AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Crier au Lou ! [Juliet, Jeremy & Irving] Titre: Wikidaisy !

Irving WhitakerAubergisteavatar
Messages : 3444

Voir le profil de l'utilisateur
Samedi 17 février 2007

Un sac à dos usé rivé sur ses épaules,Irving dévala les escaliers du château d’un pas rapide. Il venait de passer la matinée et le début d’après-midi à St-Mangouste et il en revenait à l’instant. Il était rentré par le réseau de Cheminette du professeur Hellsoft et avait discuté avec elle quelques minutes avant de prendre congé pour, soit disant, je cite, « profiter de la fin de journée pour aller faire quelques emplettes à Pré-Au Lard ». Bon, en vérité ce n’était pas tout à fait ça puisqu’il devait surtout retrouver Juliet et Jeremy dans le hall pour partir en expédition « Cabane hurlante ». En effet, la veille au soir, les trois amis avaient décidé ça sur un coup de tête. Irving avait fait part de ses inquiétudes quant à passer sa journée entière à l’hôpital – ces moments passés au chevet de Bradley étant de plus en plus lourds et éprouvants- et Juliet avait donc établi le programme de cette fin d’après-midi pour lui remonter le moral :

« On chassera les fantômes, on picolera, on papotera, on fera un plan machiavélique, on écrira une chanson et on fera le ménage !» avait décidé la chanteuse.

Le jeune homme avait acquiescé en riant avant d’aller se coucher. Il s’était toutefois demandé s’ils allaient réellement faire tout ça mais il le saurait bien assez tôt, puisqu’il entrevoyait déjà les silhouettes de ses deux camarades aux pieds des grands sabliers :

« Héééé ! » lança-t-il en arrivant à leur hauteur tout en s’efforçant d’être de bonne humeur. Il donna une petite tape amicale sur l’épaule de Jeremy et adressa une bise à la charismatique Juliet puisqu’il ne l’avait pas croisée le matin même.

« Ou sont les autres ? »
Questionna-t-il en balayant l’entrée du regard à la recherche de leurs camarades. Néanmoins, le gryffondor se rendit vite compte qu’ils n’étaient que tous les trois, Finalement y’a que nous ? ajouta-t-il donc un peu déçu.

Il pensait que Juliet préviendrait au moins Killian et les autres membres des Dark Boursouf et que Jeremy se chargerait d’informer Georgiana et la petite bande des joueurs de quidditch de Poufsouffle.

« Fin bon, c’est pas grave hein ! se reprit-il en souriant. C’est vrai qu’il aurait bien aimé voir tous les ses copains mais Juliet et Jeremy avaient fait l’effort de l’attendre, il n’allait quand même pas râler. Tant pis pour eux, ça fera plus de ménage pour nous dans la cabane hurlante ! » Ricana-t-il en faisant référence à la blague de son amie.

Les trois acolytes sortirent donc sur le perron de Poudlard afin de prendre la direction de Pré-Au-Lard. Il faisait étonnamment beau et doux pour cette fin d’après-midi hivernal si bien qu’Irving posa une main sur son front pour protéger ses yeux du soleil rasant de la fin de journée. Tout en marchant, il inspira de grandes bouffées d’air frais, se délectant de la douce chaleur des rayons du soleil sur sa peau. Cette atmosphère était particulièrement plaisante, surtout après avoir passé une journée confiné dans une chambre d’hôpital de quelques mètres carrés. Dès que les trois amis eurent passé les grilles du château, les septièmes proposèrent de transplanter jusqu’à la Cabane. Irving s’accrocha au bras de Juliet pour se faire escorté et grimaça légèrement en se sentant comme aspiré.

Il n’aimait pas la sensation du transplanage mais il s’était toutefois inscrit aux cours qui étaient dispensés à Poudlard. Bien qu’il ne soit pas particulièrement doué en magie, il avait été étonné de voir qu’il ne s’en sortait pas si mal que ça. En tout cas, il ne s’était pas désartibulé au milieu de la Grande Salle comme Kelly Mordoch. Bon, il avait bien laissé quelques bouclettes brunes derrière lui quelque fois, mais et il avait l’impression d’avoir compris le truc. Il n’eut d’ailleurs presque pas la nausée lorsque Juliet le déposa devant la Cabane Hurlante, quelques micro-secondes après avoir quitté Poudlard.

« Merci, souffla-t-il en lâchant le bras de son amie.

Après avoir vérifié qu’il avait bien les brides de son sac à dos toujours sur ses épaules, Irving leva finalement le regard sur l’inquiétante bâtisse qui lui faisait face. Eclairée à contre-jour, la vieille maison projetait une large ombre sombre sur le sol, jusqu’à leurs pieds.

« Cooool. » commenta-t-il en détaillant les hautes herbes du jardin non entretenu et les fenêtres occultées par de larges planches, j’sais pas si on va réussir à rentrer pour tout nettoyer mais en tout cas – il fit glisser son sac à dos de son épaule afin de pouvoir l’ouvrir- on aura de quoi picoler un peu ! » déclara-t-il en sortant une petite fiole de whisky-pur-feu de son sac. Qu’une gorgée chacun, mais c’est toujours ça, commenta-t-il avant d’ajouter, un sourire malin au coin des lèvres, Y a un vendeur de liqueur en face de St-Mangouste ! »


Jeremy BakerElève de l'Académie Lycaonavatar
Messages : 1004

Voir le profil de l'utilisateur
"Juuuuuuuuliet ! C'est l'heure d'aller faire le ménage !"

Plein d'entrain, Jeremy tira Juliet du fauteuil dans lequel elle était assise et l'entraîna vers la sortie de la salle commune. Il ne tenait pas à faire attendre Irving, déjà qu'ils ne seraient que trois au lieu du grand groupe promis ! Leur ami aurait bien besoin de se changer les idées après avoir passé la journée avec son père. Jeremy avait appris avec tristesse et consternation ce qui arrivait au papa d'Irving, et faisait de son mieux pour se montrer présent pour son ami. Malheureusement, il n'y avait pas grand chose à faire puisque la condition de monsieur Whitaker se dégradait inexorablement, jusqu'à sa fin inéluctable... Qu'il arrive une chose pareille à son copain aurait dû faire réfléchir le jeune homme sur ses propres rapports avec sa famille, qu'il ignorait résolument depuis Noël. Hélas, tel n'avait pas été le cas, et Jeremy était encore loin d'avoir pris le recul nécessaire. Néanmoins, il avait tout de même pris conscience du fait que ses problèmes étaient minimes comparés à ceux d'Irving, et s'était donc abstenu de les étaler dans la salle commune, à l'exception de l'oreille attentive de Juliet.

Sa meilleure amie avait eut une excellente idée pour ce samedi soir où il convenait de remonter le moral d'Irving, à savoir de pénétrer par effraction dans la célèbre Cabane Hurlante... Pour y faire quoi ? Eh bien, rien de bien constructif, mais le lieu en lui-même était suffisamment exotique pour justifier le déplacement. D'humeur joyeuse à la perspective des bons moments à venir, Jeremy bavarda gaiement avec Juliet tout en traversant le château, et tandis qu'ils attendaient le retour de leur ami. Celui-ci les salua avec entrain, et Jeremy répondit à sa tape amicale avant de répondre à sa question, ayant détecté la déception d'Irving.

"Oui, désolé, on a proposé à tout le monde mais ils avaient tous quelque chose d'important à faire !", s'exclama-t-il en comptant sur ses doigts. "Entraînement de Quidditch, de rugby, important devoir de potion à rendre pour lundi, et bien sur dans le cas de Donald et de Killian, retenue...Une vraie conspiration ! Mais ils ont tous dit qu'ils seraient là sans faute la prochaine fois."

Irving fit cependant bonne figure, blaguant sur le ménage qu'ils allaient pouvoir faire.

"J'aurais du emmener mon balai", renchérit-il en riant, avec une pensée pour son Météore étincelant qui était soigneusement rangé dans son dortoir. Cela devait être étrange au début pour les nés-moldus d'imaginer qu'on puisse dépenser une petite fortune pour un objet qui ne servait dans leur monde qu'à déblayer la poussière... "T'en fait pas, on va se marrer !"

Sur ces bonnes paroles, les trois Gryffondor quittèrent le perron du château et entreprirent de traverser le parc, qui était baigné par une agréable lumière de fin de journée. Une fois le portail franchit, ils décidèrent de transplaner, Juliet se chargeant du transplanage d'escorte. Jeremy ferma les yeux, se concentra sur sa destination et transplana à son tour. Arrivé devant la Cabane Hurlante, il garda les yeux fermés quelques instants et pris plusieurs grandes inspirations pour calmer son état nauséeux. Il n'était pas encore un grand adorateur de ce moyen de transport, aussi pratique soit-il, car une fois sur deux il se retrouvait avec l'envie de rendre le contenu de son estomac...

C'était d'ailleurs pour ça qu'il avait décidé de rentrer en Magicobus le lendemain de la fête d'Irving, désireux d'éviter une désartibulation en transplanant après avoir - beaucoup - trop abusé sur la boisson. Malheureusement, cette idée s'était révélée tout aussi désastreuse puisque Jeremy avait finit par se faire éjecter du Magicobus. Visiblement, le conducteur n'avait pas vraiment apprécié qu'il retapisse les sièges de son précieux bus... En même temps, quelle idée d'avoir une conduite si brusque, surtout dans les virages ! Jeremy avait donc fini le trajet à pieds et était rentré à la tombée de la nuit. Heureusement pour lui, ses parents étaient trop occupés à se lancer des assiettes à la tête pour le disputer...

Jeremy sortit de ses souvenirs peu glorieux du nouvel an et rejoignit ses deux amis au pied de l'inquiétante bâtisse. Elle dégageait une impression vraiment lugubre, songea Jeremy avec un frisson d'excitation. Mais s'ils avaient survécu à la chasse aux araignées, ils pouvaient survivre à cela ! Le jeune homme hocha la tête avec approbation devant la flasque qu'Irving sortit de son sac à dos, et ouvrit à son tour le sac qu'il portait en bandoulière. Il en sortit une bouteille qui ne semblait contenir qu'un inoffensif jus de citrouille et l'agita avec un sourire malicieux.

"Corsée au rhum grâce à notre ami Killian. Ne me demandez pas comment il se débrouille, mais il me trouve toujours tout !"

Jeremy rangea la bouteille dans son sac, où se trouvait également un paquet de cigarettes moldues que lui avait refilé Killian, et de la nourriture gracieusement offerte par les elfes. Il ne savait pas s'ils allaient vraiment boire tout ça, mais au moins ils étaient parés. Vu l'endroit et la compagnie en laquelle il se trouvait, la soirée serait réussie quoi qu'ils fassent ! Enfin, sauf s'ils faisaient vraiment le ménage, peut-être... Jeremy ayant vécu toute sa vie dans une maison entretenue par une elfe de maison, il n'était pas vraiment une fée du logis !

"Bon", s'exclama Jeremy en s'approchant d'une fenêtre obstruée, "Comment on rentre là-dedans ? Je suppose qu'il suffirait d'un sort mais ça serait dommage de tout casser...Bah, on peut déjà essayer avec un Alohomora sur la porte !"


Juliet E. BakerSans emploiavatar
Messages : 1969

Voir le profil de l'utilisateur
Se laissant tirer de son fauteuil par Jeremy en riant lorsqu’il s’exclama qu’il était l’heure de faire le ménage Juliet approuva d’un signe de tête et s’étira pour sortir de sa torpeur.

« Je suis toujours partante pour faire le ménage ! » blagua-t-elle en se mettant en marche aux côté de son meilleur ami.

Même si « faire le ménage » n’était pas exactement la principale activité qu’ils avaient prévu pour cette fin d’après-midi, elle faisait partie de la liste que la jeune femme avait sorti à Irving la veille pour lui vendre son projet d’aller dans la cabane hurlante lors de la sortie prévue à Pré-au-Lard. En effet, lorsque le Gryffondor leur avait parlé de ses inquiétudes à passer toute sa journée à l’hôpital avec l’état de son père qui se dégradait, Jeremy et Juliet avaient sauté sur l’occasion pour l’emmener s’aérer l’esprit… Et l’idée de la cabane hurlante s’était imposée presque d’elle-même. On ne distrait pas un Gryffondor en le collant devant les petits gâteaux et autres niaiseries gustatives que servaient Mme Pieddodu, mais bien en lui offrant une bonne dose d’adrénaline... Aventures, rires et souvenirs à la clé. De plus, si Juliet ne pouvait pas prétendre qu’elle savait exactement ce qu’Irving ressentait, elle en avait déjà cependant une petite idée, sa propre mère ayant frôlée la mort quelques mois plus tôt… Avant de s’en remettre, du moins, aux dires des médecins, ce qui malheureusement n’était pas le cas du père d’Irving, qui semblait allait de plus en plus mal et se dirigeait vers une fin inéluctable…

Réprimant un frisson, Juliet se reprit. Il était inutile de songer à des choses si noires maintenant, alors qu’elle avait pour mission de remonter le moral de son ami ! Oui, vraiment, cette sortie ne devrait que leur faire du bien à tous les trois. A Irving, évidemment, mais aussi à Jeremy, qui traversait une passe difficile avec ses parents, refusant de parler à sa mère depuis qu’il avait apprit qu’elle trompait son père avec un autre homme. En soit, elle comprenait cette réaction, puisqu’elle aurait probablement eu la même dans ce genre de situation. Sortant de ses pensées en adressant un sourire à son meilleur ami et en commençant à bavarder avec lui, Juliet prit soin de garder ce genre de pensées loin de son esprit. Du moins, pour l’instant. Une sortie joyeuse, avait-elle promit hier ! Les deux adolescents se dirigèrent vers le hall, point de rendez-vous qu’ils avaient fixé avec Irving. Ce dernier ne tarda pas à arriver, saluant Jeremy d’une tape amicale, et d’une bise sur la joue pour elle qu’elle lui rendit. Il s’étonna ensuite du nombre qu’ils étaient, et Jeremy entreprit de lui lister les différentes raisons qui avaient fait que les autres n’avaient pas pu venir. Approuvant d’un hochement de tête ses dernières paroles, Juliet renchérit :

« Oui, ils nous ont promit d’être là la prochaine fois ! C’est vraiment sadique de coller pendant les sorties à Pré-au-Lard… Enfin, on leur a dit que la prochaine fois qu’ils avaient des conneries à faire, il fallait qu’ils les fassent avant… » ria-t-elle avant de reprendre : « Et pour les entraînements de Quidditch ou de rugby… Bah, on s’organisera à l’avance ! »

Puis, tandis qu’Irving s’exclamait qu’au moins, ils pourraient faire plus de ménage et que Jeremy se désolait de ne pas avoir apporté son Météore, la Gryffondor éclata de rire, visiblement sa proposition de faire le ménage dans cette vieille cabane poussiéreuse les avait marquée…

« Mais exactement ! » approuva-t-elle toute fois, « J’aurais été bien gênée de ne pas te laisser assez de toiles d’araignées à enlever, tu comprends… »

Enfin remarque, après son aventure dans la forêt Interdite en compagnie de Jeremy et d’Aaron, ce n’était pas les petites araignées qui pouvaient lui faire peur… Elle ne recommencerait quand même pas de sitôt. Risquer sa vie, oui, bon, pourquoi pas, de temps en temps. Mais risquer tous les jours de terminer au fond du ventre d’une araignée... Sans façon.

Sur ce, les trois Gryffondor quittèrent le hall du château pour se diriger vers le parc. Traversant ce dernier en papotant, ils atteignirent rapidement le portail et décidèrent – une fois ce dernier passé – de transplaner. Tendant son bras à Irving pour qu’il s’y accroche, Juliet ferma les yeux et se concentra sur sa destination. La cabane hurlante. Elle inspira, et moins d’une demi-seconde plus tard, se retrouva en compagnie des deux garçons devant la Cabane Hurlante, avec la désagréable sensation de nausée. Le transplanage n’était certes pas son moyen de transport préféré mais avait la qualité d’être très rapide et pratique, à défaut de procurer une sensation plus agréable.

Levant les yeux vers la maison « hantée », un sourire naquit sur les lèvres de la jeune femme. Elle adorait ça. Sourire qui s’accentua lorsque les deux garçons dévoilèrent ce qu’ils avaient apporté. Approuvant d’un hochement de tête, elle les remercia d’y avoir pensé, avant de se pencher avec Jeremy sur l’étude de la bâtisse…

"Comment on rentre là-dedans ? Je suppose qu'il suffirait d'un sort mais ça serait dommage de tout casser...Bah, on peut déjà essayer avec un Alohomora sur la porte !"

« Ouais, j’pense que ça doit être un truc comme ça… » souffla Juliet en sortant sa baguette. « Alohomora. » fit-elle en la pointa sur la vieille porte.

Une déclic se fit entendre, et, après avoir jeté un coup d’œil à ses camarades, la jeune femme poussant la porte, qui s’ouvrit lentement en grinçant, dévoilant un long couloir, plongé dans l’obscurité, à peine éclairé par la lumière extérieure qui provenait de la porte.

« On y va ? » demanda-t-elle avant de s’engager à l’intérieur de la Cabane Hurlante, faisant craquer le parquet sous ses pas.



Kit par Irving Ship
Irving WhitakerAubergisteavatar
Messages : 3444

Voir le profil de l'utilisateur
Irving ne cacha pas sa joie lorsqu’il découvrit la bouteille de rhum qu’avait prévue Jeremy. Même s’il avait éprouvé quelques scrupules à ramener de l’alcool à l’école, sous le nez même de Chloé Hellsoft, il devait tout de même avouer que c’était particulièrement excitant d’être dans l’illégalité. Enfin, juste un peu. Il ne comptait pas être aussi ivre qu’au réveillon après tout. Il voulait juste se sentir joyeux, discuter avec ses amis et rire bêtement… Il n’y avait pas mort d’homme.

Les trois acolytes pénétrèrent donc dans le petit jardin en friche et se dirigèrent vers la cabane. Écrasant de hautes herbes sous chacun de ses pas, Irving s’approcha d’une fenêtre obstruée et essaya de discerner l’intérieur de la maison entre les planches. Tout semblait sombre et silencieux.

« "Comment on rentre là-dedans ? Je suppose qu'il suffirait d'un sort mais ça serait dommage de tout casser...Bah, on peut déjà essayer avec un Alohomora!" S’exclama alors Jeremy alors qu’il se tenait devant la porte.

Juliet exécuta le sortilège et un cliquetis caractéristique se fit entendre. La porte s’était déverrouillée. Un sourire naquit sur les lèvres du jeune homme tandis que la chanteuse charismatique des Dark Boursouf pénétrait précautionneusement dans la maison, faisant grincer le plancher sous son poids.

« Après toi. » lança Irving en laissant Jeremy le devancer. Le gryffondor jeta un dernier coup d’œil à la lande environnante baignée de lumière hivernale, puis il referma la porte derrière lui, les plongeant dans l’obscurité quasi-totale.

« Psst, vous voulez pas allumer vos baguettes. »
chuchota-t-il comme s’il avait peur d’être entendu.
N’étant pas encore majeur, le gryffondor n’avait pas le droit d’utiliser la magie en dehors de l’école. Il tâtonna donc contre le mur pendant quelques secondes, le temps que ses yeux s’habituèrent à l’obscurité. Il discerna alors le long couloir et même les cadres des toiles accrochées au mur, même si, visiblement, les habitants des tableaux les avaient désertés. Ce n’était pas étonnant d’ailleurs. Personne n’aimerait être enfermé dans cet endroit sinistre qui sentait le renfermé et qui suintait l’humidité.

Après avoir parcourut le long couloir, les trois jeunes gens débouchèrent dans une pièce plus grande, zébrée par des rayons de soleil qui filtraient entre les planches clouées sur les ouvertures. La poussière déplacée par leur présence, voletait en volutes dans les raies de lumière. C’était plutôt joli à vrai dire et Irving se surpris même à esquisser un sourire devant ce spectacle.

« Dommage qu’on ait le ménage à faire. »
commenta-t-il en regardant toujours les particules danser dans la clarté.

Mais son instant de contemplation fut de courte durée puisqu’un raclement sonore se fit entendre à l’étage, juste au dessus d’eux. Irving sursauta et leva les yeux vers le plafond en ressentant une terrible sensation de déjà vu. Il se revoyait parfaitement, un mois plus tôt, dans le salon de Miss Hightway en compagnie de Cassandre Harper. Et si un épouvantard avait élu domicile ici ? Irving n’avait pas du tout envie d’être de nouveau confronté à cette créature.

« Si c’est un épouvantard, ridiculisez-le vite. » souffla-t-il rapidement, sans parvenir à cacher complètement la crainte que lui inspirait cette éventuelle rencontre.

Il n’avait parlé de cet épisode à personne, pas même à Nora. A vrai dire, il en avait un peu honte. Heureusement, Cassandre avait su se montrer discrète et elle n’avait jamais fait référence à cet incident. D’ailleurs, il se demandait souvent comment la jeune fille avait vécu tout cela. Elle avait surement du ressentir un bien fou en arrivant à vaincre sa peur la plus profonde. Il aurait bien aiméen parler avec elle, lui demander ses impressions, mais c’était plutôt difficile d’avoir ce genre de conversation assis entre Peggy Black et Jayden Valentyne sur le canapé de la salle commune. Alors, il se contentait de lui sourire poliment et de lui dire bonjour. Sauf hier, où il lui avait souhaité un joyeux anniversaire après avoir entendu Victor Lloyd en parler durant le repas. Enfin, nul doute que si Cassie avait été là, elle aurait déjà sorti sa baguette pour parer à toute éventualité. Irving attrapa donc son bout de bois et le pointa en direction de l’escalier défoncé qui desservait le premier étage.

« On monte ? » chuchota-t-il en se tournant vers ses deux camarades.


Jeremy BakerElève de l'Académie Lycaonavatar
Messages : 1004

Voir le profil de l'utilisateur
Suivant la suggestion de Jeremy, Juliet parvint à débloquer l'entrée de la Cabane Hurlante par un sortilège, et y pénétra précautionneusement. Irving laissa obligeamment Jeremy entrer avant lui, provoquant chez le capitaine l'envie irrépressible de le taquiner.

"Poule mouillée !", lança-t-il à Irving avant d'entrer à la suite de Juliet dans la demeure obscure et poussiéreuse. Dès que le troisième membre de leur petit groupe eut fermé la porte derrière eux, ils furent plongés dans la pénombre, incapable de discerner grand chose. Jeremy se demanda un instant pourquoi Irving n'allumait pas sa propre baguette, avant de se rappeler que son ami n'était pas encore majeur. On s'habituait vite à exercer la baguette en dehors de Poudlard, songea-t-il en tirant sa propre baguette.

"Lumos", murmura-t-il en pointant le bout de la baguette devant eux. En s'aventurant dans le rez-de-chaussée de la Cabane Hurlante, ils découvrirent un endroit très poussiéreux, tout aussi abandonné qu'il en avait l'air de l'extérieur. Avec son sol tâché, sa chaise à laquelle manquait un pied et les rayons de soleil qui filtraient à travers les planches condamnant les fenêtres, la pièce avait un certain charme, comme le fit justement remarquer Irving.

"Je n'ai rien contre la poussière", répondit Jeremy avec un sourire, avant de se détourner de cette image poétique. L'attention des trois jeunes gens fut alors attirée par un bruit sourd à l'étage. Se figeant sur place, Jeremy tendit l'oreille vers l'étage du dessus pour tenter d'identifier l'intrus. Irving suggéra alors un épouvantard sur un ton décidément peu rassuré.

"J'ai jamais affronté d'épouvantard alors espérons que ça soit autre chose...", avoua-t-il avec un regard inquiet.

A vrai dire, Jeremy n'avait pas la moindre idée de ce que pouvait être sa plus grande peur. Elle avait probablement quelque chose à voir avec sa famille, et plus précisément son frère, la personne qu'il aimait le plus au monde... à moins que ce ne soient les pieds du professeur Dérébusor dont, à en croire les rumeurs, la simple vision suffisait à changer un homme en pierre. Enfin, autant en avoir le coeur net ! Approuvant d'un mot la proposition d'Irving, Jeremy décida de prendre la tête des opérations et se dirigea à pas de loups vers l'escalier délabré, ses deux amis derrière lui. Précautionneusement, ils montèrent les marches sur la pointe des pieds, leurs pas laissant des traces dans la poussière. Le regard de Jeremy restait fixé sur la petite zone de lumière que projetait sa baguette, tandis que son pouls s'accélérait sous l'effet de l'adrénaline. Quelle créature monstrueuse avait-elle trouvé refuge dans cette Cabane hantée et abandonnée ?

Parvenu au premier étage, il prit une grande inspiration et poussa doucement la porte de la pièce principale, qui grinça sur ses gonds. Tendu comme avant un match, il fit un pas dans la pièce et...fit un grand bond sur le côté alors qu'une créature de l'enfer se précipitait vers lui en volant.

"AAAAAH !!!!!", s'écria le jeune homme, avant de tourner sa baguette vers la bête, prêt à se défendre jusqu'à la mort...

Mais la bête féroce s'était immobilisée et tournait désormais vers Juliet sa tête crêtée. Jeremy resta un instant figé, se demandant comment diable avait-il pu être effrayé par une poule, tandis que son rythme cadiaque retournait à la normalité.

"Ouais...bon...", finit-il par commenter en se grattant la nuque, un sourire embarrassé aux lèvres, "OK, c'est juste une poule."

Il éclata alors de rire devant sa propre réaction et se laissa tomber sur le somptueux lit à baldaquin qui trônait dans la pièce. Une fois son rire calmé, il se redressa sur ses coudes et embrassa la pièce du regard. Le mobilier était assez pauvre, uniquement composé du lit et d'une coiffeuse au miroir brisé, et l'on retrouvait la même couche de poussière qu'au rez-de-chaussée.

"Sympa ! Je propose qu'on en fasse le nouveau dortoir des Gryffondor..."


HRP : Description tirée d'Harry Potter et le Prisonnier d'Azkaban, Folio Junior p.359...Enfin WikiDaisy quoi :mrgreen:


Juliet E. BakerSans emploiavatar
Messages : 1969

Voir le profil de l'utilisateur
Tandis que la porte claquait derrière Irving, les plongeant dans l’obscurité quasi-complète, Juliet cligna plusieurs fois des yeux pour s’y habituer, avant de sortir sa baguette en même temps que Jeremy afin d’éclairer quelque peu les lieux. Les lumières blanches qui émanaient des baguettes dévoilèrent aux yeux des adolescents un rez-de-chaussée dès plus lugubres… Qui dégageait toute fois un certain charme. Avec son sol tâché, sa chaise à laquelle il manquait un pied, sa couche de poussière et les rayons de soleil qui éclairaient cette dernière, la pièce semblait figée dans le temps, comme s’il n’avait pas d’emprise sur elle… Contemplant avec l’insouciance d’une enfant l’image qui s’offrait à elle, Juliet s’en détourna à contrecœur lorsqu’un bruit se fit entendre à l’étage. Elle s’apprêtait à hausser les épaules – ils étaient dans une vieille maison après tout, il était bien normal qu’elle craque de partout – lorsqu’Irving mentionna la possibilité qu’ils puissent se retrouver face à un Epouvantard.

Un frisson la parcouru tandis qu’elle songeait à ce qu’il se passerait si elle était amenée à en affronter un. Quelle était sa plus grande peur ? Quelque chose lié à sa sœur ? Ou à sa phobie des espaces clos ? Elle penchait pour la première solution, bien que la deuxième lui semblait également probable. Elle ne savait pas si elle avait véritablement envie de connaître sa plus grande peur, et de vivre dans la crainte qu’elle se réalise un jour. A vrai dire, elle restait toujours inquiète au sujet de sa sœur. Moins qu’avant peut-être. Mais l’idée de quitter Poudlard l’année prochaine et donc de laisser Leah seule la révulsait. Même si elle savait qu’elle pourrait toujours demander à ses amis plus jeunes qu’elle de garder un œil sur la fillette… Juste au cas où. On n’est jamais à l’abri des abrutis style Ahren Keller, après tout… Mais elle allait s’en sortir, tenta de se raisonner Juliet. Elle allait s’en sortir, parce que mine de rien, elle était forte, sa petite sœur. Ce n’était certes pas apparent, et contrairement à elle, la petite fille n’aimait pas plus que ça les conflits, préférant les fuir, préférant extérioriser ses émotions dans le dessin, mais elle réussissait à surmonter bien des épreuves. Et c’était pour elle, que Juliet faisait tant d’effort pour rester debout malgré ses différents tracas. Pour sa sœur. Parce qu’il n’y a rien de pire pour un enfant que de voir la personne en qu’il a confiance paniquer.

Hochant toute fois la tête lorsqu’Irving leur proposa de monter, la jeune femme resserra sa prise sur sa baguette et grimpa les escaliers à la suite de Jeremy. Sentant l’adrénaline parcourir ses veines, Juliet se hissa sur la pointe des pieds pour regarder par-dessus l’épaule de son meilleur ami qui ouvrait doucement la porte pour ensuite avancer dans la pièce. Y entrant prudemment la Gryffondor leva sa baguette et…

"AAAAAH !!!!!"

…Sursauta violement en entendant le cri de Jeremy. Regardant brusquement à droite et à gauche pour voir où se trouvait l’horrible créature qui avait arraché un cri au capitaine des Gryffondor, la jeune femme finit par baisser les yeux et tomba sur… Une poule. Une poule. Passant de la poule, à Jeremy, de Jeremy, à la poule, Juliet éclata de rire, tandis que son meilleur tentait de se justifier lamentablement.

« Aaaaah, mais ne refait plus jamais ça Jerem ! » parvint-elle a articuler entre deux éclats de rire, en portant théâtralement la main à son cœur.

Se laissant tomber que le lit à baldaquin qui meublait la chambre, la Poursuiveuse vint s’étaler aux côtés de Jeremy, puis se redressa et s’assit en tailleur sur le lit, incitant Irving à les rejoindre.

« Je vote pour ! » s’exclama-t-elle après que Jeremy ait proposé de faire de ce lieu le nouveau dortoir des Gryffondor.

« Quoique, je ne suis pas certaine qu’on serait spécialement apte à aller en cours… C’est pas que des Gryffondor, dans une maison éloignée et avec la possibilité de boire ça craint un peu mais… Ça craint un peu… » blagua-t-elle avant de reprendre : « Non, j’déconne, nous ne sommes tout de même pas alcooliques, nous… Sauf à quelques occasions ! » ria la jeune femme en faisant référence au réveillon où elle se souvenait très bien de l’incapacité à se lever dont Jeremy avait fait preuve… Ou de la sienne et celle d’Irving, aussi.

Son visage s’éclaira brusquement, tandis qu’elle jetait un regard malicieux à son meilleur ami avant de se tourner vers le guitariste des Dark Boursouf.

« Mais d’ailleurs Irving… Je crois qu’il fallait que je te demande quelque chose concernant ton réveillon… Tu as reparlé à Nora depuis ? »

Elle laissa passer quelques secondes avant de terminer :

« Non mais parce qu’on a beau avoir d’énormes trous de mémoires, le gros regard que vous avez échangé pendant le « je n’ai jamais », on s’en souvient très bien… »

Juliet haussa un sourcil et ses lèvres s’étirèrent en un immense sourire. Alors, cher Irving ?



Kit par Irving Ship
Irving WhitakerAubergisteavatar
Messages : 3444

Voir le profil de l'utilisateur
Alors que le bruit venait de se faire entendre à l’étage, Jeremy prit la direction des opérations en ouvrant la marche. Irving emboîta le pas de Juliet et les trois acolytes gravirent ainsi les marches crasseuses qui montaient au premier. Son pouls s’accéléra légèrement lorsqu’il vit le capitaine poser la main sur la poignée de porte qui desservait manifestement une chambre. Fébrile, Irving passa une main dans ses cheveux et se força à expirer lentement pour se forcer à se calmer. Il n’y avait pas de raison que ça se passe comme la dernière fois. Il était avec deux camarades majeurs, qui avaient donc le droit d’utiliser la Magie, et Jeremy était le meilleur élève de sa promo en Métamorphose. Nul doute qu’il transformerait la créature qui les attendait en quelque chose de complètement inoffensif. Il n’y avait aucune inquiétude à av…

« AAAAAAAHHHHH »


Le cœur d’Irving fit un bond dans sa poitrine en entendant le hurlement de Jeremy.
*Bordel de Troll* songea-t-il en se précipitant dans la pièce à la suite de Juliet pour faire face à l’horrible épouventard qui devait les attendre. La respiration haletante, il balaya la chambre du regard à la recherche de la créature. Cette fois, il ne se laisserait pas déstabiliser, décida-t-il en pointant sa baguette devant lui. Mais où se cachait donc cet horrible bestiole ? Légèrement perplexe, Irving reporta son attention sur Juliet et suivit le regard de la jeune fille qui passait de Jeremy à….une poule.

« Tu l’as transformé en poule ? » demanda le sixième année en abaissant sa baguette.

En effet, la thèse que Jeremy puisse avoir eu peur d’un gallinacé était inconcevable dans l’esprit du jeune homme. Cependant, en entendant l’éclat de rire de Juliet et en découvrant la mine penaude du capitaine de rouge et or, Irving comprit enfin.
Un large sourire moqueur se dessina sur ses lèvres alors qu’il lançait à son camarade « Alors c’est qui la poule mouillée !? », faisant référence à ce que Jerem’ lui avait dit en entrant dans la cabane.

Irving se joignit au fou rire de ses camarades avant de s’asseoir sur le petit siège bancal qui faisait face à la coiffeuse. Un sourire aux lèvres, il observa la petite pièce en se réjouissant de n’y trouver aucune armoire où un épouventard pourrait se cacher. Il y avait juste un grand lit à baldaquin, sur lequel s’étaient installés Jeremy et Juliet, et la fameuse coiffeuse au miroir cassé. Irving regarda quelques instant son reflet brisé avant de reporter son attention sur Jeremy qui proposait de faire de ce lieu, le nouveau dortoir des gryffons.

« Ok ! » lança Irving en se levant de son siège . Il prit un peu d’élan et sauta à pieds joints sur le lit pour faire s’élever des grosses volutes de poussières des draps et des rideaux.

« On aura trop plein de ménage à faiiiiire ! » jubila-t-il en rebondissant toujours sur le matelas avant de se laissa tomber comme une grosse bouse de Sombral juste derrière ses deux amis. Après avoir oté son sac à dos, il s’allongea sur le lit, riva ses deux mains derrière sa tête et reporta son attention sur Juliet qui expliquait combien s’était dangereux de laisser des gryffondor et de l’alcool dans une même pièce. Le jeune homme ricana et s’appuya sur un coude pour justement récupérer la flasque de Whisky Pur feu qu’il avait amené.

« Tu m’as donné soif avec tes histoires de boisson… lança-t-il en tendant la bouteille à la jeune fille, Tiens, Honneur aux Dames !... Mais attention, ajouta-t-il en tirant la flasque vers lui subitement pour que Juliet ne la saisisse pas de suite, n’oublie pas que l’on doit se lever pour retourner au château ensuite, donc, c’est à boire avec modération… » ajouta-t-il en singeant l’attitude que Miss Bloomwood aurait pu avoir.

« Nous ne sommes tout de même pas alcooliques, nous… Sauf à quelques occasions ! » Répondit alors sa camarade.

Alors qu’il se remémorait la soirée du réveillon, un large sourire se dessina sur ses lèvres. C’est vrai que la cuite du nouvel an resterait sûrement parmi les souvenirs les plus mémorables d’Irving. Enfin, sauf le passage du « Je n’ai jamais » qu’il avait plutôt envie d’oublier…

Comme si elle lisait dans ses pensées, Juliet déclara subitement :

« Mais d’ailleurs Irving… Je crois qu’il fallait que je te demande quelque chose concernant ton réveillon… Tu as reparlé à Nora depuis ? »

Le guitariste perdit presque instantanément son sourire avant de se forcer à répondre de manière détachée, faisant mine de ne pas comprendre où voulait en venir son amie :

« Ouai bien sûr… On se voit tous les jours, alors bon, on s’parle quoi … »

« Non mais parce qu’on a beau avoir d’énormes trous de mémoires, le gros regard que vous avez échangé pendant le « je n’ai jamais », on s’en souvient très bien… »

Honteusement démasqué, Irving riva piteusement son visage contre un oreiller poussiéreux :

« Me parle pas de çaaaaa ! » parvint-il toutefois à articuler, honteux, C’était trop nul ce que j’ai fait ! » Ajouta-t-il en reportant son attention sur ces deux amis.

Soupirant de désarroi, le gryffondor se redressa pour s’asseoir en tailleur sur le lit. Il posa le coussin sur ses genoux et détailla les broderies d’un air malheureux.

« On en a vaguement parlé un soir dans la salle de bain des préfets… commença-t-il avant de se rendre compte que ce qu’il disait pouvait porter à confusion, C’était juste une soirée piscine ! C’est tout, ajouta-t-il pour se défendre, J’voulais vous inviter d’ailleurs mais vous étiez en plein débriefing du match … ‘Fin bref, j’pense qu’elle voulait en parler mais… J’me suis dégonflé…» révéla-t-il en levant un regard penaud en direction de ses deux amis.

« Mais c’est pas aussi facile que ça n’y parait ! » précisa-t-il avec plus de vigueur, Nora et moi, on est ami, avant tout. J’suis pas dans la même situation qu’vous: Par exemple toi Jerem’, commença-t-il en scrutant le Capitaine, Avec Georgia, vous vous détestiez avant, t’avais rien à perdre à te déclarer ! Dans l’pire des cas tu t’prenais une gifle mais ça changeait pas ta vie plus que ça… »

Il reporta alors son attention sur Juliet avant de poursuivre :

« Killian et toi, ça a été tout de suite la passion ! Le coup d’foudre ! Vous étiez pas non plus amis avant…Du coup, vous pouvez pas comprendre ma situation… » souffla-t-il en triturant toujours les motifs du coussin.

« C’est comme si Jerem’ était subitement amoureux d’toi Juliet ! » précisa-t-il soudainement en la désignant d’un geste de la main. Il était content d’avoir trouvé un exemple parlant, à la mesure de l’impasse dans laquelle il se trouvait.

« Sincèrement. » Lança-t-il gravement en rivant ses yeux dans ceux du capitaine, Est-ce que tu prendrais l’risque de bousiller votre amitié sans être sûr que tes sentiments soient partagés ? Est-ce que tu serais prêt à faire une croix sur votre complicité ? »

Peut-être qu’en preux Gryffondor, Jeremy allait sous-entendre le contraire, mais Irving, lui, n’était pas prêt à ce sacrifice.

« On s’est déjà disputé avec Nora, et franchement, j’ai pas envie de la perdre une seconde fois…»


[Hors jeu : J’aime œuvrer discrètement pour le Jeremiet ]



Jeremy BakerElève de l'Académie Lycaonavatar
Messages : 1004

Voir le profil de l'utilisateur
« Alors c’est qui la poule mouillée !? »

"Gna gna gna !"

Après que ses amis se soient moqués de lui à juste titre et qu'ils se soient installés dans la petite pièce poussiéreuse, Jeremy évoqua la possibilité de transformer la pièce en dortoir des Gryffondor. Tandis que Juliet leur expliquait en quoi cette idée était mauvaise, Jeremy tenta en vain de trouver une position confortable sur le vieux lit. Attrapant un oreiller poussiéreux et couvert de tâches douteuses, il le repoussa avec une mine dégoûtée et finit par caler sa tête sur la cuisse de Juliet qui s'était assise en tailleur. Parfait du moment que son oreiller humain ne bougeait pas trop, décida-t-il avec satisfaction, avant de se concentrer à nouveau sur la discussion. Heureusement, ses souvenirs endiablés du nouvel an lui fournirent une agréable diversion en attirant son attention sur autre chose que la grosse araignée poilue qu'il voyait au plafond au-dessus de la tête de Juliet. Décidément, ils avaient le don pour attirer ces sales bestioles !

Alors que Jeremy pensait douloureusement à l'horrible gueule de bois qu'il avait eu le lendemain du réveillon, Juliet posa une question qui provoqua un énorme sourire chez son meilleur ami. Lui-même n'avait pas osé la poser directement à son ami, et ce n'était pourtant pas l'envie qui manquait. Le capitaine était donc heureux de voir qu'il n'avait pas été le seul à remarquer ce regard et à tirer des plans sur la comète au sujet d'un couple entre Nora et Irving... Après tout, c'était uniquement pour ça qu'il avait lancé ce stupide jeu de la bouteille, avec cette stupide bouteille qui avait refusé de désigner les deux tourtereaux. Malgré tout, Jeremy n'avait pas abandonné l'idée de devenir un jour le parrain d'une tête blonde et bouclée, et visiblement Juliet se voyait bien en marraine elle aussi ! Il adressa un regard malicieux à la jeune fille en se retenant de lui dire "bien joué" et se redressa légèrement pour voir l'expression du visage d'Irving, avant de s'affaler à nouveau.

Jeremy se retint de pousser un cri de triomphe quand Irving reconnut qu'il y avait bien eu un regard... Le Gryffondor se contenta d'afficher un très large sourire, échangeant un regard évocateur avec Juliet. Ils avaient vu juste !

*Irving est amoureux de Nora, Irving est amoureux de Nora !* chantonna une petite voix à l'intérieur de sa tête.

Mais il apparut également que leur ami n'était pas du tout à l'aise avec ses sentiments, à en croire son air malheureux. Irving affirma que ce n'était pas si facile, ce que Jeremy était prêt à approuver avant que le sixième année ne fasse une comparaison avec sa situation avec Georgiana. Haussant un sourcil septique, Jeremy songea qu'il était sans doute plus facile de se déclarer auprès d'une amie, surtout lorsque cette amie était une fille douce et gentille comme Nora, plutôt qu'auprès d'une jeune fille qui nous intimide et avec qui on a l'habitude de se disputer ! Et puis même s'il aurait pu simplement se prendre une claque, ce n'était jamais très agréable de recevoir une claque de la part de la fille qu'on aime...

Quant à la comparaison avec le couple que Juliet formait avec Killian, Jeremy la trouvait tout aussi mauvaise. Le coup de foudre immédiat, entre Killian et Juliet ? Pas vraiment... Il avait fallut du temps à Killian pour accepter ses sentiments, et du temps à Juliet pour lui pardonner son comportement. Jeremy se rappelait encore de leur arrivée à la soirée mousse, avec Kelsey. Il revoyait comme si c'était hier le petit numéro de Killian autour de Juliet, qui se laissait faire mais n'avait pas vraiment l'air follement amoureuse du Serpentard, pas encore. Un petit sourire coupable s'afficha sur les lèvres de Jeremy. Il se demanda comment les choses auraient évolué à cette soirée s'il n'avait pas été aussi accaparé par Georgiana. Nul doute que cela aurait été intéressant...

Jeremy sortit brusquement de ses pensées à la comparaison suivante d'Irving, encore moins inspirée. Lisait-il ses pensées, ou quoi ?, songea-t-il en se redressant et en s'éloignant de Juliet. Le vieil oreiller n'avait plus l'air si taché que ça, finalement ! Se raclant la gorge avec embarras, Jeremy s'assit en tailleur et jeta un rapide coup d'oeil à la Gryffondor, avant de se tourner vers Irving qui semblait déterminé à explorer la possibilité. Un peu gêné, Jeremy se mit à s'agiter sous prétexte de trouver une position confortable, tandis que son esprit tournait à plein régime. Même si Juliet et lui avaient une relation d'amitié sans ambiguïté, ce n'était pas pour autant qu'il avait envie de parler de son hypothétique amour pour elle alors qu'elle était dans la pièce... Irving aurait dû comprendre cela ! D'un autre côté, il y avait peu de chance que Juliet s'offense de ses propos, et puis s'il voulait voir un jour ces petites têtes blondes et bouclées il fallait qu'il y mette un peu du sien.

S'immobilisant enfin, Jeremy poussa un long soupir et répondit à contre-coeur.

"OK, écoute déjà je trouve que tes comparaisons ne sont pas vraiment bonnes. Georgiana et moi, Killian et Juliet... Tous les quatre nous avons eu des obstacles à surmonter . Il m'a fallut des semaines pour me déclarer parce que j'étais persuadé que Georgia me prenait pour un sportif idiot, un type agaçant et arrogant qui essayait de lui dire comment jouer au Quidditch. Et quand enfin j'ai pu lui dire ce que je ressentais, elle a cru que je me moquais d'elle..."

Il esquissa une grimace à ce souvenir, avant de reprendre :

"Quant à Killian et Ju', cela n'a rien eu d'évident non plus. Tu t'en souviens peut-être pas, mais il y a quand même eu une période avant la Laponie où Juliet et moi ne lui parlions plus du tout...tout ça parce que monsieur Gray s'était mis en tête que l'amour, c'est nul."

Ne voulant pas rentrer dans les détails au cas où Juliet préférait garder ça pour elle, il en vint malgré lui à la troisième comparaison d'Irving.

"Bref, ce que j'essaie de te dire c'est que se mettre en couple avec quelqu'un n'est jamais simple, et ne se fait jamais sans risque ou sans efforts. C'est d'ailleurs là que ton analogie avec Juliet et moi me parait mauvaise, sans vouloir te vexer... Parce que je risquerais de perdre ma relation avec elle mais aussi avec Georgiana et Killian, ça fait trois personnes, trois personnes importantes pour moi et qui auraient légitimement le droit de m'en vouloir si je faisais des avances à Juliet... Bon maintenant si on part sur l'hypothèse où serions célibataires tous les deux...bien sûr c'est facile de dire ça puisque cette situation ne se présente pas, mais oui, je crois que je me déclarerais."

Le regard du Gryffondor se perdit dans le vague, alors qu'il essayait d'ignorer la présence de la jeune fille à ses côtés. S'il n'y avait pas eu Killian, s'il n'y avait pas eu Georgiana, peut-être se serait-il posé la question à un moment ou à un autre. Mais puisqu'ils étaient là, il était difficile d'imaginer un contexte où il puisse tomber amoureux de Juliet sans se sentir horriblement coupable.

"J'aurais beaucoup plus à gagner qu'à perdre", tenta d'expliquer Jeremy, "parce que Juliet est une fille gentille et qu'elle ne voudrait pas me blesser. Enfin j'espère", ajouta-t-il en riant, jetant un regard espiègle à la Gryffondor. "Elle tiendrait à mon amitié, même si mes sentiments ne sont pas partagés. Bon OK nos rapports seraient un peu bizarres au début mais ça finirait par revenir à la normale et je pourrais aller de l'avant, alors que si j'avais gardé mes sentiments pour moi il y aurait toujours eu ce doute, cet espoir. Et une ambiguïté entre nous qui aurait terni nos relations."

Jeremy planta son regard dans les prunelles d'Irving, tentant de voir si ses paroles avaient un impact ou s'il était complètement nul en conseils amoureux. Il fallait bien avouer qu'il extrapolait, puisque le capitaine ne s'était jamais vraiment trouvé en pareille situation... Parvenant à sa conclusion, il ajouta :

"Pour ce que je sais d'elle, Nora est une fille au moins aussi gentille que Juliet, voire plus."

Tournant un regard d'excuse à l'égard de sa meilleure amie, il reprit :

"Je pense que c'est peut-être la fille la plus gentille de l'école. Ca m'étonnerait beaucoup qu'elle se montre cruelle avec toi, ou qu'elle refuse de rester ami avec toi. Je pense même qu'elle arriverait à t'éconduire en douceur... Tu vois, tu n'as pas grand chose à perdre au final, et beaucoup à gagner !"

Le jeune homme s'interrompit, un sourire malicieux aux lèvres :

"Eh puis bon, soyons honnêtes, tout ça est hypothétique parce que je suis suuuuur qu'elle est amoureuse de toi ! Alors il faut que tu lui parles !"

Il attrapa son oreiller tâché et le balança en plein dans la tête de son ami, avant de rechercher le soutien de son amie.

"Pas vrai, Juliet ?"



Juliet E. BakerSans emploiavatar
Messages : 1969

Voir le profil de l'utilisateur
Un sourire malicieux sur le visage, Juliet baissa les yeux vers le visage de Jeremy, qui avait également un grand sourire aux lèvres. Lui non plus n’avait pas oublié le long regard que les deux amis avaient échangés lors du réveillon, tandis qu’Irving descendait son verre à l’entente du « Je n’ai jamais fantasmé sur un capitaine de Quidditch. » Certes, cela s’était déroulé lorsqu’ils étaient ivres, et certes beaucoup l’avaient oublié. Pourtant la jeune femme en gardait un souvenir très précis, et se souvenait parfaitement avoir songé qu’elle devait en parler à Irving une fois le nouvel an passé. La soirée ne devait pas être très avancée à ce moment là, car lorsqu’elle tentait de se remémorer la fin de la nuit – ou bien le début du matin, question de point de vu – Juliet se rendait compte qu’elle n’en gardait que très peu de souvenirs. Elle se souvenait par contre parfaitement de sa gueule de bois, qui l’avait achevée le lendemain. Après avoir réussi à regagner la maison familiale, elle n’avait eu plus qu’une idée : gagner la douche et passer le restant de ses jours sous l’eau chaude, histoire de pouvoir retrouver une sensation de peau propre, et se débarrasser de celle collante et poisseuse qui était dû à l’alcool renversé tout au long de la soirée… Malheureusement, son père en avait décidé autrement, hurlant comme si elle avait commit un meurtre en la voyant rentrer. Bon, certes elle était rentrée en bien piteuse état, le visage pâle, des cernes sous les yeux, les cheveux emmêlés, les pointes séchées à cause du Whisky dans lequel elles avaient été imbibées, habillée un peu n’importe comment. Et son père n’avait rien trouvé d’autre que de se mettre à hurler, l’accusant sous le coup de la colère d’être complètement dépravée, et de ne pas montrer le bon exemple à Leah. Et, encore à moitié dans les vapes, la jeune femme n’avait que pu protester en disant que Leah avait la grande sœur qu’elle avait, et qu’elle n’était pas sa mère, avant de partir s’enfermer dans la salle de bain. Certainement pas la meilleure technique, mais au moins, elle avait pu être tranquille le temps de prendre sa douche, et, lorsqu’elle était ressortie, sa sœur l’avait informé que leur père était reparti à la librairie, lui laissant plusieurs heures de répit, qu’elle avait passées dans son lit, dans le noir.

Sortant des ses pensées lorsqu’elle remarqua la mine défaite de son ami, Juliet s’apprêtait à reprendre la parole lorsqu’Irving la devança, la suppliant presque de ne pas parler de ça, mentionnant qu’il avait été trop nul sur ce coup. Haussant les épaules, Juliet secoua la tête. Non, il n’avait pas été trop nul. Bon, peut-être qu’embrasser Artémis Nott – enfin, se laisser embrasser, plutôt – n’avait pas été une excellente idée, mais on moins, il avait été on ne peut plus explicite par la suite, en descendant son verre. Franchement, même sans être au courant, elle se serait doutée de quelque chose. Cependant, Irving ne semblait pas d’accord avec ses pensées, puisqu’il commença à se justifier et à leur expliquer la situation. Ecoutant avec attention les paroles de son ami, Juliet se désaltéra d’une gorgée de liqueur avant de passer la petite fiole à Jeremy. Visiblement, le sixième année n’était pas décidé à parler à Nora de ses sentiments pour elle, puisqu’il avoua s’être dégonflé lorsque sa meilleure amie avait voulu lui en parler. Ouvrant la bouche pour prendre la parole, elle la referma bien rapidement à l’entente des comparaisons d’Irving. Entre Killian et elle, la passion directement ? Oh non, loin de là. Et elle n’était pas certaine que Jeremy aurait apprécié se faire éconduire par Georgiana par une gifle… Son dernier exemple la cloua cependant sur-place, et elle ne pu s’empêcher de froncer légèrement les sourcils, songeuse. Tandis que Jeremy commençait à répondre, expliquant que lui non plus n’était pas d’accord avec ses comparaisons, la jeune femme tenta de s’imaginer dans la situation que lui décrivait Irving… Mission quasiment impossible. Jeremy était en couple, elle était en couple. Imaginer avoir des sentiments pour son meilleur ami ne pouvait que la faire culpabiliser et la mettre mal-à-l’aise. Alors oui, comme le disait à l’instant Jeremy, s’ils avaient été tous les deux célibataires et qu'elle se rendait compte qu'elle avait des sentiments pour lui, éventuellement... Mais… Songer à cela maintenant… Elle en était incapable, à vrai dire.

Et, alors que Jeremy s’exclamait qu’il était certain que Nora l’aimait avant de lui demander d’approuver, les lèvres de la jeune femme s’étirèrent en un sourire et elle commença :

« Mais évidemment ! Tu penses vraiment que, si elle n’était pas amoureuse de toi, elle aurait essayé de te reparler du regard que vous avez échangé pendant le nouvel an ? » demanda-t-elle avec simplicité. « Et puis… Pour en revenir à ce que tu as dit juste avant… Crois-moi, entre Killian et moi, la passion n’est absolument pas venue dès le début. Carrément pas, même. » ria-t-elle doucement. « Comme l’a dit Jerem on a eu des… Différents, disons. Pour tout t’avouer, lorsque je me suis rendue compte que je l’aimais, je suis allée le voir et… Exactement, il s’était mit en tête que l’amour, c’était nul. Bien pratique, n’est-ce pas ? » blagua la jeune femme. « Enfin, je rigole, mais sur le moment, j’ai bien moins rigolé. »

Elle haussa les épaules, hésita quelques instants, puis reprit :

« Et puis, avoue qu’une relation ambigüe, ce n’est carrément pas ce qu’il y a de mieux, hein ? »

Elle parlait en connaissance de cause, après tout. Elle avait perdu un ami, à cause de ça. Enfin non, elle avait perdu un ami parce que c’était un pur abruti, mais elle ne s’en était rendue compte uniquement à ce moment là. Elle haussa les épaules et poursuivit :

« Alors tu vois, c’est pour ça que je pense que je te donnerais la même réponse que Jeremy. Je ne peux pas m’imaginer dans cette situation parce qu’on est tous les deux en couple, tu comprends ? Mais oui, si la situation était différente, je pense que j’irais. Parce que vivre dans l’espoir, dans l’attente, c’est pas vraiment bon. C’est même hyper mauvais, à vrai dire. Tu penses que c’est pourquoi que je suis allée voir Killian, pour lui dire que je l’aimais en début d’année ? Tu te doutes que je savais qu’il ne m’accueillerait pas bras ouverts… Mais au moins, j’étais fixée, je pouvais passer à autre chose. Donc tu vois ? Même moi j’irais voir Jeremy, alors que Merlin seul sait à quel point j’haïrais perdre son amitié. Et justement, ça réside dans ça, le truc. Tu es ami avec Nora, tu penses que – en supposant qu’elle ne t’aime pas, mais comme elle t’aime la question ne se pose pas – elle te laisserait partir comme ça ? Alors que tu es son meilleur ami ?

Elle laissa passer quelques secondes avant de s’exclamer :

« Bien sur que non ! Je suis bien d’accord avec Jeremy, de ce que j’ai pu voir, Nora a l’air vraiment super gentille. Et évidemment qu’elle t’aime ! Ça se voit. Même que tiens, vous allez vous marier et vous aurez une ribambelle d’enfants blonds et bouclés ! » sourit-elle en étirant son dos.

Arrêtant de parler pour reprendre sa respiration, Juliet resta quelques secondes muette, ressassant les paroles qu’elle venait de prononcer. En soit, elle n’avait rien dit qui avait de quoi la mettre mal-à-l’aise, n’ayant fait comme son meilleur ami qu’émettre des possibilités. Elle plongea ses yeux dans ceux du Gryffondor en attendant sa réaction. Irving était un vicieux Gryffondor.



Kit par Irving Ship
Irving WhitakerAubergisteavatar
Messages : 3444

Voir le profil de l'utilisateur
Alors qu’Irving venait de questionner ses amis pour savoir ce qu’ils auraient fait dans la même situation que lui, Jeremy commença par s’offusquer des comparaisons qu’il venait de développer. La capitaine précisa d’ailleurs que ça n’avait vraiment pas été simple de se déclarer auprès de son actuelle compagne et révéla que Georgiana ne l’avait même pas cru dans un premier temps. Le sixième année haussa légèrement les sourcils. Effectivement, ça n’avait pas du être facile à vivre. Il osait à peine s’imaginer dans un contexte similaire avec Nora. Jeremy évoqua ensuite les difficultés qu’avait rencontrées Juliet pour trouver le bonheur auprès de Killian. Irving reporta son attention sur leur amie commune avant de se rendre compte que le capitaine disait probablement la vérité. Il y avait eu une longue période, de près de six mois, entre les fameux ébats dans le parc (qui avaient failli couter la coupe à Gryffondor) et l’amour fou de la Laponie. Six mois où Irving n’avait pas vraiment prêté attention aux amourettes de la charismatique chanteuse des Dark Boursouf. Mais, aujourd’hui, en y réfléchissant bien, il devait admettre qu’il y avait eu des signes qui trahissaient l’étendue du désarroi amoureux dans lequel avait dû se trouver Juliet : L’action ou vérité dans la salle commune des gryffondor où elle avait déclaré que sa situation affective était « compliquée », l’heure de colle, avec les Dark Boursouf où elle n’était plus que l’ombre d’elle-même. A l’époque, Irving avait mi ça sur le compte de son inquiétude pour Léah, mais il était forcé de constater que son amie avait visiblement traversé une épreuve difficile dans sa vie amoureuse. Un peu gêné de ne pas s’en être aperçu avant, le gryffondor posa une main réconfortante sur l’épaule de sa camarde en lui adressant un léger sourire.

« Désolé, j’savais pas… »
souffla-t-il en guise d’excuse.

Jeremy poursuivit son argumentation en disant que ce n’était jamais simple de se mettre en couple avec quelqu’un mais qu’il fallait tout de même tenter sa chance pour ne pas avoir de regret. Il ajouta même que si un jour il se mettait à ressentir des sentiments similaires pour Juliet, il se déclarerait. Cette dernière, en bonne Gryffondor, plussoya également cette hypothèse :

« Même moi j’irais voir Jeremy, alors que Merlin seul sait à quel point j’haïrais perdre son amitié. »


Le gryffondor les regarda tour à tour avant d’articuler un « Mouai. » sceptique. C’était très facile pour eux de tenir ce genre de propos car cela ne les engageaient à rien. Après tout, il y avait peu de chance pour que Jerem’et Ju’ finissent un jour ensemble. Quoique ? Il ferait un joli couple, remarqua Irving en le détaillant du regard. Ils s’entendaient bien, avaient les même centre d’intérêts et semblaient vraiment sur la même longueur d’onde… S’il n’y avait pas eu Georgiana, le jeune homme aurait d’ailleurs surement œuvré pour que ses deux amis se mettent ensemble. Enfin, ce n’était pas à l’ordre du jour, puisqu’ils étaient maintenant occupés à louer la gentillesse de Nora. C’était le seul point sur lequel il était d’accord avec eux d’ailleurs, même si leur propos respectifs concernant la prétendue attirance que la Poufsouffle était sensée ressentir pour lui commençaient sérieusement à l’agacer :

" je suis suuuuur qu'elle est amoureuse de toi ! »

« Et évidemment qu’elle t’aime ! Ça se voit. »

Si cela avait-été aussi évident, Irving aurait probablement été le premier à s’en apercevoir. Il n’avait pas la prétention de penser qu’il était la personne qui connaissait le mieux Nora, mais il estimait en savoir plus sur elle que ses deux acolytes Gryffondor. Pour eux, Nora n’était que la plus gentille fille de Poudlard, capitaine souriante de l’équipe de Poufsouffle. Au fond, ils ne connaissaient que l’image sympathique qu’elle renvoyait. Ils ne savaient rien de ses inquiétudes ou de ses doutes, rien sur l’admiration destructrice qu’elle vouait à sa grande sœur, rien sur la jalousie qu’elle ressentait à l’égard de Paul, le chéri français d’Amely. Même si elle ne s’était jamais confiée à lui en ces termes, Irving avait appris à lire entre les lignes et à interpréter les silences de son amie… C’est pourquoi, il estimait être en droit de penser qu’il aurait su décrypter les sentiments amoureux de Nora à son égard, si jamais il y en avait eut !

« Même que tiens, vous allez vous marier et vous aurez une ribambelle d’enfants blonds et bouclés ! »
poursuivit Juliet, complètement à côté de la plaque.
Irving ricana et préféra ne pas démentir les propos de ses camardes qui avaient l’air si sûr d’eux.

« Pas d’soucis, on les appellera même Jeremy et Juliet, surenchérit-il avant de boire une gorgée de Whisky Pur-feu.
Enfin, désireux de faire dévier la conversation vers un sujet moins personnel, il s’étira et se leva du lit poussiéreux :
« Bon et si on allait finir d’explorer les autres pièces ? J’ai bien envie de retrouver notre copine la poule, n’est ce pas Jerem’ ! ajouta-t-il en affichant un petit air narquois, Il faut qu’on écrive une chanson à sa gloire ! »
Etendant les mains devant lui comme si un texte virtuel était inscrit dans les airs, il s’exclama :
«D’ailleurs j’ai déjà un titre, The chicken won the lion !”


Jeremy BakerElève de l'Académie Lycaonavatar
Messages : 1004

Voir le profil de l'utilisateur
Jeremy se détendit un peu en entendant Juliet renchérir sur ses paroles et adopter son point de vue. Il n'était jamais bien à l'aise avec ce genre de sujets et il y avait un monde entre donner un cours de drague stupide et prodiguer de véritables conseils. D'ailleurs, en dépit de leur discours identique, Juliet et lui ne semblaient pas avoir fait particulièrement mouche auprès d'Irving, qui semblait septique. Jeremy échangea un regard entendu avec sa meilleure amie lorsque le sixième année se contenta d'une courte phrase de réponse avant de détourner la conversation. Jeremy n'insista pas, parce qu'il savait qu'Irving avait déjà suffisamment de choses comme ça en tête, et puis tout ça ne le regardait pas vraiment. De toute façon, Jeremy avait réagi de la même façon quand on lui avait affirmé qu'il avait toutes ses chances avec Georgiana, niant jusqu'au dernier moment les sentiments supposés de celle qui était devenue sa petite-amie. Il n'allait pas faire la leçon à Irving, s'il souhaitait garder ses sentiments pour lui, c'était son problème... Même s'il ne démordait pas de son idée que Nora et lui allaient se marier et avoir de beaux enfants - qui s’appelleraient donc Juliet et Jeremy. S'ils étaient amoureux l'un de l'autre, cela finirait bien par ressortir. Deux meilleurs amis ne pouvaient pas se cacher ça éternellement !

En attendant, ils étaient là pour changer les idées de leur ami et non pour l'attrister encore plus. Après avoir bu une longue rasade de Whisky Pur Feu, Jeremy s'extirpa du lit à sa suite et épousseta rapidement ses vêtements. Il éclata de rire aux paroles de son ami et lui lança un regard noir pour la forme.

"Ca me va plutôt bien d'être un lion", commenta-t-il avec amusement, "comme dans le machin moldu que mon frangin m'a fait voir à Noël, tu sais, un dessanimé ! Irving, toi t'es Zazou..."

Jeremy tira la langue à son ami en se demandant s'il saisirait la référence peu flatteuse.

"Bon, il faut reconnaître que ton titre a la classe ! The chicken won the lion", chantonna-t-il entre ses dents, "Le nouveau titre des Dark Boursouf, bientôt sur la RITM..."

Il s'avança vers la porte et s'introduit dans le couloir tout en improvisant des paroles qui rimaient vaguement, sa voix entraînante brisant quelque peu l'atmosphère lugubre de la vieille maison hantée.

"C'était un petit lion, qui s'app'lait Jeremy
Dans la Cabane Hurlante, avec tous ses amis,
Il entra, explora
S'avança avec courage,
Mais une bête féroce l'attaqua,
Une poule Jeremyphage !"


Mouais, songea Jeremy en secouant la tête avec dérision, ce n'était pas aujourd'hui qu'il allait se lancer dans la noble profession de parolier. Certains étaient bons en sport, d'autres en musique, on ne pouvait pas être doué partout... A moins de s'appeler Juliet, évidemment, mais tout le monde ne pouvait pas être parfait comme son amie. Abandonnant là ses tentatives de chanson, Jeremy poussa la porte entrouverte d'une autre pièce, sa baguette en main. Il fit quelques pas dans une nouvelle pièce sombre, poussiéreuse et pauvrement aménagée. En son centre se trouvait une grande table à manger entourée de chaises brinquebalantes, au pied d'une desquelles il retrouva son amie la poule.

"AH !", s'exclama-t-il à l'intention de ses amis, "Je vais vous montrer comment la chanson s'achève : in the end, the lion ate the chicken !"

Puis Jeremy bondit au sol en faisant grincer le vieux plancher et se jeta sur le pauvre volatile, qu'il attrapa tant bien que mal entre ses mains. Tout en maintenant sa captive entre ses doigts, Jeremy se redressa avec un air d'homme de Cro-Magnon. Il se retroussa les babines d'un air féroce et fit mine de croquer dans l'animal à pleines dents.

"Jeremy a faim. Jeremy manger poule", grogna-t-il.

Plus tard, en repensant à ce moment, il se dirait que le Whisky Pur Feu de la boutique à côté de Sainte Mangouste était extrêmement corsé... Il allait relâcher le pauvre volatile lorsque celui-ci décida de s'évader par ses propres moyens, donnant un violent coup de bec sur le nez de Jeremy qui s'était approché d'un peu trop près.

"Aïe", lâcha-t-il en relâchant l'animal, qui s'enfuit en caquetant, battant furieusement des ailes. "On dirait pas comme ça, mais c'est féroce, une poule..."


Juliet E. BakerSans emploiavatar
Messages : 1969

Voir le profil de l'utilisateur
« C’est rien. » répondit Juliet en haussant les épaules, après qu’Irving lui ait fait des excuses de ne pas avoir vu son tourment amoureux de début d’année. En soit, ce n’était pas comme si elle avait eu envie que tout le monde soit au courant. Elle l’avait bien dit à Jeremy et à Olivia, mais n’avait pas tenu à ce que tout le monde connaisse ses histoires de cœur… Et, à cette époque là, elle avait de toute façon d’autres préoccupations que celle de déprimer sur sa situation amoureuse… Bien qu’aujourd’hui, elle était plus qu’heureuse que tout se soit arrangé ! Cependant, ce n’était visiblement pas le cas d’Irving, qui semblait plus que sceptique sur l’idée de se déclarer à sa meilleure amie… Et sur l’idée de concevoir que Nora pourrait l’aimait… Echangeant un regard résigné avec Jeremy, Juliet sourit à la proposition d’appeler ses enfants Jeremy et Juliet et déclara :

« Je tâcherais de m’en rappeler ! » blagua-t-elle avant d’accepter de changer de sujet et de se lever en même temps qu’Irving, approuvant d’un hochement de tête son idée d’explorer les lieux, dans l’espoir de retrouver la poule qui avait tant effrayé Jeremy…

« The chicken won the lion ! J’adore ! » ria-t-elle à la proposition du sixième année, tandis que Jeremy commentait ce titre en disant que ça lui allait bien d’être un lion, puis en qualifiant le plus jeune des trois de Zazou. Souriant à la mention du dessin animé qu’elle avait regardé, plus jeune, en compagnie de son père et de ses cousins Moldus. Dans leur monde, le Roi Lion était presque une religion, et d’après ce que lui avait dit Ariane, sa cousine avec laquelle elle avait toujours été proche, la majorité des enfants Moldus connaissait le dessin animé sur le bout des doigts, ainsi que les chansons. Elle s’apprêtait à rebondir sur ce sujet, lorsque son meilleur se leva, et improvisa une chanson, sa voix brisant l’atmosphère lugubre, presque pesante, qui régnait dans cette maison vieille de plusieurs décennies. Eclatant de rire, elle s’exclama :

« J’adore ta chanson… Ma petite poule ! » lança-t-elle malicieusement en lui tirant la langue avec amusement avant de le suivre dans une autre pièce, Irving derrière elle. La pièce dans laquelle ils arrivèrent était plutôt pauvre en meuble, composée uniquement d’une table et de chaises, toutes aussi poussiéreuses les unes que les autres. Au pied d’une de ses dernières, la fameuse poule effrayante, qui avait réussi à faire hurler Jeremy de frayeur quelques instants plus tôt. Ce dernier semblait plutôt revanchard, puisqu’après leur avoir expliqué qu’à la fin, le lion mangeait la poule, il joint les gestes à la parole et saisit la poule pour l’élever au niveau de sa tête pour ensuite retrousser les babines et grogner d’un air féroce une phrase digne d’un homme de la Préhistoire. Elle échangea un regard amusé avec Irving avant de reporter son attention sur Jeremy… Qui visiblement n’était vraiment pas devenu l’ami de cette poule, puisque, pour s’échapper, elle lui donna un grand coup de bec sur le nez. S’en pouvoir s’en empêcher, un fou rire la prit et elle se plia en deux, incapable de s’arrêter à rigoler. S’adossant au mur, elle essuya une larme qui avait coulé sur sa joue, due à son rire, et tenta de reprendre sa respiration, essoufflée.

« Le lion, zéro – la poule, deux. » énonça-t-elle en blaguant. « T’es pas prêt de devenir leur nouveau meilleur ami, dis-moi… »

Elle observa la salle dans laquelle ils se trouvaient - après avoir tout de même demandé au jeune homme s’il allait bien - et l’ambiance, une fois de plus, la fit frissonner. Une aura de mystère avait toujours encerclée la Cabane Hurlante, aura bien réelle, puisque même en étant à l’intérieur de cette maison, Juliet avait l’impression de ne l’observer que superficiellement.

« On continue ? » proposa-t-elle en fixant la porte par laquelle la poule venait de sortir, furieuse, béquetant dans le vide.

Elle s’avança et, tout en relevant ses cheveux et en faisant glisser l’élastique qu’elle avait à son poignet afin de nouer ces derniers négligemment, elle saisit sa baguette et marcha prudemment dans le long couloir sombre. A la fin de ce dernier, il se divisait en plusieurs portes, toutes à peine entrouvertes. Derrière ces trois cloisons, on pouvait deviner différentes atmosphères… La première, lugubre, sombre et silencieuse, la deuxième bien plus animée – on pouvait entendre différents caquètements – et la troisième bien plus effrayantes – des bruits relativement terrifiants se faisaient connaître. Se tournant vers ses deux amis, elle demanda :

« On commence par quoi ? »



Kit par Irving Ship
Irving WhitakerAubergisteavatar
Messages : 3444

Voir le profil de l'utilisateur


Dernière édition par Irving Whitaker le Jeu 28 Fév 2013 - 16:52, édité 1 fois
Apparemment Jeremy se voyait très bien dans le rôle du lion qui se faisait ridiculiser par une poule. Tout en partant à la recherche de cette dernière, il improvisa même une petite chanson pour conter cette attaque. Irving joignit son rire à celui de Juliet tout en se disant qu’il avait de la chance d’avoir des amis comme ça. Tout était simple avec eux. Ils ne se prenaient jamais la tête, ils étaient toujours de bonne humeur, peu importe les circonstances … Dire que l’année prochaine ils ne seraient plus là… Bien sûr il y aurait toujours Nora, Donald, Danny ou encore Georgiana, mais ça ne serait plus pareil sans ces deux là. Irving espérait sincèrement qu’il parviendrait à garder contact avec ces amis et que la vie ne les séparerait pas trop rapidement.

Un brin mélancolique, le Gryffondor s’appuya sur le chambranle de la porte et observa Jeremy provoquer le poulet d’un œil amusé. Il adressa un léger sourire à Juliet qui venait de se tourner dans sa direction avant d’éclater franchement de rire lorsque le Capitaine se fit pincer le bout du nez par le gallinacé en colère.

« Le lion, zéro – la poule, deux. » lança la chanteuse des Dark Boursouf, hilare.
« C’est clair ! La fin de la chanson c’est pas « The Lion eat the chicken » mais plutôt l’inverse ! » ajouta Irving en croisant les bras.

Son sourire espiègle s’effaça cependant lorsqu’il se souvint subitement que le deuxième tube des D.B n’était pas près de voir le jour. Après les événements de janvier, l’horrible bonne femme avait confisqué tout leur matériel et ils n’avaient plus d’endroit où se retrouver, la salle des Arts leurs étant dorénavant interdite. Passant du coq à l’âne (enfin plutôt de la poule au lion) Irving se tourna vers ses deux camarades pour leur faire part de ses inquiétudes :

« Au fait, vous savez qu’Sorden est pressentie pour remplacer Hellsoft quant elle aura accouché ? Apparemment Londubat est pas intéressé pour être notre directeur de Maison. Moi j’vous dis, si c’est Sorden notre nouvelle directrice, je demande l’asile politique chez les Poufsouffle. J’uis sur qu’Dan me fera une place dans son lit ! » ricana-t-il avant d’emboiter le pas de Juliet qui venait de sortir dans le couloir. Le jeune homme poursuivit alors un ton plus bas, comme s’il avait peur de déranger les esprits de la maison.

« Non mais sérieux elle serait du genre à vouloir qu’on remplace le portrait d’la grosse dame par son propre portrait … » ajouta-t-il en secouant la tête.

Les trois jeune gens arrivèrent alors au bout du corridor qui se séparait en trois embranchements.

« On commence par quoi ? »
demanda Juliet en désignant les trois directions.

A vrai dire, aucune des possibilités ne tentaient vraiment Irving. Personnellement, il serait bien retourné dans les pièces du rez-de-chaussée pour boire encore quelques verres de rhum. Cependant, il ne voulait pas passer pour une poule mouillé (enfin, un lion mouillé), il pointa donc son doigt en direction des trois portes en récitant la petite comptine qu’il chantonnait enfant afin de tirer au sort :

« Plouf. Plouf. Une-euh -ba-guette- lance-un-lu-mos- Pccchhhiiiit ! On va là !»
désigna-t-il d’un geste du menton avant d’adresser un sourire à ses deux camarades.

[Hors RP :
1 & 4 : La pièce lugubre, sombre et silencieuse
2 & 5 : La pièce de la poule
3 & 6 : La pièce aux bruits terrifiants ]


MerlinCompte fondateuravatar
Messages : 3875

Voir le profil de l'utilisateur
Le membre 'Irving Whitaker' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé à 6 faces' : 4


Les messages postés avant le 17/12/16 par ce compte l'ont été sous le nom et par la joueuse de Chloé Hellsoft.
Jeremy BakerElève de l'Académie Lycaonavatar
Messages : 1004

Voir le profil de l'utilisateur
Un sourire amusé aux lèvres, Jeremy massa son nez endolori tandis que ses deux amis se gondolaient. Eh bien, il s'en sortait mieux quand il s'agissait de faire le pitre que quand il devait donner des conseils amoureux à Irving ! Bah, il était tout de même réussi à redonner le sourire à son ami, ce qui était le but premier de leur excursion... Il accepta de bonne grâce les moqueries de ses camarades, haussant les épaules pour la forme, puis Irving changea brutalement de sujet en évoquant la nouvelle bête noire des Gryffondor, le professeur Sorden. Jeremy l'écouta avec amusement, tout en suivant ses deux amis hors de la pièce. Bien sûr, Jeremy avait entendu parler de l'épisode entre les Dark Boursouf et la mystérieuse reine de beauté automnale. S'il n'était pas aussi indigné que ses amis, conscient que leur chanson avait largement de quoi provoquer l'irritation de l'équipe enseignante, il pouvait malgré tout comprendre leur colère face à l'interdiction de leur groupe. A cause de Sorden, qui avait confisqué leur équipement, les Dark Boursouf allaient devoir entrer dans l'illégalité, ou disparaître... Quoi qu'il en soit, Sorden avait très largement perdu en popularité dans leur maison en vidant leur Sablier, ce qui rendait l'information d'Irving plutôt étonnante.

"C'est clair que Sorden directrice de Gryffondor...ça craint. En plus elle est américaine, non, pas une ancienne Gryffondor ? Dommage que Londubat ne veuille pas de nous, on est adorables pourtant... Enfin, puisque c'est ça, moi aussi je demanderai l'asile chez les Poufsouffle ! Je piquerai le lit de Samaël !"

Poufsouffle, la seule autre maison dans laquelle Jeremy se serait vu passer sa scolarité à Poudlard... Jeremy était en train d'imaginer sa vie chez les blaireaux quand Juliet, se sentant l'âme aventureuse, leur demanda par laquelle des trois pièces possibles ils souhaitaient commencer. Jeremy fronça son nez rougi par le coup de bec d'un air peu inspiré, observant les portes les unes après les autres. N'avaient-ils pas assez exploré pour aujourd'hui ? Le jeune homme était bien tenté par l'idée de retourner s'affaler dans un coin pour parler de choses et d'autres et pour rigoler comme seuls les Gryffondor savaient si bien le faire... Mais Jeremy n'osa pas protester en voyant Irving faire un petit jeu pour décider de quelle pièce explorer. Cette fois encore, il joua le rôle de l'éclaireur et ouvrit la porte choisie par le destin. Les trois intrépides adolescents s'approchèrent de la pièce, qui se révéla être lugubre, sombre et silencieuse...

Ils restèrent immobiles et silencieux quelques secondes, chacun attendant que les autres fassent le premier pas. Jeremy sentit un léger frisson le parcourir, alors que ses yeux tentaient tant bien que mal de s'habituer à l'obscurité. Cet endroit ne lui disait rien qui vaille, et c'était visiblement le cas de Juliet et d'Irving, vu leur immobilisme. Jeremy tourna donc un sourire malicieux vers ses deux amis et brisa le silence.

"Bah, juste une autre pièce poussiéreuse et sans intérêt... Qui veut un verre de rhum ?"

Pour son grand plaisir, ses deux amis ne se firent pas prier et ils abandonnèrent là leurs explorations pour ce soir. Jeremy se sentit un peu plus léger en regagnant le rez-de-chaussée. Cet endroit n'était tout de même pas bien rassurant ! Après tant d'aventures, ils s'installèrent autour de la nourriture qu'ils avaient piqué aux elfes et de la bouteille d'alcool de Jeremy.

"A la votre !"

RP Terminé


Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Crier au Lou ! [Juliet, Jeremy & Irving] Titre: Wikidaisy !

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Cours de drague [Pv Juliet, Jeremy]
» Les Dark Boursoufs fightent le Mal [Pv Ana - Juliet - Donald - Danny - Irving]
» souvenir du passé....(libre)(pas d idée de titre)
» Le Seigneur des Anneaux, autre titre ?
» Bélier (limite minimale du nombre de caractère du titre : check !)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Pré-au-Lard,-