AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 En apesanteur. [Mika & Aaron]

Mika RosaldenAncien personnageavatar
Messages : 35

Voir le profil de l'utilisateur
Vendredi 30 Mars 2007

« Niveau huit, Atrium. » indiqua une voix féminine avant que les portes de l’ascenseur ne s’ouvrirent sur le vaste hall du Ministère. Mika s’effaça pour laisser sortir une sorcière du Magenmagot en premier avant de quitter cette machine infernale à son tour. Cela faisait plus d’un mois qu’il travaillait ici et il ne comprenait toujours pas pourquoi les anglais ne changeaient pas cette installation vétuste qui vous secouait en tout sens. A croire que le Ministre lui-même aimait malmener son personnel, songea-t-il en s’arrêtant devant le bureau des agents de sécurité pour les saluer.

Depuis l’attentat Magique contre Poudlard, la sécurité du Ministère avait été particulièrement renforcée afin de parer à une éventuelle attaque. Même si pour le moment les Mardoliens n’avaient pas été cité officiellement comme responsables du dérèglement de l’école, Mika était bien placé pour savoir que cette piste était la plus sérieuse aux yeux des Aurors. Le Ministère avait donc été placé sous un niveau de vigilance très élevée et une bonne douzaine de personnes étaient en charge da la surveillance de l’Atrium.

« Alors quoi de neuf ? » lança le prikaati en serrant la main de ses collègues de la Brigade de Police Magique et des deux Baguettes d’Elites détachés spécialement sur cette mission, Voldemort a-t-il pointé le bout de son nez ? » Demanda-t-il en rivant ses mains au fond des poches de son pantalon de costume parfaitement repassé, Quoi que ça risque d’être particulièrement difficile pour lui… » Ajouta-t-il goguenard.
-Epargne-nous ton humour douteux, souffla Ryan Flint sans quitter le hall d’entrée du regard mais en esquissant toutefois un imperceptible sourire.

Mika retint un éclat de rire et observa à son tour les cheminées dorées d’où émanaient le personnel et les visiteurs du ministère. Peut-être que parmi-eux se cachaient des Mardoliens infiltrés ou en repérages. Désireux de ne pas déranger davantage l’agent d’élite dans sa mission, le prikaati délaissa son collègue non sans lui rappeler l’horaire de leur rendez-vous du soir :

« 22h30 au Circée. »

Le Circée, bar sorcier de Bristol, était le second QG des Aurors après leur bureau du Ministère. Grace à Charlotte, qui l’avait gentiment introduit dans le petit groupe, Mika s’était rapidement intégré et était devenu un habitué du lieu, s’y rendant quasiment tous les soirs pour boire un verre après le travail. Cela lui avait permis de tisser des liens avec certains de ses collègues comme Ralph Stein, qui s’avérait finalement très sympathique, ou encore Ronald Weasley. Néanmoins, il s’était surtout trouvé deux compagnons de fin de soirées : Teddy Furtinus, un autre Auror, et Ryan, le baguette d’élite. Généralement, les trois compères rejoignaient les discothèques ou les pubs de la capitale au moment où leurs collègues retrouvaient femme et enfants à la maison, après un dernier verre au Circée. Parfois Mika avait la chance de finir la soirée en galante compagnie mais cela ne l’empêchait pas d’être à huit heures au bureau le lendemain, prêt pour abattre une journée de travail. D’ailleurs, il bossait justement depuis plus de six heures non stop sans avoir pris le temps de faire une pause déjeuner aussi il se dirigea vers le petit salon de thé installé dans un coin de l’Atrium afin de commander de quoi se sustenter pour tenir jusqu’à 22h00, bien que son service soit censé se terminer plus tôt. De toute manière, il avait une quantité de travail à faire et il préférait largement rester au QG plutôt que de rentrer manger chez lui avant de rejoindre le Circée. Dans son appartement londonien, il se retrouvait seul avec les lettres de ses frères ou d’Esfir, sa compagne officielle, et bien que cela puisse paraitre étonnant, il préférait largement éplucher les dossiers des Mardoliens plutôt que de lire ces missives…

-Un sandwitch à l’hippogriffe, un café long, un cappuccino sucré et des petits fours pour deux personnes, s’il vous plait mademoiselle. » Demanda-t-il avec un sourire charmeur.

Il devait retrouver Charlotte d’ici une dizaine de minutes pour faire le point sur leurs recherches individuelles autour du dossier « M ». Nul doute que sa coéquipière apprécierait ces quelques douceurs pour compenser la rudesse de leur affaire.

-Voila monsieur, répondit la serveuse en lui tendant sa commande, vous savez nous avons un service de livraison par sortilège d’apparition si vous le souhaitez. Cela vous évite de vous déplacer. » Précisa-t-elle en encaissant la transaction.
- Je sais, répondit Mika, mais en utilisant ce service, je me priverai de votre joli sourire, ajouta-t-il en reculant sans la quitter des yeux, et ça serait vraiment dommage, conclut-il en lui adressant un clin d’œil avant de s’éloigner.

Bon, la serveuse était vraisemblablement dans son huitième mois de grossesse, mais cela ne l’empêchait pas d’être vraiment mignonne. Et puis, qui ne tente rien n’a rien, songea-t-il en s’arrêtant devant les portes closes de l’ascenseur. La cabine finit par se matérialiser dans un cliquetis métallique inquiétant et le prikaati pénétra à l’intérieur en même temps qu’un autre sorcier qu’il salua d’un signe de tête poli. Les grilles se refermèrent sur eux et l’ascenseur se mit en marche dans une violente secousse ce qui ne surprit pas l’Auror cette fois. Cependant, ce qui l’étonna davantage, ce fut le brusque arrêt de la machine qui s’immobilisa subitement quelques secondes plus tard, manquant de lui faire renverser ses deux cafés sur sa veste de costume moldu.

Le prikaati retint un juron mais laissa toutefois échapper un soupir sonore pour témoigner de son ras-le-bol. Il attendit quelques secondes en silence que la machine se remette en marche en scrutant son plafond mais rien ne se produisit. Tout était étrangement calme. Trop calme, songea le prikaati en faisant immédiatement le lien avec le dérèglement de Poudlard. Se pouvait-il que les Mardoliens aient réussi une prouesse similaire juste sous leur nez ? Mika fronça légèrement les sourcils et dégaina sa baguette :

« Eloignez-vous des portes monsieur. » souffla-t-il au jeune homme qui l’accompagnait.

Mais au même moment une voix s’éleva dans la cabine :

« En raison d’un problème technique, les ascenseurs du Ministère sont momentanément immobilisés. Le service de réparation a été prévenu et il devrait intervenir dans les plus brefs délais, d’ici quarante-cinq minutes environ. »

- Quoi ? » S’insurgea Mika comme si la voix pouvait l’entendre.
« Nous vous déconseillons de tenter le moindre sortilège visant à réparer le mécanisme et nous vous interdisons de tenter un transplanage hors de la cabine puisque les charmes protégeant le Ministère risqueraient de vous tuer sur le champ. Nous vous invitons à garder votre calme et nous nous excusons pour le dérangement occasionné. »


Bon, le point positif, c’est qu’il ne s’agissait vraisemblablement pas d’un attentat. Le point négatif, c’est qu’il était coincé ici pendant une bonne heure… Alors qu’il regrettait presque de ne pas avoir utilisé le Service de livraison par Apparition pour obtenir son déjeuner, Mika invoqua un patronus messager. Une hyène argentée se matérialisa dans les airs afin que le prikaati lui dicte son message :

« Charlotte, Je suis bloqué dans cet ascenseur de malheur donc ne m’attends pas pour la réunion. A tout à l’heure.» ajouta-t-il légèrement sceptique.

La Patronus disparut laissant le prikaati seul avec le jeune sorcier. Mika reporta son attention sur lui en hochant les épaules, fataliste.

« Quitte à attendre indéfiniment, autant que cela soit dans de bonnes conditions,
intervint-il en faisant apparaitre deux sièges confortables d’un coup de baguette magique. Mika s’installa dans l’un d’entre eux et commença à déplier son panier pique-nique à la recherche de son sandwitch. Avisant le café qui était initialement prévu pour Charlie, le prikaati attrapa le gobelet encore chaud et le tendit en direction du jeune homme.

« Vous aimez le cappuccino ? »
demanda-t-il à son compagnon d’infortune.


Aaron FinniganPersonnage décédéavatar
Messages : 476

Voir le profil de l'utilisateur
Aaron avait été très surpris, au début des vacances de mars, lorsqu'il avait reçu un hibou officiel du ministère, avec une lettre rédigée par la secrétaire de ce dernier, l'invitant à rencontrer le ministre lui-même. D'après la missive, l'attention de Fiennes avait été attirée par la lettre du jeune homme, dont les motivations et idées correspondraient exactement à son ambitieux projet de réforme des relations avec les moldus. La secrétaire lui demandait de confirmer la date du vendredi 30 mars, et Aaron n'avait même pas réfléchi avant d'envoyer la confirmation. C'était une opportunité comme il ne s'en présenterai pas deux fois dans sa vie, et il ne tenait pas à la laisser passer.

Le Serdaigle avait immédiatement contacté Seamus pour lui faire part de la bonne nouvelle, et son cousin, en guise de félicitation, l'avait invité à prendre un café avant son rendez-vous dans l'Atrium du ministère. Aaron avait donc enfilé sa plus belle robe de chez T&T - heureusement qu'il n'était pas sentimental, sans quoi il aurait refilé toutes ces robes au grenier - et avait fait l'effort de se coiffer correctement (mais pas trop) et même de quitter ses converses pour ce rendez-vous. Il avait cependant gardé quelques affaires moldues sur lui, désireux de ne pas paraître trop sorcier.

Aaron avait retrouvé son cousin au petit salon de thé, et ils avaient passé vingt minutes à discuter. Seamus lui avait posé quelques questions curieuses sur la Chambre des Secrets, riant quand Aaron lui dit que ça n'était pas si extraodinaire que ça. Mais ils ne s'étaient pas attardés sur le sujet, Seamus travaillant dessus et souhaitant parler d'autre chose que du travail. Aaron lui avait montré son Ipod, très fier. En effet, deux jours avant les vacances de Pâques, Aaron avait réussi à le faire fonctionner dans l'enceinte de l'école. Il ne savait pas exactement ce qu'il avait fait pour réussir ce miracle, mais il avait passé les quarante-huit heures avant de rentrer chez lui à écouter ses musiques favorites en boucle. Hélas, la batterie de l'objet s'était épuisée avant qu'il ne monte dans le Poudlard Express, et, Poudlard ne possédant pas (encore) de prise électrique, il avait du subir silencieusement le retour chez les moldus. Seamus siffla d'admiration alors que résonnaient dans son oreille les premières notes de Pierrot the Clown.

"Merlin, Aaron, mais tu es un génie!"
"Tu crois qu'il faut que je montre ça à Fiennes?"
"Bien sûr, si tu en as l'occasion! C'est exactement le genre de chose dont il raffole: un bon sorcier qui utilise son talent pour des trucs moldus. Bon, ne rentre pas trop dans les détails, même si sa mère est moldue, il risque d'être aussi compétent que Grand-Pa avec ce truc, il vit trop chez nous pour suivre les progrès technologiques... même-moi je me sens dépassé, parfois."

Les deux hommes rirent et Seamus fredonna quelques notes de la chanson qui passait.

"Dis-donc, tu écoutes des trucs bien larmoyants! Ca ne va pas avec Swann?"

Au nom de la jeune fille, Aaron se renfrogna. Il n'aimait pas parler de leur rupture. Oh, il n'était pas particulièrement déprimé, beaucoup d'autres choses lui permettaient de se changer les idées. Ne plus passer ses soirées avec elle lui avait permi de travailler deux fois plus sur son Ipod, et de couronner ses efforts de succès. Mais il n'aimait pas du tout penser à tout cela. La croiser dans les couloirs provoquait chez lui un énorme sentiment de malaise indéfinissable, et il ne se faisait pas à l'idée qu'il ne lui parlerait plus jamais. Aaron s'étonnait de ne ressentir que ce sentiment de passer à côté de quelque chose. Il ne se sentait pas déprimé, il avait juste l'impression d'avoir des réflexes à perdre, comme celui de lui envoyer un hibou pour lui annoncer que Fiennes lui avait répondu.

Même à Maïa, il n'en avait pas parlé. Il n'avait pas répondu à sa lettre, persuadé que, malgré ses derniers mots, Swann était allée en parler à Adamson. D'ailleurs, il n'avait même pas relu la lettre. Il l'assimilait maintenant au début de la fin, et elle était restée roulée en boule au fond de son armoire de l'école. Mais, en rentrant chez lui, il avait eu la bonne surprise de trouver son amie qui l'attendait sur le perron, la mémoire en bonne place. Il avait passé de très bonnes vacances, grâce à cela. Il avait répondu aux milles questions de Maïa, qui ne se lassait pas de le voir parler de la magie, et ne comprenait pas grand-chose à ce qu'il racontait. Mais peu importe, elle l'écoutait. Elle ne lui en voulait pas du tout pour son mensonge, et lorsqu'Aaron lui avait expliqué la situation dans laquelle elle se trouvait, elle avait bien dit qu'elle n'en avait parlé à personne. Même Mr et Mrs Finnigan ne devaient surtout pas le savoir.

Pouvoir parler librement à Maïa, sans faire attention à chaque mot qu'il disait, avait réellement libéré le jeune homme. Bien sûr, il lui faudrait du temps avant de tout assimiler, mais il trouvait qu'elle avait déjà retenu un nombre incroyable de détails, qu'il n'était même pas sûr de trouver dans l'Histoire de Poudlard. Ils ne parlèrent pas que de ça durant les quinze jours, surtout lorsqu'ils étaient avec les autres, mais le fait de ne plus porter ce secret faisait toute la différence aux yeux d'Aaron. Cela lui faisait vraiment bizarre, de parler de Sombrals et de Pitiponk au milieu de Hyde Park, mais il y avait vite pris goût. Il savait que ce qu'il faisait était mal, et ça lui semblait même irréaliste, mais cette pointe de danger qu'il ressentait, venant de partout et nulle part à la fois, lui plaisait. Il ne s'imaginait pas que ce serait comme ça, si quelqu'un apprenait la vérité un jour. Il avait cru que tout deviendrait simple et logique, quand en vérité, ça compliquait tout. Mais c'était ce qu'il voulait. Et il appréciait. Comme il avait passé deux fois plus de temps avec sa meilleure amie que d'habitude, Mike avait recommencé à les shipper, lui et Maïa. La jeune fille n'avait rien contre mais Aaron avait bien marqué ses distances dès le début. Elle restait sa meilleure amie, et rien de plus. Il aimait encore Swann, et n'avait même pas parlé de leur rupture à Maïa, même s'il avait parfois eu l'étrange impression qu'elle savait.

Mais Aaron ne parlait pas de Swann. Ni à Maïa, ni à Jeremy, ni à personne. Il gardait cela par devers lui, parce qu'il ne savait ni quoi dire, ni quoi ressentir, ni quoi penser. C'avait empiré lorsqu'il avait découvert que Maïa n'avait pas reçu la visite des Oubliators, prouvant que la seule autre personne au courant avait finalement tenue sa langue, pourtant bien pendue. Aaron était à deux doigts de transplaner chez T&T pour s'excuser, pour la remercier d'avoir compris, quelque part, mais quelque chose le retenait, comme le jour où ils avaient rompu. Alors, il se contenta de grogner quand Seamus essaya de lui tirer les vers du nez.

Il s'était séparé de sa petite amie, et parlait à son Auror de cousin alors qu'il venait de passer quinze jours à enfreindre allègrement la loi, mais il allait très bien - pour de vrai. Il avait réussi à trouver son équilibre, qu'il cherchait depuis longtemps, il avait vaincu Poudlard avec son Ipod, et il avait rendez-vous avec le Ministre en personne. Il s'en sortait plutôt pas mal, tous compte faits.

Quand l'heure du rendez-vous approcha, Aaron pris congé de Seamus. Son cousin ne l'accompagna pas dans l'ascenseur, ayant une note à expédier avant, et il n'entama donc sa descente au niveau deux qu'en compagnie d'un jeune homme chargé de cafés. Mais ils n'avaient pas fait un mètre qu'une violente secousse bloqua l'ascenseur, arrachant un juron à son compagnon d'infortune. Celui-ci, visiblement un employé, puisqu'il ne portait pas de badge sur sa robe, jura avec un étrange accent et lui recommenda de s'éloigner de la porte, baguette en main. Ce devait être un Auror ou un Tireur d'Elite, songea Aaron.

Mais une petite voix leur annonça qu'on viendrait les sortir de là d'ici trois quart d'heures.

"Trois quarts d'heure?!" hoqueta le jeune homme, horrifié. Il allait raté le rendez-vous le plus important de sa vie! L'employé du ministère prit ça avec fatalité, envoyant un message à une certaine Charlotte, et fit apparaître des sièges, allant même jusqu'à lui proposer un de ses cafés. Aaron accepta de bonne grâce, il aurait bien besoin de caféine pour trouver comment justifier un tel retard auprès du Ministre. "Merci bien". Néanmoins, il ne s'assit pas, et, après un instant d'hésitation.

"Vous travaillez ici? Parce que, c'est-à-dire que j'ai rendez-vous avec le Ministre dans dix minutes et ça ne serait pas très correct de lui envoyer un simple patronus pour lui dire que je suis bloqué dans l'ascenseur. Il n'apprécierait sans doute pas... Vous pourriez vous joindre à moi pour justifier mon retard, s'il vous plait, monsieur...?"

Restait à espérer que les bonnes manières de son hôte ne s'arrêtaient pas aux portes de ce fichu élévateur.


Sing me a song of a lad that is gone
Say, could that lad be I?
Merry of soul he sailed on a day
Over the sea to Skye
Billow and breeze, islands and seas
Mountains of rain and sun
All that was good, all that was fair
All that was me is gone

Mika RosaldenAncien personnageavatar
Messages : 35

Voir le profil de l'utilisateur
Le jeune homme accepta son café de bonne grâce mais ne s’installa pas pour autant. Soit, Mika n’allait quand même pas le forcer à s’asseoir mais il laissa tout de même le siège qu’il venait de faire apparaitre, au cas où. Le prikaati sortit alors son sandwich et croqua une grande bouchée de pain et de viande d’hippogriffe fraiche. Cette panne lui permettait au moins de faire une vraie pause déjeuner. En effet, il avait généralement pour habitude de manger en tête à tête avec ses dossiers ou de carrément sauter le repas de midi, au grand désespoir de sa mère ou d’Esfir ! Enfin, il fallait croire que ces dernières s’étaient réincarnées en la personne de Ralph Stein, le voisin de box de Mika, qui lui donnait systématiquement des conseils sur les bonnes habitudes alimentaires à adopter pour être en parfaite forme mentale et physique. Le prikaati écoutait patiemment ses conseils, même s’il n’avait nullement envie de gober quatre jaunes d’œuf en guise de repas de midi, à l’instar de l’Auror bodybuildé.

«Vous travaillez ici? » demanda alors le jeune homme qui l’accompagnait, le sortant de ses pensées.

Mika hocha la tête tout en avalant sa bouchée avant de répondre par l’affirmative. Son compagnon d’infortune lui expliqua alors qu’il avait rendez-vous avec le Ministre en personne avant de le solliciter pour l’accompagner afin d’expliquer son retard.

« Oh. Souffla Mika en dévisageant le jeune homme. Il devait être particulièrement stressé à l’idée de faire attendre Finnes, songea-t-il en hochant la tête doucement, On va déjà commencer par envoyer un patronus à sa secrétaire pour le prévenir de votre retard, précisa-t-il en convoquant une nouvelle fois sa hyène d’un coup de baguette, Bonjour Clémence, commença-t-il en se remémorant l’agréable employée du ministre avec qui il avait déjà trouvé le temps de discuter –aller savoir pourquoi- C’est Mika Rosalden, le Prikaati, précisa-t-il en sachant pertinemment qu’il était plus connu au ministère sous ce petit sobriquet, je suis coincé dans l’ascenseur avec une personne qui a rendez-vous avec M. Fiennes ,Il leva le regard en direction du badge épinglé sur le torse du jeune homme avant de poursuivre , Il s’agit de M. Finnigan, pouvez-vous transmettre ce message au ministre et lui dire qu’il sera vraisemblablement en retard? »

La hyène disparut comme par enchantement et Mika reposa sa baguette sur ses genoux afin de reprendre son sandwich qu’il avait momentanément délaissé.

« Première entrevue avec le Ministre ? demanda-t-il entre deux bouchées, ne vous inquiétez pas, je suis sûr qu’il se montrera compréhensif pour votre retard, c’est un homme très accessible vous savez… »

En effet, Mika avait eu l’occasion de rencontrer Fiennes à maintes reprises lors de ses comptes-rendus d’enquêtes. Le candidat du MIM était très professionnel lorsque l’on abordait les questions de sécurité nationale mais il avait également la faculté de détendre l’atmosphère dès les réunions terminées. Le ministre ne manquait pas de charisme et était un excellent communicateur. Il avait toujours un petit mot pour chacun, ce qui donnait l’impression qu’il était proche de vous. Cette stratégie assumée de recherche de proximité avait visiblement portée ses fruits puisqu’il avait été élu par les anglais. Pour Mika, cette manière d’interagir avec son supérieur était nouvelle puisque ce n’était résolument pas le style de la chancelière finlandaise qui était une femme plutôt austère et froide.

Alors qu’il songeait justement à la mine revêche de la chancelière, une taupe argentée se matérialisa subitement dans l’habitacle et se mit à parler :

« Bonjour Mika, J’ai pris bonne note de votre message et j’ai transmis l’information au ministre. »

La taupe se tourna alors vers Aaron pour lui demander :

« M. Finnigan, le Ministre vous propose une entrevue entre 17h et 17h30, ce jour, si toutefois vous êtes disponible. Merci de me rendre réponse par retour de patronus dans les plus brefs délais. »

La bête disparut alors, laissant les deux hommes en tête à tête. Ayant terminé son sandwich, Mika bu une gorgée de son café avant de reporter son attention sur ce monsieur Finnigan qui avait la chance que le Ministre ait un autre créneau de disponible pour lui ce jour même. Ou alors, Fiennes voulait tellement le rencontrer qu’il s’était libéré un moment dans son emploi du temps. Ressentant un soudain regain d’intérêt pour son compagnon d’infortune, Mika finit par lui demander :

« Finnigan… Vous êtes de la famille de Seamus ? »


Aaron FinniganPersonnage décédéavatar
Messages : 476

Voir le profil de l'utilisateur
Le compagnon d'infortune d'Aaron s'avéra être réellement une personne aimable et serviable, au grand soulagement du jeune homme. Il envoya de lui-même son patronus prévenir la secrétaire du ministre. Aaron remercia sa bonne étoile, car le fait que ce Mika Rosalden envoie lui-même son patronus renforçait l'excuse légitime d'Aaron. Il ne risquait pas de passer pour quelqu'un d'incapable d'être à l'heure, de peu sérieux ou quoi que ce soit de préjudiciable aux yeux du ministre.

"Merci beaucoup." dit-il avec un sourire de remerciement lorsque la hyène eu disparu.

Les soupçons d'Aaron quant au métier de son vis-à-vis se trouvèrent confirmés par son message à la secrétaire du ministre. Il n'était pas un Auror à proprement parler, mais le Prikaati délégué à l'enquête sur l'avalanche laponienne au ministère. Seamus lui avait déjà parlé de Mika, et Aaron ne compris pas pourquoi son cousin n'appréciait pas particulièrement son nouveau collègue, qui semblait tout à fait correct.

"Première entrevue, oui... Si elle a lieu."

Les mots de l'adulte ne rassurèrent qu'à moitié le jeune homme. Il était vrai que Fiennes s'employait à donner une image d'homme du peuple, et Seamus, qui n'était pas un fervent partisan du MIM, mais avait voté APPEL, appréciait son nouveau patron. Mais entre l'image qu'un politique se donnait et la réalité des choses, il y avait toujours un gouffre. Aaron espérait que Mika disait vrai, et que le ministre trouverait un autre créneau à lui accorder. Il rentrait à Poudlard le dimanche même, ce qui ne lui laissait pas beaucoup d'espoir. Mais son pessimisme fut contré par l'apparition d'une taupe qui lui proposa un rendez-vous pour le jour même à dix sept-heure. Aaron soupira, songeant que l'après-midi risquait d'être long, mais il n'avait pas le choix. On ne disait pas non au ministre, et il tenait absolument à saisir la chance qu'il avait. Aussi ne fut-il pas long à conjurer son propre patronus, un gros ours argenté, qu'il envoya répondre:

"Merci de trouver un autre horaire si rapidement. Je serai là à 17h sans faute, et m'excuse de mon retard."

Soulagé de s'en tirer à si bon compte, Aaron se laissa enfin tomber dans le fauteuil qu'avait fait apparaître le Prikaati et dégusta une longue gorgée de café. Maintenant qu'il avait comblé au plus urgent, l'ironie de sa situation lui apparu en entier et il ne pu s'empêcher de grogner:

"Pourquoi faut-il toujours que je me retrouve enfermé dans des endroits glauques..."

En effet, voilà un mois à peine qu'il avait été contraint d'explorer la Chambre des Secrets en compagnie d'un groupe hétéroclite et pas forcément très aimable, et maintenant, il se retrouvait coincé dans l'ascenceur du ministère, alors qu'il devait fonctionner parfaitement le reste du temps. Heureusement qu'il n'était pas en compagnie de la version adulte d'Ahren Keller, cette fois-ci, car il n'aurait pas donné cher de sa patience - et de ses chances d'être reçu par le ministre. Après quelques instants de silence, Mika Rosalden finit par lui demander s'il était de la famille de Seamus.

"Oui, c'est mon cousin." répondit-il simplement, ne sachant pas trop quoi ajouter.

Il ne voulait pas froisser cette âme serviable en lui disant qu'il avait entendu parler de lui en des termes peu flatteurs, mais il n'avait pas non plus envie de prétendre qu'il ne savait pas qui il était. De toute façon, la presse anglaise avait largement relayé l'information de son arrivée. La Gazette préférait, étonnamment, mettre en avant la collaboration Royaume-Uni/Findande au sujet d'un tragique accident impliquant les chères têtes blondes, plutôt que des difficultés rencontrées avec le gouvernement slovaque. Aaron se demanda dans quelle mesure Seamus travaillait avec Mika, puis se rappela que celui-ci avait envoyé un message à une certaine Charlotte. Il n'y avait pas beaucoup de Charlotte chez les Aurors, aussi devait-ce être la binôme de son cousin. Dans ce cas, il y avait fort à parier que les deux hommes soient amenés à se croiser régulièrement.

"Il m'a parlé de votre affectation ici dans le cadre de l'enquête sur l'avalanche en Laponie. Vous travaillez surtout avec Charlotte Meyer, je crois?"

Aaron n'avait rencontré Charlotte que quelques fois, mais il trouvait que c'était une jeune femme très professionnelle et serviable, bien qu'il se soit demandé pourquoi elle était chez les Aurors et pas Médicomage à Ste Mangouste.

Mais avant que Mika ne puisse répondre, l'ascenseur fut secoué et repris sa lente descente vers le département de la Justice Magique. Surpris, Aaron jeta un coup d'oeil au Prikaati.

"On dirait que les réparations sont arrivées plus vite que prévu!"

Il ne savait pas trop s'il devait s'en réjouir ou grogner, étant donné qu'il venait juste de décaler son rendez-vous avec le ministre. Le jeune homme décida tout de même de tenter sa chance auprès de Clémence, la secrétaire du ministre. Peut-être était-il encore temps de se présenter. Il fit part de son intention au Prikaati, et toujours aussi serviable, celui-ci l'accompagna jusqu'au bureau du ministre, qui se trouvait être non loin de celui des Aurors. Le charme de Mika frappa encore une fois car Clémence leur annonça qu'elle n'avait pas encore confirmé le changement d'agenda au rendez-vous du ministre, et que celui-ci était donc encore disponible.

"Merci beaucoup, Prikaati Rosalden" le salua un Aaron soudainement stressé mais aussi très heureux. Il regarda Mika partir, ravi de cette bonne rencontre et espérant vraiment avoir l'occasion de travailler au ministère l'année prochaine. Tout se jouait maintenant.

[RP Terminé]


Sing me a song of a lad that is gone
Say, could that lad be I?
Merry of soul he sailed on a day
Over the sea to Skye
Billow and breeze, islands and seas
Mountains of rain and sun
All that was good, all that was fair
All that was me is gone

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

En apesanteur. [Mika & Aaron]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» The third temptation [Aaron]
» Aaron Ekblad
» Mika-thinking... J'suis amoureux? (T-d-T, libwe)
» Aaron Howell [REPRIS] ~ Gryffondor (7e année)
» Aaron de Nagan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Londres, :: Ministère de la Magie,-