AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 [OS] Les gens sont fous

MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1131

Voir le profil de l'utilisateur

Maïa Fowledge, amie moldue d'Aaron Finnigan

Dimanche 4 mars 2007

Maïa regardait sa feuille de papier sans savoir quoi écrire. Ce n'était pourtant pas l'inspiration qui lui manquait, bien au contraire. Tout se bousculait dans sa tête et elle ne savait pas par quoi commencer. Cela faisait une semaine, une semaine que cette aventure de folie lui était arrivée, et elle commençait à peine à réaliser. A vrai dire, elle avait encore du mal à y croire. Peut-être aurait-elle été persuadée d'avoir halluciné si les lettres de son cousin, étalées devant elle, ne lui rappelaient pas la réalité de la chose.

La journée avait pourtant bien commencé, dimanche 25 février. Elle avait pris le train pour faire une surprise à Aaron, et avait atterri dans cet endroit étrange, perdu au milieu de l'Ecosse. Un château, qui de loin ressemblait à une ruine, s'était transformé sous ses yeux en une magnifique bâtisse pleine de vie, mais hermétiquement close. Ca n'avait pas semblé plaire à leur étrange guide, d'ailleurs. Comme, malgré tous les efforts de ce dernier, rien ne changeait, Maïa s'était éloignée du groupe, espérant qu'Aaron aurait décidé de sortir. Elle avait remarqué que les élèves qui se trouvaient là étaient habillés étrangement. La plupart portaient d'étranges capes colorées, ou de larges robes informes. Certains avaient des balais à la main, d'autres des hiboux sur le bras. Et tous semblaient trouver ça parfaitement normal.

Elle s'était dit que cela ne pouvait pas être l'école d'Aaron, tant c'était étrange. Oh, certes, le jeune homme restait relativement flou quant à tout ce qui l'entourait, et sa copine, Swann, n'avait pas la palme de la culture ni de l'intelligence, mais lui était parfaitement normal, son école devait donc l'être tout autant. Pourtant, l'endroit ressemblait plutôt à un asile psychiatrique. D'ailleurs, une rencontre avait failli confirmer sa pensée. Quelqu'un l'avait interpellée, et à sa grand surprise, Maïa s'était retrouvée face à son cousin, Shawn.

Shawn, c'était celui dont on ne parlait jamais dans la grande famille Rottledge. Maïa avait six oncles et tantes du côté de son père, et elle ne connaissait pas très bien ce cousin avant d'aller passer l'été chez lui. En effet, le père de Shawn l'avait faite embaucher dans le supermarché ou il travaillait et elle avait donc vécu presque deux mois sous son toit. Elle avait vite compris pourquoi personne ne parlait du cadet de la famille. Shawn appartenait à cette catégorie de gens bizarres que l'on évite de fréquenter.

C'était un garçon de 14 ans chétif et pâle, avec de petites lunettes d'intello sur le nez. Jamais vraiment bien habillé, en dépit des efforts de ses parents, il oubliait la moitié du temps le monde qui l'entourait. Renfermé, il avait l'étrange manie de ne se focaliser que sur une chose à la fois. Lorsqu'elle était arrivée, Maïa avait découvert son obession pour les coccinelles n'ayant que 3 points noirs, qu'il collectionnait amoureusement dans un bocal de confiture. Et rien d'autre ne semblait l'intéresser.

Dans la petite ville, tout le monde connaissait Shawn, et Maïa avait surpris plusieurs conversations à son sujet. Les gens le fuyaient, ayant un peu peur de lui, surtout depuis qu'il avait harcelé une gamine du voisinage, fasciné par ses cheveux blonds. Il avait 10 ans à l'époque. La police avait expliqué à ses parents que s'il n'arrêtait pas, il leur faudrait enregistrer la plainte pour harcèlement déposée par les parents de la fillette. Seulement alors, ces derniers avaient consenti à l'envoyer dans un établissement spécialisé. Et Maïa semblait être justement dans cet établissement spécialisé. Comment s'appelait-il déjà? Poudulard? Ponlardu?

En dépit des rumeurs courant à son sujet, Maïa avait toujours fait preuve de gentillesse à l'égard de son cousin; après tout, ce n'était pas sa faute s'il n'était pas tout à fait normal, et il n'était vraiment pas méchant. Au contraire, il avait toujours fait preuve de bonne volonté lorsqu'elle lui demandait quelque chose, cherchant à lui faire plaisir avec une obstination étonnante.

Shawn avait été très surpris de voir sa cousine ici. Il l'avait regardé avec des yeux ronds pendant cinq bonnes minutes, avant de lui sauter dans les bras, fou de joie. Puis, tout c'était enchaîné très vite. Il lui avait demandé de lui raconter ce qu'elle fichait ici, comment elle était arrivée. Il avait marmonné un tas de trucs incohérents, comme quoi ce n'était pas normal, elle n'aurait pas du, il y avait des sortilèges, mais oui, Aaron était là, mais non, elle ne pouvait pas le voir, et puis il fallait qu'elle parte, vite, sinon on allait lui effacer la mémoire. Maïa avait tenté de protester, n'avait rien compris, mais n'avait pas eu le choix. Shawn, avec son entêtement si particulier, l'avait entraînée à sa suite, hors de l'école, jusque dans un petit village à proximité. L'endroit était encore plus étrange que le château. Shawn l'avait trainée vers un pub mal famé, la Tête de Sanglier. Là, il avait entamé la conversation avec une jeune femme qui ressemblait à une punk.

"S'il vous plait, c'est ma soeur, elle est moldue, elle a voulu venir me voir mais les Sortilèges Anti-Moldu l'ont perdue... Je ne veux pas que le ministère s'en mêle, vous pouvez la ramener à Londres? Oh, et si vous ne voulez pas, je dirai aux Aurors que c'est vous qui vendez la poudre de lutin de cornouailles à Pilliwickle!"

L'inconnue n'avait pas été difficile à convaincre. Visiblement, elle non plus ne voulait pas que le ministère s'en mêle. Elle avait attrapée Maïa par l'épaule, et avant que Maîa ne puisse se défendre, dire quelque chose, ou même réagir, une sensation horrible l'avait envahie. C'était comme si elle se noyait. Elle aurait voulu hurler, se débattre, mordre. Puis tout s'était évanoui elle s'était retrouvée à Hyde Park, un peu perturbée.

"Rentre chez toi et n'en parle à personne" lui avait dit la punk, avant de disparaître dans un crac sonore.

Maïa s'était bien gardée de parler, ne voulant pas être internée. Elle n'était pas rentrée chez elle, ne voyant pas comment expliquer à ses parents qu'elle avait fait l'aller-retour en Ecosse en moins de huit heures. La jeune fille s'était réfugiée dans la grande bibliothèque Londonienne, fébrile, ne comprenant rien à ce qui lui était arrivée, persuadée d'être folle, d'avoir eu une hallucination. Le reste de la journée était passé comme dans un rêve. Elle était restée avachie par dessus un livre, se repassant le film de la matinée, incapable de se focaliser sur un détail un particulier, ou de penser à autre chose. Elle aurait voulu que la punk reste pour lui expliquer, que Shawn ne l'ait pas expulsée de là-bas par un moyen étrange. Qu'était ce truc? Un centre d'expérimentation de nouvelles technologies? Une secte vaudou qui pratiquait des méthodes moyen-ageuse? L'avait-on droguée pour lui faire croire qu'elle avait fait ce trajet aussi vite? Ou bien était-ce une expérience de réalité augmentée? Mais, de tous les scénarios qu'elle s'imagina ce jour-là, aucun n'était proche de la vérité.

Le lendemain matin, elle avait prétexté être malade pour ne pas aller en cours. Sa mine pâle avait suffit à convaincre ses parents qui étaient partis au travail après avoir prévenu le lycée. Maïa était allongée sur son lit, dans un état catatonique, quand un hibou lui avait apporté une lettre de Shawn. Avec un livre intitulé "L'histoire de Poudlard". La lettre, très longue, rédigée sur un parchemin, lui expliquait tout: la sorcellerie, l'école cachée, le monde parallèle. Maïa avait lu le livre, croyant que Shawn délirait. Mais dans ce cas, il n'était pas le seul à délirer.

Il avait joint une photo d'Aaron. Une photo qui bougeait. Le garçon était en pleine discussion, dans un couloir mal éclairé, avec sa petite soeur. Il agitait les mains, comme s'il taquinait Amy. La lettre en disait plus long. Aaron qui était un sorcier, un sorcier qui, d'ailleurs, était bien malheureux. Il était très seul, dans cette école, jusqu'à ce qu'il en ait marre d'essayer d'être quelqu'un qu'il n'était pas et se mette à crier haut et fort qu'il était un "moldu". Revendiquer ses origines moldues faisait apparemment de vous un phénomène de foire, aussi tout le monde se bousculait pour qu'il parle de lui, des inventions comme internet, la musique, les Ipod. Aaron vivait très mal cette situation, et avait même du organiser un tournoi de rugby pour satisfaire le concierge, mais ne savait pas comment s'en sortir.

Cette lettre avait décidé Maïa à dire la vérité à son ami. Peut-être que, si quelqu'un de normal savait la vérité, cela l'aiderait à mieux supporter la pression, à quitter ce monde de fous. Shawn lui avait dit que c'était un soulagement pour lui d'être là-bas, car il était adapté à l'environnement, et de ne pas parler de lui car il ne voulait pas d'ennui. Pour le moment, Maïa n'en savait pas plus, mais c'était largement assez. Elle saisit sa plume et se mit à écrire.

Une heure plus tard, elle se déclara satisfaite. Elle avait bien maquillé son histoire de fuite et ne disait pas grand-chose sur ce monde qu'elle ne comprenait de toute façon pas du tout. Après tout, n'importe quel élève de l'école pouvait lui avoir parlé du Kidditsch, non?

Restait maintenant à dénicher un hibou.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

[OS] Les gens sont fous

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les gens sont fous
» Dylan Smith_Tout les gens biens sont fous !
» Ils sont fous ces Suisses !!!!
» Ils sont fous ces japonais !
» "Tu sais que les bruits qui courent sur les gens sont pas toujours vrai."

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Ailleurs,-