anneau droit, faisant craquer son épaule. La balle fila dans les airs avant de pénétrer au centre de l'anneau, en faisant naître un grand sourire sur les lèvres d'Isobel. Elle se fichait de la douleur de son mollet et de son épaule, tout ce qui comptait, c'était de faire ses preuves. Le Quidditch, ce n'était pas un sport de mauviettes ou pour les faibles. On n'arrêtait pas de jouer parce qu'on avait mal. On arrêtait quant on avait gagné et pas avant. Et elle appliquait cette devise chaque jour de sa vie. Elle ne lâchait qu'après une victoire totale et incontestable. Arrêter avant était un signe de faiblesse. Et elle ne pouvait pas être une fille faible.

C'était son deuxième but dans les sélections et elle avait montré qu'elle savait jouait. Il fallait continuer et montrer qu'elle savait jouer en équipe. Alors, elle adressa un petit sourire contrit à Inger et lança le Souaffle à Prewett, qui faisait pourtant parti du duo adverse. Mais elle devait faire croire qu'elle était bonne joueuse. Et surtout, si elle devait rentrer dans l'équipe et Prewett aussi, autant se coordonner un minimum. Être imprévisible était aussi une bonne chose. Surprendre, encore et toujours, que les autres ne soient jamais sûrs et toujours déstabilisés. Désireuse de montrer qu'elle savait être aussi en attaque et en soutien, elle serra le partenaire de Prewett pour le faire dévier de sa trajectoire, sans pour autant le toucher pour ne pas être accusé de coudoyage. Il manqua de se prendre la tribune, mais Isobel ne le lâcha que lorsqu'il percuta vraiment le poursuiveur que Lauren avait démoli et qui pleurait désormais sur son genoux. Satisfaite, elle s'en alla tournoyer près de Prewett. Elle était la deuxième meilleure, cette fille, après elle, elle ne pouvait pas la mettre hors-jeu. Inger non plus, pour la sécurité de son sommeil, elle n'avait pas envie d'être le fruit d'une vengeance. Aussi, elle évita un Cognard, attrapa le Souaffle, fit un jeu de passe avec Inger et laissa cette dernière marquer. Désireuse de ne pas rater d'occasion, elle attrapa elle-même le Souaffle et marqua une nouvelle fois dans les anneaux de gauche, après avoir évité un Cognard de justesse grâce à une Pirouette du Paresseux. Plus que fière d'elle, elle avait été excellente, elle adressa un sourire victorieux à Prewett. Fais mieux que ça, ma cocotte. Il restait peu de temps avant que Joy ne les rappelle et Isobel était sûre de s'être illustrée. Figure technique compliquée, jeu d'équipe, trois buts, résistance et évitement des Cognards. Bref, elle avait été parfaite.
Joy HighlandsSans emploiavatar
Messages : 623

Voir le profil de l'utilisateur
Il fallait bien l'avouer, Joy trouvait particulièrement jouissif d'observer les futurs poursuiveurs se dépatouiller entre eux. À leur place, elle aurait été morte de peur, bien qu'à l'usage, elle commence à se demander si le stress ne la stimulait pas. Quand elle n'avait pas appris sa leçon, elle misait tout sur le raisonnement, les exercices où toutes les données étaient fournies et qui permettaient donc de réussir seulement grâce à la réflexion, et non grâce aux connaissances qu'elle n'avait pas toujours. Fort heureusement, elle était dotée d'une force capacité d'adaptation qui lui permettait d'improviser sur sa copie ou simplement dans sa vie quotidienne. Le Quidditch en faisait partie : adapter son jeu à celui de ses adversaires était primordial pour la fluidité d'un match ; et ça, une poursuiveuse semblait l'avoir compris : Isobel Montgomery. Joy ne rechignait pas à le reconnaître : rien qu'en prenant la dénommée Inger dans son équipe, elle montrait qu'elle était capable de faire preuve d'esprit d'équipe. Qu'elle fasse semblant ou pas, Joy n'en avait cure, tant qu'elle se comportait comme maintenant. En effet, Inger Lawson et elle prirent possession de la balle et accélérèrent. Joy nota une bonne coordination jusqu'à ce que la fille au gloss se prenne un Cognard dans le dos.

Isobel Montgomery - 1
Inger Lawson - 0

Ce fut le jeune Neil Wagstaff, peu expérimenté mais prometteur, qui récupéra la balle avec rapidité. Cependant, un Cognard lui fit lâcher la balle, récupérée par Montgomery qui fonça vers les buts. Assurément, elle était douée en vol, mais pas assez pour éviter les Cognards : elle s'en prit un dans la jambe, signé Lauren McGowan. Joy bénit la batteuse qui lui permettait ainsi de tester la résistance de ses joueurs, et constata que Montgomery s'en sortait très bien puisqu'elle marqua le premier but de l'entrainement. Ce fut Roxanne Prewett qui récupéra le Souafle, avec lequel elle était plutôt douée. Elle marqua le deuxième but, malgré le Cognard qui vint lui heurter le bras. Ce dernier était né de l'alliance entre Curtis et McGowan, entente qui semblait porter ses fruits. Si peu avant Joy, qui n'était pourtant pas batteuse, avait remarqué que Curtis manquait de puissance, associée à Lauren, ses tirs étaient redoutables de précision. Son choix fut vite fait, surtout quand elle remarqua Lochner qui sanglotait, recroquevillé autour de son genou douloureux. Elle avait toujours su qu'il ne tiendrait pas les cinq premières minutes, et l'aide si précieuse de la batteuse officielle de l'équipe l'exemptait de chercher au delà des attitudes de coq précieux du septième année.

Cheyenne Curtis - 1
Abraham Lochner - 0

Montgomery s'illustra encore par le tir suivant. Avec la distance, Joy ne parvint pas à distinguer si la jeune femme souffrait toujours de son mollet mais si c'était le cas, elle n'en montrait rien. Connaissant Lauren et sa poigne de fer, cette Isobel était soit insensible à la douleur, soit une très bonne actrice. Personne ne félicitait un batteur pour son tir quand il était touché, à moins d'être une première année de Poufsouffle exceptionnellement bonne joueuse. Le Souafle passa des mains d'Isobel à celles de Roxanne, puis de celles de Roxanne à celles de Neil, qui fut serré de près par la poursuiveuse adverse, jusqu'à ce qu'il manque de percuter la tribune puis le batteur pleurnicheur. Montgomery évita encore quelques Cognards grâce à des figures bien exécutées et marqua le troisième but avec brio. Elle semblait d'ailleurs le savoir, mais quel Serpentard n'aurait pas éclaté de fierté après une prestation pareille ? Les Cognards représentaient son point faible, mais son talent était équilibré par les autres domaines dans lesquels elle était très bonne, impossible de le nier. Or qu'elle soit honnête ou pas, la capitaine ne devait pas prendre en compte le caractère très Serpentard des ses joueurs, tant qu'Isobel faisait preuve des qualités qu'elle avait montrées ici. Joy devait faire abstraction de son animosité à l'égard de cette fille et la prendre dans l'équipe.

Isobel Montgomery - 2
Neil Wagstaff - 0

« Tu es prise, » lui dit Joy qui s'était rapprochée d'Isobel, certaine que cette dernière n'en avait jamais douté. À chaque fois qu'elle lui parlait, elle avait l'impression d'être prise pour une gourde. Que Montgomery la sous-estime ; gourde ou pas, elle était sa capitaine. Elle se tourna vers le reste des postulants et lança :

« Les attrapeurs, à vous ! »

Les prétendus attrapeurs étaient les plus nombreux. Dans le lot, deux ou trois grands garçons bruyants venus en bande, un première année minuscule, une fille aux formes voluptueuses et aux lèvres charnues, une cinquième année blonde, et Cindy Hamilton qui était visiblement venue tenter sa chance. Qui sait, peut-être qu'on découvrirait en elle le talent d'une attrapeuse digne d'Harry Potter. Amusée, Joy se baissa pour saisir la petite balle dorée qui frétillait dans son compartiment. Quoi qu'on en dise, le vif d'or était la balle qu'elle aimait le moins. Trop imprévisible, aléatoire, nerveuse ; au fond, elle lui ressemblait. Mais elle préférait sentir la peau dure et rassurante du Souafle sous ses doigts plutôt qu'errer à la recherche d'un petit éclat doré fusant, invisible comme l'air, entre les vents contraires, avec que du vide entre ses mains. Comme pour illustrer sa pensée, elle lâcha le vif qui, en un petit frottement d'ailes, s'échappa dans un courant d'air, si vite que les yeux habiles de Joy eurent à peine le temps de voir la direction qu'il prenait. Une fois qu'elle l'eut perdu de vue et que les attrapeurs eurent enfourché leurs balais, la jeune fille marcha d'un pas vif vers le centre du terrain. Elle snoba superbement l'œillade larmoyante de Lochner – ce gars-là avait moins de mérite que Kelly – et s'approcha du jeune Neil Wagstaff, qui était toujours assis là où il était tombé, dans une position de défaite.

« Relève-toi, lui dit-elle sèchement. Elle attendit que celui-ci s'exécute, tête basse, et reprit : Ici, on est chez les Serpentard, gamin. Ils ne te feront pas de cadeau. Alors montre que tu appartiens à cette maison, lève la tête et présente-toi l'année prochaine, d'accord ? »

C'était la première fois que Joy parlait aussi durement à quelqu'un d'aussi jeune, de surcroît, l'un des amis de son cousin Burt, qu'elle s'appliquait à ignorer la plupart du temps. Elle lui parlait comme s'il avait été Burt, tout simplement, et comme Juliet lui avait parlé quelques semaines plus tôt. Elle essayait simplement de lui faire comprendre que cette maison était un nid d'hypocrites, de manipulateurs, de roublards et de gens cruels et ambitieux prêts à tout pour atteindre leur but. Bien sûr, Serpentard était aussi la maison des travailleurs, des rusés et certaines personnes comme Emma Blackbonnes ne semblaient pas pouvoir faire de mal à une mouche. Mais elle l'avait appris à ses dépends : derrière les sourires de façade, dans la maison des vert et argent, on se faisait facilement marcher sur les pieds. Si Joy était ravie d'éradiquer cette larve d'Abraham Lochner, elle le faisait pour Neil Wagstaff avec une pointe de regret. Malgré ses fanfaronnades que personne ne croyait, le troisième année n'était pas mauvais bougre, et surtout pas mauvais poursuiveur. Cependant, le savoir-faire de Montgomery et de Prewett était un frein à son recrutement : elle ne pouvait pas se permettre de le sélectionner si certains joueurs étaient meilleurs que lui. Il était certes prometteur, mais il devrait encore s'entraîner s'il voulait corriger ses points faibles.

« Roxanne, l'interpella Joy, on va procéder à une série de tirs. Marque le plus possible. Elle fit un signe au premier gardien, assis sur un banc, pour lui indiquer les anneaux. Il enfourcha son balai et vint se placer devant l'anneau central. C'est parti ! »

Le premier gardien était une armoire à glace doté du charmant sobriquet de Little Gordon. C'était l'un des seuls éléments que Joy connaissait de lui, car elle n'aurait pu définir avec certitude ni son année, ni s'il serait capable de tenir tête à McGowan. Sûrement que non ; cependant, sa hauteur n'avait d'égal que son épaisseur, sans oublier sa largeur qui semblait couvrir les trois anneaux sans qu'il eut besoin de bouger. C'était bien ça le problème : bouger, c'était une nécessité en tant que gardien, or Little Gordon se mouvait sur un balai avec une extrême lenteur et une gaucherie sans égal. Levant les yeux au ciel, Joy les posa ensuite sur les autres potentiels gardiens : il n'y en avait qu'une seule. C'était une petite fille qui bavardait avec une autre fille un jupe, sûrement venue encourager l'un des concurrents. D'après ce que Joy pouvait entendre de la conversation, la dernière candidate se nommait Leslie Sharpe, elle était en deuxième année et elle comptait bien obtenir la place de gardienne. La sixième année allait l'aborder quand elle aperçut Cheyenne Curtis, son balai à la main. Joy s'approcha de la grande bringue à lunettes, tout en la détaillant du regard. La quatrième année semblait un peu perdue.

« Bienvenue dans l'équipe Cheyenne, lui dit Joy, puis avisant McGowan, blasée : Bon travail Lauren, comme d'habitude. »

Puis la jeune fille se retourna vers les essais des gardiens, au moment même où Cindy Hamilton tombait du balai qu'elle venait de réussir à soulever du sol. L'entrainement s'était soldé par trois abandons de la part des attrapeurs ; les autres étaient en pleine course. Joy poussa un soupir : une équipe exclusivement féminine, oserait-elle ? Elle se ferait lyncher... mais c'était tellement tentant.
Samantha MillerPersonnage décédéavatar
Messages : 245

Voir le profil de l'utilisateur
Assise sur son lit, son Nimbus posé en travers de ses genoux, Samantha observait le sol d'un air maladif. Elle était prête, sa tenue de vol était enfilée, ses cheveux étaient rassemblés en une queue-de-cheval haute et l'horrible bouton qui avait poussé sur son front pendant la nuit était à peu près dissimulé. Désormais, Sam n'avait plus rien à faire pour se distraire, et une pensée tournait en boucle dans sa tête. C'était aujourd'hui. C'était aujourd'hui. C'était aujourd'hui. C'était aujour...

"Aller, lève tes grosses fesses Sam, on va être en retard. Faudrait pas faire attendre Miss Highlands... Puis arrête de tirer cette tronche sérieux, tu ferais peur au Baron Sanglant là !"

Interrompant sa litanie intérieure, Samantha redressa la tête et lança un regard noir à sa camarade de dortoir. Lauren n'était pas connue pour son tact ni sa délicatesse, et en temps normal elle l'appréciait pour cela mais aujourd'hui elle aurait bien eu besoin d'un peu de compassion. L'adolescente n'avait pas été aussi nerveuse depuis...tout bien réfléchi, elle n'avait jamais été aussi nerveuse. Elle avait beau s'être entraînée avec acharnement depuis l'annonce de la dissolution de l'équipe, Sam ne savait pas si elle était prête, si elle avait le niveau requis pour faire face aux attrapeurs des autres équipes. Or elle ferait très certainement face à une horde de candidats tous plus déterminés les uns que les autres. Etre attrapeur, c'était prestigieux, c'était excitant et cela soulevait généralement plus de candidatures que le post de gardien... Bref, elle allait se ridiculiser et n'allait très probablement pas être sélectionnée. Pourtant, Sam se devait d'essayer. Elle aimait le Quidditch, elle se savait plutôt bonne dans les airs, et puis avoir fait partie d'une équipe ne pourrait pas faire de mal sur un CV destiné à décrocher un job dans l'industrie du balai...

Samantha s'efforça donc de soulever ses "grosses fesses" et de suivre son amie fort charmante hors du dortoir puis dans les couloirs. Plus elles s'avançaient vers le terrain, plus elle sentait son appréhension se muer en une angoisse sourde et paralysante. Ses jambes lui semblaient lourdes et son estomac remuait beaucoup trop pour quelqu'un qui s'apprêtait à voler. Quand elles parvinrent au terrain, Samantha alla se planter dans un coin, tandis que Lauren l'abandonnait pour aller raconter elle-ne-savait-trop-quoi à Joy. Depuis que l'annonce de la nomination de Joy Highlands en tant que capitaine avait été faite, Lauren était encore plus sur les nerfs que d'ordinaire. Sam se doutait qu'elle était horriblement jalouse, même si elle ne l'avouerait jamais. Sam devait bien avouer qu'elle trouvait elle aussi le choix de leur directrice de maison étrange. Pourquoi nominer une brindille comme Highlands qui, si elle était douée en tant que poursuiveuse, n'aurait probablement aucune autorité sur ses coéquipiers ? Lauren aurait su mener l'équipe d'une main de fer... Mais c'était peut-être ça, le souci, justement. L'adolescente tenta de s'imaginer prise dans une équipe sous les ordres de Lauren et esquissa une grimace éloquente. Non, mauvaise idée.

Elle se détendit un peu quand Joy s'adressa à eux puis appela les différents candidats les uns après les autres. Visiblement, les gardiens et attrapeurs seraient appelés les derniers. Les mains crispées sur le manche de son balai, elle observa sans vraiment la voir la performance de ses camarades. Elle connaîtrait bien assez tôt la composition de l'équipe, sachant pertinemment que Lauren en ferait partie. Quant à elle, elle briguait un post individuel, celui d'attrapeuse. Samantha n'avait pas eu à hésiter longtemps avant de se décider pour celui-ci. Les autres posts ne lui correspondaient guère. Elle n'était pas la gardienne protectrice, la batteuse agressive ni la poursuiveuse jouant en équipe. Samantha était celle qui attendait seule, dans l'ombre, épiant sa cible et la traquant avec obsession jusqu'à la victoire finale. Oui, voilà qui lui correspondait bien...

Joy appela les attrapeurs bien trop tôt au goût de Sam, qui s'avança mécaniquement au milieu du terrain au milieu des autres candidats. Elle avisa avec dérision deux petits de première année qui ne tiendraient probablement pas trois minutes sur son balai, mais observa avec plus d'inquiétude la fille aux airs de Kelsey Lorgan et au sourire diabolique, ainsi que la bande de garçons plus âgés. Sam reconnut la fille, il s'agissait de Sandy, une fille de sixième année qui avait une réputation de peste. Sam pouvait éventuellement battre les garçons, qui étaient plus lourds et moins agiles qu'elle, mais Sandy avait sensiblement la même corpulence... Elle allait se faire manger comme un poussin dans l'oeuf... Non. Non, elle ne devait pas penser à ça. Elle voulait ce post, elle voulait ce vif d'or, et elle l'aurait !

Sur cette bonne pensée, Samantha enfourcha son balai, donna un coup de pied décidé au sol et s'envola parmi ses opposants. Son stress s'évanouit presque instantanément, remplacé par une concentration totale. En vol, était dans son élément. S'efforçant de ne pas trop prêter attention à ses - trop nombreux - concurrents, Sam se plaça bien en hauteur dans un coin du terrain, pour avoir une bonne vue d'ensemble. Elle avait toujours eu de bons yeux, et c'était aujourd'hui qu'il fallait le prouver ! Après quelques instants seulement à fouiller les airs du regard, Sam aperçut un cognard perdu qui fonçait vers elle et, se couchant sur son balai, l'attira jusqu'à son opposant le plus proche, un des grands garçons. Le cognard se désintéressa d'elle et elle put recommencer sa quête.

Ce ne fut pas Sam qui aperçut le vif d'or la première, mais l'un des garçons, à l'autre bout du terrain. Du coin de l'oeil, elle perçut un éclair doré suivit par deux jeunes hommes. Pestant entre ses dents, Sam s'élança dans leur direction en donnant toute la puissance de son balai. Elle constata néanmoins qu'ils étaient trop occupés à se coudoyer l'un l'autre pour s'occuper de la jeune fille qui fonçait vers eux à grande vitesse. Alors que le vif n'était plus qu'à quelques mètres, Sam sentit une brusque secousse la dévier quelque peu de sa course. Rétablissant immédiatement sa trajectoire, Sam se retrouva collée contre Sandy qui l'avait rejointe. Coude contre coude, cuisse contre cuisse, elles avançaient à la même vitesse, s'apprêtant à percuter les deux garçons qui avançaient en sens inverse. Le regard fixé sur le vif d'or pris en sandwich, Sam sentit l'adrénaline monter en elle. C'était le moment, il était si près ! Mais elles allaient s'exploser contre les deux garçons en face ! Non, elle ne dévierait pas, décida-t-elle en voyant Sandy détourner sa trajectoire juste avant l'impact et l'un des deux garçons faire de même.

Elle ne dévia pas sa course, et percuta de plein fouet le grand septième année qui arrivait en face et qui était tout aussi obstiné qu'elle. Son nez craqua de façon sinistre et elle fut projetée plusieurs mètres plus loin. Désarçonnée, Samantha réussit par miracle à ne pas tomber de son balai et s'immobilisa dans les airs, avant de tendre le bras devant elle. Entrouvrant légèrement les doigts, elle aperçut un éclat doré et sentit les ailes froissées de la petite balle s'agiter contre sa peau. Un large sourire s'étira sur ses lèvres, en dépit du sang qui coulait à flot de son nez. Elle avait réussi, elle l'avait fait. Oh, elle savait qu'attraper le vif ne signifiait pas nécessairement qu'elle serait sélectionnée, mais c'était un excellent début. Fière d'elle et immensément soulagée de ne pas s'être ridiculisée, Sam fonça en piqué au sol et atterrit juste à côté de Joy. Elle laissa tomber la petite boule dorée dans la main de la capitaine, rayonnante :

"Et voilà, capitaine !"

Puis elle sentit sa tête tourner un peu, et elle agrippa l'épaule de la jeune fille pour ne pas s'effondrer. Bon sang, elle n'avait tout de même pas la constitution de Lauren.


HRP : Joy, je me suis permis de tout faire en un post, et aussi de faire attraper le vif par Sam, mais si ça ne te convient pas je peux tout à fait changer !


   
Roxanne PrewettAncien personnageavatar
Messages : 41

Voir le profil de l'utilisateur
Foncer, virer, rattraper, passer, tirer. Anticiper, réfléchir, analyser.

Concentrée, Roxanne ne vit pas le temps du petit match s’écouler, et fut donc surprise lorsqu’ils s’arrêtèrent de jouer. Isobel était définitivement très douée, elle ne pouvait que le reconnaître. Excessivement horripilante, certes. Mais dotée d’un talent irréfutable pour le Quidditch, c’était un fait. Un fait désagréable à concevoir, mais ce n’en était pas moins la vérité. Et même si définitivement quelque chose la gênait chez la Serpentard – peut-être son statut de personne parfaite – Roxanne ne pouvait faire autrement que l’accepter. Aussi, lorsque Joy s’approcha d’elle pour lui apprendre qu’elle était prise, la rouquine se tourna vers sa camarade pour lui adresser un sourire. Sourire certes, complètement hypocrite. A présent, elle se fichait bien de la réussite de Montgomery – puisque visiblement, elle avait réussie – et devait se concentrer sur la sienne. Il était inimaginable qu’elle ne soit pas prise. Elle ne pouvait pas essuyer un échec. Surtout pas dans le Quidditch, et encore moins en s’appelant Prewett. Dans la famille, il s’agissait DU sport par excellence. Hors de question qu’elle subisse les regards qui se voudraient compatissants de ses oncles, tantes, ou même cousins, lorsqu’ils apprendraient qu’elle n’avait pas été sélectionnée.

Elle ferma les yeux brièvement. Elle serait sélectionnée. Elle allait exceller. Tellement que la nouvelle capitaine des Serpentard serait obligée de se rendre à l’évidence et de la choisir. Il ne pouvait pas en être autrement. Parce que ça aussi, c’était un fait, Roxanne détestait échouer. Que ce soit pour un devoir, ou comme là pour le Quidditch, elle haïssait cela. Elle considérait presque ça comme une phobie. La phobie de l’échec, peut-être celle de décevoir ses parents. Alors, chaque jour, dès qu’elle le pouvait, elle travaillait, elle s’entraînait, sans relâche. A quoi rimerait sa vie si elle n’excellait pas dans ce qu’elle entreprenait ? Elle n’avait pas spécialement d’amis, à part une fille de son dortoir – bien qu’on pouvait aussi considérer cela comme un soutien mutuel pour arriver à supporter Kelly Murdoch. Non, sa vie, elle la passait à vouloir toujours dépasser les autres, ainsi que ses propres limites. Elle n’y pouvait rien, elle était comme ça.

Et, lorsque Joy vint la voir en lui demandant de procéder à une série de tirs, la jeune fille repartie aussitôt se mettre en place, déjà concentrée et décidée à ressortir victorieuse de cette nouvelle épreuve. Le premier tir fut une cruelle désillusion. Le gardien l’arrêta sans mal, et lui repassa le Souafle avec un léger sourire supérieur. Elle lui lança un regard noir et prit une inspiration. Elle devait y arriver. Son deuxième tir ne rencontra guère plus de succès que le premier. Les joues rouges elle prit soin de chasser toutes les pensées meurtrières et humiliantes qui lui venaient à l’esprit à l’égard du gardien et souffla. Elle releva la tête, leva le bras, tira… Et avec un grand sourire constata qu’elle venait de marquer un but. Le gardien lui repassa le Souafle. Sur les dix tirs qui suivirent, elle en marqua sept.

Se dirigeant vers la capitaine, après avoir adressé à son tour un sourire supérieur au gardien, Roxanne lui tendit le Souafle.

« Neuf tirs réussis sur treize. » déclara-t-elle simplement.

Laissant retomber son bras le long de son corps, elle se rendit compte qu’elle était épuisée. Elle n’avait peut-être pas encore l’endurance, mais ça viendrait. Elle en était persuadée.



Kit par Ash-choupie ♥
Swann TwilfitPersonnage décédéavatar
Messages : 1124

Voir le profil de l'utilisateur
Emmitouflée dans une lourde cape, Swann avait prit place dans le bas de la tribune Serpentard. Il était hors de question qu’elle rate les premiers pas de Joy Highlands en tant que Capitaine de l’équipe de Quidditch de sa maison. En effet, lorsqu’elle avait appris par son traditionnel réseau de commères, que la sixième année avait été convoquée dans le bureau de leur directrice de maison fin octobre, Swann avait immédiatement deviné que c’était pour lui offrir le poste tant convoité. A la bonne heure ! Adamson avait préféré le tempérament discret mais efficace de Joy à la rage dévastatrice d’une McGowan, et, à en juger par le nombre d’élèves présents aux sélections, cela avait porté ses fruits.

A vrai dire, il y avait même beaucoup de nouvelles têtes. Depuis sept ans, Swann avait assisté à toutes les sélections de son équipe. Elle connaissait donc les inconditionnels qui se présentaient tous les ans et qui n’avaient pas la moindre chance d’être pris, les prometteurs qui devraient attendre quelques années avant de pouvoir intégrer l’équipe, et ceux qui avaient d’hors et déjà une place réservée au sein du collectif. Habituellement, c’était des noms comme Gray ou Keller qui avaient cette faveur, mais aujourd’hui, il ne restait plus que Lauren dans cette catégorie d’élèves. D’ailleurs, le Bouledogue de Serpentard arrivait avec une de ses camarades de dortoirs, Samantha Miller. Encore une nouvelle. Visiblement beaucoup de filles avaient fait le déplacement. Il faut croire que les manières machistes de Darren lorsqu’il était à la tête du collectif en avaient refroidi plus d’une et la gente féminine se sentait visiblement plus en confiance avec Joy… Un peu trop peut-être, à en juger par la présence de la petite Cindy Hamilton qui trainait un balai de l’école derrière elle.

Alors que tout le monde avait prit place autour de Joy, cette dernière commença son discours d’entrée mais s’interrompit subitement pour appeler Kelly à plusieurs reprises. Merlin, que lui passait-il par la tête ? Si Swann avait appuyé sa candidature, c’est parce qu’elle semblait davantage saine d’esprit que la majorité des Serpentard, et voila que subitement, Joy se transformait en véritable schizophrène qui entendait des voix … Fronçant légèrement les sourcils, Swann balaya l’assistance du regard et remarqua l’impatience de certains, dont Lauren. Ca commençait bien ! Si elle n’était pas capable de faire taire les fortes têtes de son équipe, la pauvre fille allait se faire bouffer toute crue. Fort heureusement, Highlands se ressaisit rapidement et finit par appeler les batteurs pour leur entrainement. Sans surprise, McGowan se présenta, tout comme Abraham Lockner- qui lui adressa au passage un clin d’œil auquel elle répondit par un léger sourire poli- et Cheyenne Curtis. Cheyenne, batteuse ? De prime abord, cela semblait bien improbable mais, après sept années de sélections, Swann avait appris à ne pas se fier aux apparences en matière de quidditch… La préfète regarda donc les trois postulants se démener dans les airs avant qu’ils ne soient rapidement rejoints par les prétendants au poste de poursuiveurs. Swann reconnut bien évidemment, Isobel, sa camarade de dortoir, Roxanne ,l’ainée des Prewett, et enfin, Inger Lowson, une de ses amies accroc aux commérages, comme elle. Secrètement Swann rêvait qu’Inger intègre l’équipe. Ainsi, elle aurait une source de premier choix, au sein des vestiaires, pour connaitre les derniers ragots sur les futurs joueurs de Serpentard. Malheureusement, la partie tourna court pour Inger qui fut rapidement hors-jeu à cause d’un cognard dans le dos. Montgomery en reçu également un dans la jambe, mais elle se montra plus acharnée en restant sur son balais jusqu’au bout de l’entrainement tout comme Prewett. Visiblement, Highlands venait de trouver ses deux nouvelles partenaires poursuiveuses, songea Swann en notant les noms des deux nouvelles recrues dans son carnet. Du côté des batteurs, Lauren avait visiblement fait son choix, car pour le coup, ce n’était clairement pas Joy qui avait eu le dernier mot pour le deuxième poste à pourvoir. Le bouledogue s’était chargé de réduire en bouillie Lockner au profit de celle qu’elle avait choisit comme sa nouvelle coéquipière, Cheyenne Curtis. La préfète nota donc les deux noms sous le trio de poursuiveuses avant de rajouter celui de Leslie Sharpe au poste de gardienne. La deuxième année était bien fluette et peu expérimentée mais son principal concurrent au poste était encore pire qu’elle ! Cela faisait vraiment beaucoup de filles, remarqua Swann, non sans fierté en reportant son attention sur les attrapeurs qui venaient de rentrer en scène. Plus le temps avançait, plus la préfète était séduite par l’idée d’une équipe exclusivement féminine, à l’instar des Harpies de Holyhead. Elle imaginait déjà les bannières représentant les fières amazones déterminées, les cheveux flottants au vent, écrasants sous leurs bottes crottés Bennet, Smith ou encore Baker. Oui, ça avait de la gueule. Évinçant complètement les critères sportifs, la préfète décida qu’il fallait absolument que l’attrapeur, soit une attrapeuse, si possible douée (Oui, Swann a le sens des priorités). D’ailleurs, le combat faisait rage dans le ciel, et les quatre attrapeurs semblaient aussi déterminés les uns que les autres à saisir le vif.

*Une fille ! Une fille !*
songea la préfète sans quitter le duel aérien qui se solda par une impressionnante collision entre deux joueurs. La préfète fronça légèrement le nez devant ce spectacle avant d’arborer un large sourire. Miller. Miller avait attrapé le vif ! Une fille !

« Parfait » murmura la Serpentard en notant le nom de Samantha dans son petit carnet. Après l’avoir soigneusement rangé dans son sac, la jeune femme se leva et rejoignit le bas du terrain, à contre courant des postulants qui rejoignait le château. Elle salua bon nombre d’entre eux, félicita les heureux nommés, donna un mouchoir à Miller pour endiguer son saignement de nez et se présenta finalement devant la nouvelle capitaine qui était encore aux pieds des anneaux.

« Le club des supporters de l’équipe de Serpentard te félicite pour tes premières sélections ! »
récita Swann en lui tendant l’insigne de Capitaine personnalisé à son nom qu’avait fabriqué les membres, Alors ? Ça c’est plutôt bien passé…souffla cette dernière en reportant son attention sur les derniers joueurs qui quittaient le terrain.

Bon, Joy avait encore des progrès à faire et l’équipe actuelle était moins impressionnante que la précédente mouture mais Swann était d’un naturel optimiste. Les filles allaient tout pulvériser. Il faudrait d’ailleurs qu’elle leur trouve un nouveau surnom. Oui… Elle avait déjà plein d’idées qui se bousculaient dans sa tête. Réajustant la bride de son sac sur son épaule, Swann finit par esquisser quelques pas en direction de l’école avant de demander à Joy « On remonte ensemble au château ? »


Joy HighlandsSans emploiavatar
Messages : 623

Voir le profil de l'utilisateur
Joy ne regardait que d'un oeil distrait les tirs de Roxanne Prewett. De toute manière, elle l'avait déjà sélectionnée, elle lui avait demandé de faire cet exercice pour la tester d'une certaine manière, et surtout pour évaluer les gardiens. La rouquine ne se départit pas de la froideur qu'elle affichait quotidiennement, mais Joy y était habituée. Ça ne marchait pas à tous les coups, mais elle pouvait parfois comprendre ce qui se tramait derrière ce visage inexpressif, par un petit détail qui la trahissait et qu'elle-même reconnaissait pour l'avoir déjà laissé s'échapper. Ici, le trouble de Roxanne fut traduit par sa maladresse lors des deux premiers tirs, que le gardien bloqua sans peine. Assez fier de lui, il rendit le Souafle à Roxanne qui tira une troisième fois, sans que Little Gordon n'ait le temps de se déplacer vers l'anneau visé. Trop peu de mobilité, soupira Joy devant la lenteur du jeune homme. Elle espérait que la petite Sharpe serait plus douée que lui, pour ne pas être obligée de le prendre. Elle ne voulait pas de ce lourdeau – aussi musclé soit-il – dans son équipe ! Au bout du septième essai, Prewett reprenant de l'assurance, la capitaine interpella la candidate pour remplacer Little Gordon. Elle ne rattrapa que deux fois le Souafle, sur six tirs de la poursuiveuse. Un score moyen, mais la jeune Leslie, bien que frêle, était très rapide et habile. Roxanne vint lui rendre le Souafle en annonçant son score. Joy se contenta de lui faire signe qu'elle était prise, ainsi qu'à Leslie Sharpe qui bondit de joie.

Elle dirigea son regard vers les attrapeurs qui se livraient à un combat aérien acharné. Deux garçons se bousculaient à la poursuite du vif. Joy nota une bonne résistance aux chocs mais moins de précision qu'il était nécessaire d'en avoir : en effet, leurs mains tendues en avant étaient trop peu stables pour attraper avec assurance le vif d'or qui filait à toute allure. Joy observa les autres concurrents : Cindy Hamilton fesses à terre, une blonde à queue de cheval impeccable à la recherche du vif et une autre blonde qui volait en direction du vif. Bientôt, la première des deux filles vint s'accouder à la deuxième, qui ne tomba pas de son balai. Intéressée, la sixième année suivit des yeux le duo qui se rapprochait des deux garçons. Bientôt, les quatre attrapeurs se retrouvèrent face à face, le vif d'or entre eux. Par prudence, seulement deux d'entre eux abandonnèrent la partie en dirigeant leur balai vers le ciel ou en piqué. Joy, étonnée par l'attitude des derniers attrapeurs en course, plissa les yeux en attente du choc. Distance et vitesse combinées, il était mathématiquement impossible qu'ils s'en sortent intacts, et ce qui devait arriver arriva : ils entrèrent en collision. La Serpentard observa la chute du grand septième année et le rétablissement miraculeux sur son balai de sa collègue obstinée, qui tendit le bras en avant, fermant ses doigts sur le vif d'or. Bluffée, Joy la regarda descendre à terre et venir lui porter le vif.

« Jolie prestation, dit-elle simplement à la jeune fille quand la petite boule dorée fut coincée au creux de sa main. Quand cette dernière vacilla et s'agrippa à son épaule, Joy la retint et reprit : Oula, je n'ai pas envie que ma nouvelle attrapeuse tombe dans les pommes ! »

Joy était particulièrement contente de sa nouvelle recrue. En effet, cette jeune fille était douée : elle avait su réunir toutes les qualités d'une attrapeuse, à savoir vitesse, persévérance, ingéniosité, dextérité, précision et... souplesse de singe pour se redresser sur son balai après le choc. Même si elle n'avait pas eu le vif d'or, Joy l'aurait peut-être choisie. Swann Twilfit, descendue de ses gradins, offrit un mouchoir à la malheureuse qui saignait abondamment du nez, après avoir salué un peu tout le monde. Puis elle se tourna vers Joy et la félicita. Flattée et surtout très mal à l'aise, cette dernière répondit :

« Merci ! Oui, ça s'est plutôt bien passé... »

Elle avait hérité de deux poursuiveuses hypocrites mais très bonnes – bien que très individuelles, il leur serait difficile de se coordonner, toutes les trois –, d'une batteuse hargneuse mais prête à rendre plus puissante sa congénère, prise sous son aile, d'une gardienne chétive mais prometteuse et d'une attrapeuse prête à faire ses preuves. Après tout, elle pourrait peut-être faire quelque chose de cette équipe.

« Avec plaisir », dit-elle à Swann quand celle-ci lui proposa qu'elles remontent ensemble au château.

Tout en marchant, elle se demanda comment les Serpentard accepteraient l'idée que tous les sélectionnés ne soient que des filles. Oh et puis, s'ils n'étaient pas contents, il n'avaient qu'à s'adresser à Lauren. Elle était sûre que cette dernière les aiderait à mieux comprendre.


[RP TERMINÉ]
Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Balai neuf balaie bien [Nouvelles Sélections de l'équipe de Serpentard]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Syndicat - Fin du premier mandat, début des nouvelles élections. Compte rendu du Syndicat.
» La Dictature Verte et Argent [Les Sélections de l'équipe Serpentard]
» De nouvelles ceintures de champions par équipe a la WWE
» Enjeux et défis des prochaines élections indirectes
» Des nouvelles de Fuveau !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Poudlard :: Parc, :: Terrain de Quidditch,-