AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Nouvelles amies ? [Gillian & Aby]

Abigail ScavoQuatrième annéeavatar
Messages : 178

Voir le profil de l'utilisateur
5 avril 2007

Deux petites Serdaigle avançaient silencieusement dans les couloirs sombres de Poudlard. La nuit était sur le point de tomber et le crépuscule projetait des ombres inquiétantes par les fenêtres, tandis que la silhouette translucide du Baron Sanglant achevait d'apporter aux lieux une atmosphère lugubre. Abigail glissa un regard en coin vers Linnet et sentit un frisson lui parcourir l'échine en avisant le sourire tortueux qu'affichait la fillette. Elle se demandait bien à quoi elle pouvait penser, cette fois-ci. Depuis quelques temps, Aby s'était mis en tête de passer plus de temps avec sa camarade de dortoir si étrange. Curieuse comme elle était, Aby n'appréciait pas l'aura de mystère et de terreur dont s'entourait Linnet, volontairement ou non... Elle voulait apprendre à la connaître pour, peut-être un jour, la comprendre. Après tout, elles étaient destinées à dormir dans la même pièce pendant sept ans ! La présence d'Aby à ses côtés n'avait pas l'air de déranger Linnet outre mesure, mais il était si difficile de lire ses pensées qu'Aby n'était pas sure qu'elles puissent devenir amies un jour. Malgré tout, la Serdaigle commençait à l'apprécier car elle était très différente des autres personnes avec qui elle avait l'habitude de passer du temps. Elle avait de drôles d'occupations, comme de se promener dans les couloirs sombres à la tombée de la nuit, par exemple... Mais ce n'était pas dérangeant. Aby n'aspirait qu'à pimenter un peu son quotidien d'élève de première année, qui pouvait être parfois un peu ennuyeux.

Rompant enfin le silence, Linnet commença à raconter une histoire décousue sur un vieux lapin en peluche de son frère Danny, provoquant un sourire amusé chez Aby. La Serdaigle n'écouta que d'une oreille, son esprit s'évadant à son tour du côté de sa famille. Cela ne faisait qu'une semaine qu'ils étaient de retour à Poudlard et ses parents lui manquaient déjà. Tous les soirs avant de s'endormir, elle sentait sa gorge se serrer et ses yeux lui piquer, et elle priait pour que ces derniers mois d'école passent vite. Elle n'était pas aussi courageuse que ça, finalement, pas étonnant que le Choixpeau ne l'ait pas envoyé à Gryffondor ! Elle voulait retrouver ses parents pour qui elle était la huitième merveille du monde, et surtout elle voulait retrouver ses deux meilleurs amis, Elise et Roger. Cela lui avait fait beaucoup de bien de les retrouver pendant les vacances, après tout ce temps passé séparés. Bien sûr, ils s'étaient croisés pendant les vacances de Noël mais entre les fêtes et son propre état d'esprit si peu propice aux retrouvailles, elle n'avait pas vraiment eu l'impression de rattraper le temps perdu. Aussi, elle avait été tellement soulagée de constater qu'ils étaient toujours aussi proches, et qu'ils ne l'avaient pas oubliée... Avec eux, elle s'amusait vraiment. Elise la connaissait sur le bout des doigts, et Roger était un vrai casse-cou avec qui l'aventure se cachait derrière chaque coin de rue. A Poudlard, en revanche, elle s'était fait de très - trop - nombreuses connaissances mais peu de véritables affinités avaient été créées. Enfin, la situation n'était pas dramatique, elle s'entendait bien avec ses camarades de dortoir, c'était l'essentiel. Et elle adorait Andrew, même si elle le voyait peu puisqu'il était dans une autre maison. Toujours est-il que la fillette avait bien envie de nouvelles rencontres, pour oublier sa maison qui lui manquait.

Linnet et elle finirent par se lasser de leur balade improvisée et par rejoindre un couloir plus fréquenté, dans l'optique de rejoindre leur salle commune. Alors qu'elles croisaient une fille de Poufsouffle de leur âge, Abigail s'arrêta et attrapa le bras de Linnet pour attirer son attention.

"Oh, attend ! Je voulais parler à cette fille."

Aby vit sa camarade grimacer, visiblement peu ravie par sa proposition.

"Moi j'y vais."

"D'accord, à plus tard !", dit-elle sans argumenter, habituée à ne pas questionner les décisions de Linnet.

Tandis que Linnet s'éloignait en direction des escaliers, Aby partit en courant à moitié derrière Gillian et tapota son épaule. Une fois que Gillian se fut arrêtée, elle lui adressa un grand sourire et se présenta.

"Salut ! Gillian, c'est ça ? Moi c'est Aby."

Cela faisait un moment qu'elle avait repéré cette Gillian, qui avait l'air grandement sympathique avec ses habits colorés et son grand sourire. En plus, elle devait avoir un lien quelconque avec ce garçon de Gryffondor, Irving, puisqu'ils portaient le même nom de famille... Mais la raison première pour laquelle Gillian avait attiré son attention était ce garçon qui restait souvent avec elle, Jeremy. Il avait l'air particulièrement intéressant, pour la raison bien simple qu'il lui rappelait un peu Roger, que ce soit physiquement ou par leur même attitude de bout-en-train. Bref, les deux avaient l'air d'être gentils et amusants, et Aby aurait bien aimé en savoir plus à leur sujet. Alors quand elle avait appris que Jeremy avait été mis en retenue, elle avait décidé de saisir l'occasion pour tenter un rapprochement stratégique. Après tout, cela n'était pas très courant pour un élève de leur année, d'être mis en retenue, la bêtise de Jeremy devait être belle.

"Tu es amie avec Jeremy, non ?", questionna-t-elle joyeusement. "Cindy m'a raconté qu'il a récolté d'une retenue, mais que personne ne sait pourquoi. Je me suis dis que toi, tu savais peut-être ? Tout le monde en parle alors je suis curieuse ! Il parait que c'est Dérébusor qui la lui a mis... Si c'est vrai, je suis impressionnée. Il en faut, du courage, pour oser s'opposer au vieux croûton !"

Eh oui, en dépit de l'affaire Sean Fitcher, Aby n'avait toujours pas abandonné ses habitudes de commère... Mais elle fouinait et divulguait avec beaucoup plus de parcimonie qu'auparavant, surtout quand il s'agissait des histoires des plus grands. Sa curiosité n'était simplement jamais rassasiée.
Gillian Forest-WhitakerTroisième annéeavatar
Messages : 416

Voir le profil de l'utilisateur
Les deux enfants s'arrêtèrent devant une des lourdes portes en bois qui fermaient les salles de classe, à bout de souffle. Gillian s'effondra peu gracieusement contre le mur, cherchant à réguler son souffle, tandis que Jeremy s'appuyait sur le mur en face d'elle.
Ils restèrent quelques instants dans cette position, silencieux, le bruit seul de leurs respirations troublant le silence du couloir.
Ils auraient donné un bien beau spectacle à quiconque serait passé dans le couloir, avec leurs cheveux en batailles, leurs tenues en désordre et leurs positions, avachies sur le sol, qui n'avaient à coup sur rien à faire dans une école.
Mais la nuit commençait déjà à tomber, et ce couloir, déjà peu fréquenté, devenait un désert dés les premières secondes de nuit.
Gillian finit par relever la tête, et adressa un sourire franchement amusé à Jeremy:

"T'es parti en étant en retard, maintenant t'es en avance... T'es au courant que t'es quand même super doué?"
"Je sais, mais déjà que je me suis fait collé, c'était peut être mieux d'éviter d'autres ennuis, non? Tu sais comment peut être Dérébusor, parfois..."

Il se lança alors dans une imitation très convaincante du professeur d'astronomie, qui fit rire Gillian aux larmes. Jeremy l'étonnerait toujours, quoi qu'il fasse. Elle chercha à calmer son fou rire, qu'on devait entendre depuis le bout du couloir, et qui ne plairait sans doute pas à Dérébusor s'il l'entendait...
La porte s'ouvrit d'un coup en grinçant horriblement, coupant d'un coup l'allégresse des deux enfants. Gillian tira d'un coup son meilleur ami hors du champ de la porte, le cachant encore pendant quelques secondes au professeur.

"Avec la chance qu'on a, tu peux parier qu'il nous a entendu!" chuchota la jeune fille.
"Hé! C'était pas moi qui rigolais comme une bossue!"

Gillian fit mine de donner une légère tape sur le sommet du crâne de son ami, ce qui le fit rire. Jeremy riait souvent, parfois de rien, mais c'était un rire communicatif, joyeux, qui donnait envie de sortir dehors pour chanter et danser sous le soleil. Et ça faisait du bien.
Elle lâcha sa manche qu'elle tenait toujours. Elle commença à s'éloigner, en lui lançant:

"On se voit plus tard?"
"Gil! Et mon bisou de bonne chance?"

Elle se retourna, incrédule pour croiser le regard de merlan frit de Jeremy. Lorsqu'il faisait cette tête là, il avait encore plus l'air d'un enfant, et il savait parfaitement que les gens lui passaient beaucoup plus facilement des quantités de choses. Alors, il en usait, et en abusait souvent.

"C'est avec Megan que ça marche, ça, pas avec moi...", marmonna la brunette.

Elle s'approcha néanmoins du garçon, déposa un léger baiser sur sa joue avant de le pousser dans la salle de classe.

"Bonne chance!", lui lança-t-elle en s'enfuyant hors de portée du professeur.

Jeremy pouvais prendre des retenues si ça l'amusais, mais pas elle!
Elle continua de courir pendant quelques temps, avant de ralentir l'allure et de se remettre à marche lorsqu'elle eut atteint les couloirs plus fréquentés. Elle s'était déjà fait prendre une fois à courir dans les couloirs, elle n'avait vraiment pas envie de subir une seconde fois le discours moralisateur de la préfète de Serdaigle selon laquelle "l'hyperactivité n'est pas une raison suffisante pour courir dans les couloirs."
Gillian se rappelait avoir soupiré, ce qui avait entraîné une avalanche de nouvelles remarques sur "le respect dus aux aînés", ou une autre bêtise du même genre...
Le souvenir n'était pas très joyeux, autant éviter de le renouveler!

Alors qu'elle prenait la direction de sa salle commune, avec l'intention de s'avancer un peu dans ses devoirs, elle sentit une main sur son épaule, la faisant se retourner.
Elle se retrouva nez à nez avec une jeune fille de son âge, aux longs cheveux châtains qui auréolaient son visage rond et souriant. Gillian eut besoin d'une ou deux secondes de réflexions avant de l'identifier.
Abigail Scavo. Serdaigle, première année, comme moi.
Elles étaient ensemble dans certains cours, mais ne s'était jamais réellement adressé la parole, sauf peut-être pour les besoins du cours.
C'était une des rares choses que Gillian regrettait parfois, de ne pas davantage s'ouvrir aux autres élèves. Mais sa relation à la limite du fusionnel avec li devait repousser aussi les autres... Ils avaient sans doute peur d'être exclus de leur amitié, même si Gillian savait avec certitude que ni Jeremy ni elle n'aurait de problèmes à accueillir d'autres élèves.
Elle fit donc un sourire amical à Aby, attendant qu'elle prenne la parole.

"Salut ! Gillian, c'est ça ? Moi c'est Aby."
"Oui! On est ensemble en Sortilège, non?"

Aby paraissait vraiment être quelqu'un d'agréable, de joyeux, ou en tout cas de souriant...Même si Aby était réputée pour être une vraie commère, toujours à la recherche des rumeurs, Gillian s'en moquait un peu. Du temps qu'elle ne dépassaient pas les taquineries, elle n'avait vraiment rien contre les rumeurs... pas comme celle qui avait mené à la tentative de suicide de Sean Fitcher.
Même si elles ne l'affectaient pas, Gillian était consciente du pouvoir que les rumeurs avaient sur les gens, et comment elles pouvaient les détruire.

"Tu es amie avec Jeremy, non ? Cindy m'a raconté qu'il a récolté d'une retenue, mais que personne ne sait pourquoi. Je me suis dis que toi, tu savais peut-être ? Tout le monde en parle alors je suis curieuse ! Il parait que c'est Dérébusor qui la lui a mis... Si c'est vrai, je suis impressionnée. Il en faut, du courage, pour oser s'opposer au vieux croûton !"

A ce souvenir, Gillian éclata de rire. Cela avait été juste hilarant, et toute la classe n'avait pu se retenir sous le regard furieux du professeur d'astronomie. Et tout le monde avait beaucoup moins ri lorsqu'il avait collé Jeremy et avait menacé de faire de même avec le reste de la classe, si les élèves ne se calmaient pas.
Et passer deux heures, seuls avec le professeur d'astronomie tentait très peu d'élèves, bizarrement.
Se rendant compte qu'Aby devait la trouver vraiment bizarre, à rigoler toute seule comme une folle, elle expliqua tant bien que mal.

"Excuses-moi, c'était juste..."

Elle secoua la tête, cherchant à reprendre ses esprits.

"Au fait, on était en train d'observer tous calmement et de reporter sur nos cartes, quand d'un coup, Jeremy a fait un faux mouvement et a renversé son télescope. Problème, tous les télescopes étaient très proches les uns des autres, et bien... ça a fait Domino, quoi!"

Son sourire ne l'avait pas quitté alors qu'elle se remémorait la scène. Plusieurs élèves avaient fini par terre, un télescope était même tombé dans la fenêtre, la brisant sur le coup. Un moment de flottement avait suivi, avant que tous les élèves de Poufsouffle n'éclatent de rire.

"Ensuite, Dérébusor a commença à piquer une crise en disant que c'était une honte, qu'on ne méritait pas de gaspiller son temps, enfin bref le discours habituel, quoi. Puis après il a demandé à Jeremy pourquoi il avait tout fait tomber. Et tu sais ce que cet idiot a répondu?"

Le mot idiot avait dans la bouche de Gillian une connotation affective, presque tendre. Jeremy était un idiot parfois, le fait était là.

" Que la forme de Jupiter était si particulière qu'il n'avait pas pu s'empêcher d'exprimer par ses mouvements son état d'intense surprise."

Elle eut un sourire désabusé, s'arrêtant pour ménager le suspense de sa dernière réplique.

"On étudiait la Grande Ourse. Niveau excuse, je pense qu'on repassera, quoi."
Abigail ScavoQuatrième annéeavatar
Messages : 178

Voir le profil de l'utilisateur
Le sourire d'Abigail s'agrandit quand sa camarade éclata de rire au souvenir de la bêtise de son ami Jeremy. La petite Serdaigle posa sur Gillian un regard impatient, pressée de connaître elle aussi cette anecdote qui avait l'air plutôt hilarante ! Heureusement, les explications ne se firent pas attendre et Gillian lui expliqua comment Jeremy avait réussi à faire un effet domino avec les précieux télescopes du professeur Dérébusor, avant de lui servir une excuse d'une grande crédibilité. Suite aux derniers mots de Gillian, Aby éclata de rire à son tour tandis que la scène se jouait dans son esprit, et applaudit brièvement avant de retrouver son calme.

"La forme de Jupiter", répéta-t-elle en secouant la tête. "Excellent ! Il n'a pas froid aux yeux, franchement ! Je suis déçue d'avoir loupé ça, j'aurais tellement voulu voir la tête de Dérébusor...Il tient tellement à ses précieux télescopes, alors avec l'excuse en plus !"

Son regard dériva un instant, rêveur, imaginant mentalement le professeur Dérébusor vociférant joyeusement contre son jeune élève. Quelle image réjouissante ! Aby avait beau être plutôt bonne élève et généralement respectueuse des enseignants, elle avait beaucoup de mal à accorder la même estime au professeur d'astronomie. Même si elle admirait son vocabulaire imagé et, il fallait bien l'avouer, hautement inventif ! Elle avait pris l'habitude de noter ses expressions les plus originales dans son carnet à ragots, avant de le brûler dans la cheminée de la salle commune...

"Dérébusor n'est vraiment pas commode, une fois il m'a fait la morale pendant dix minutes parce qu'il a cru que je dénigrais Pluton, sa planète préférée... Sauf qu'en fait je parlais de Platon, le philosophe moldu. J'ai préféré ne pas le démentir... En tout cas, bon courage à ton copain Jeremy, il va en avoir besoin, et merci de m'avoir raconté ça ! J'ai hâte de raconter ça à ma camarade de dortoir, Linnet. Elle a déjà cassé un télescope, elle aussi, mais..."

Aby s'interrompit et réfléchit à l'incident. Linnet venait d'avoir une mauvaise note, et elle arborait ce sourire mauvais... Reportant son attention sur Gillian, Aby souffla avec malice :

"Je ne crois pas que ça soit un accident. Elle est un peu étrange, parfois."

Elle écarta le sujet Linnet d'un haussement d'épaule et posa sur la fillette qui lui faisait face un regard inquisiteur. Elle avait l'impression que Gillian et elle pourraient bien s'entendre, la petite Poufsouffle semblait amusante et intéressante. Pressée d'en savoir plus à son sujet, Aby se mit à parler à toute vitesse, enchaînant les questions.

"Sinon, vous vous êtes rencontrés à Poudlard, Jeremy et toi ? Il a l'air sympa. Toi aussi d'ailleurs ! Je me disais qu'on pouvait peut-être faire connaissance. On est de la même année et on n'a jamais discuté, ça ne va pas du tout ! Et puis j'aime bien les Poufsouffle. Oh, les Serdaigle aussi sont gentils en général, mais tellement intellectuels, sérieux ! J'aurais aimé être une Gryffondor moi, j'aime les aventures... Oh, mais je te retiens peut-être, tu allais sûrement quelque part ? Désolée, j'ai tendance à trop parler, et à poser trop de questions, c'est presque maladif. Mais je me soigne, enfin j'essaie... En tout cas, il ne faut pas hésiter à me couper si je t'ennuie."

Une moue d'excuse aux lèvres, Aby se força à stopper le flot de questions qui lui brûlait les lèvres.
Gillian Forest-WhitakerTroisième annéeavatar
Messages : 416

Voir le profil de l'utilisateur


Dernière édition par Gillian Forest-Whitaker le Mar 16 Avr 2013 - 19:13, édité 1 fois
L'éclat de rire d'Aby était si communicatif que Gillian ne put s'empêcher de rire à son tour. La tête de Jeremy avait juste été impayable, surtout son air de petit ange lorsqu'il avait fait face à la furie de Dérébusor.
Jeremy et ses réparties étaient quelque chose dont Gillian ne se lasseraient jamais. Jeremy était un roc, la personne à qui elle se rattachait, la personne qui arrivait toujours à la faire rire.
Une fois qu'elles se furent calmés, Aby commença à raconter une de ses anecdotes sur Dérébusor. Confondre Pluton et Platon, quand même...Mais Dérébusor étant ce qu'il était, Gil comprenait parfaitement la décision d'Aby de ne pas le contrarier, même si elle savait qu'elle-même n'aurait jamais pu rester silencieuse et subir les remontrances. Elle aurait commencer à argumenter, Jeremy se serait incrusté et ils auraient tous les deux fini en retenue.


"J'ai hâte de raconter ça à ma camarade de dortoir, Linnet. Elle a déjà cassé un télescope, elle aussi, mais...Je ne crois pas que ça soit un accident. Elle est un peu étrange, parfois."

A l'évocation de Linnet, Gillian resta silencieuse. Elle n'était vraiment pas du genre à médire sur les autres, mais Linnet...
Étrange, c'était le cas de le dire. Elle s'était construite en moins d'une année la réputation d'une gamine étrange, légèrement schizophrène et surtout capable d'une immense méchanceté lorsqu'elle le voulait. C'était le genre de personne que Gillian évitait, même si habituellement elle parlait avec tout le monde.

"Elle est dans ton dortoir? J'avais oublié qu'elle était à Serdaigle... Je pense que la qualifier d'étrange, c'est quand même..."

Trop gentil.
Elle s'arrêta juste avant de les prononcer. Aby s'entendait peut-être bien avec elle, et c'était complètement stupide de critiquer quelqu'un si la personne à laquelle on parlait était une de ses amies. Habituellement, elle ne se serait pas arrêtée, aurait enchaîné sur un autre sujet et n'aurait pas retenu ses pensées.
Mais elle ne savait absolument pas comment Aby allait réagir si elle le faisait... Et elle l'aimait bien, Aby, et n'avait aucune envie que leur ébauche d'amitié tourne court simplement parce qu'elle n'avait pas su tenir sa langue.
Mais celle-ci continuait déjà:

"Sinon, vous vous êtes rencontrés à Poudlard, Jeremy et toi ? Il a l'air sympa. Toi aussi d'ailleurs ! Je me disais qu'on pouvait peut-être faire connaissance. On est de la même année et on n'a jamais discuté, ça ne va pas du tout ! Et puis j'aime bien les Poufsouffle. Oh, les Serdaigle aussi sont gentils en général, mais tellement intellectuels, sérieux ! J'aurais aimé être une Gryffondor moi, j'aime les aventures... Oh, mais je te retiens peut-être, tu allais sûrement quelque part ? Désolée, j'ai tendance à trop parler, et à poser trop de questions, c'est presque maladif. Mais je me soigne, enfin j'essaie... En tout cas, il ne faut pas hésiter à me couper si je t'ennuie."

Elle avait essayé de retenir un sourire pendant toute la tirade de la Serdaigle. Elle semblait avoir le même problème, toutes les deux, à beaucoup trop parler et à produire des avalanches de question pour leurs interlocuteurs, qui ne savaient la plupart du temps plus où donner de la tête.

"Non, ne t'en fait pas, je suis pire que toi d'habitude niveau parole. Et puis j'aime bien les questions,sourit-elle"

Elle prit une grande inspiration, avant de commencer à répondre aux questions.

"Jeremy et moi? Mais nous sommes de vieux amis! On se connaît depuis qu'on a huit ans, expliqua-t-elle plus sérieusement. On habite tous les deux à Sheffield, parce que nos parents travaillent à la cité Nimbus, et on s'est rencontré au club de Quidditch là-bas. On était toujours fourré ensemble, même si avant on était quatre...Jeremy est le seul qui soit venu à Poudlard, c'est pour ça qu'on est aussi proche l'un de l'autre."

Elle prit un air rêveur en se remémorant la première fois qu'elle et Jeremy s'étaient rencontrés. Elle était arrivée en avance au club pour avoir le terrain pour elle toute seule, afin de faire de la vitesse... Mais quelqu'un était déjà là, en train de foncer à toute allure autour du stade. Un gamin aux cheveux blonds et au regard fou, qui s'était arrêté net devant elle, avant de lui demander sans autre forme de procès.
"On fait la course?"
Ils avaient commencé ainsi leurs séances de Quidditch hebdomadaires pendant plusieurs semaines, avant de réellement commencer à discuter. Et le courant était immédiatement passé entre les deux enfants.

"Justement, je l'accompagnais à sa retenue, donc je ne vais nulle part, ne t'en fait pas. Et toi aussi, tu a l'air sympa, finit-elle avec un grand sourire."

Elle disait la vérité, Aby avait vraiment l'air sympa, avec son grand sourire et ses questions. Elle paraissait du genre à ne pas cacher ce qu'elle pensait, et, malgré le fait qu'elle soit une Serdaigle, elle paraissait prête à s'amuser.

"Et toi? Tu ne connassais personne avant d'arriver à Poudlard? C'était pas trop dur?"

Elle ne s'était jamais imaginée arriver à Poudlard sans connaître personne. Déjà, il y avait Irving, vers qui elle pouvait toujours se tourner si elle avait un problème. Et puis il y avait Jeremy, elle avait toujours su qu'ils entreraient en même temps en 1ère année.

[réponse au défi d'écriture Page 27: Les Justes - Albert Camus]
Abigail ScavoQuatrième annéeavatar
Messages : 178

Voir le profil de l'utilisateur
Aby approuva d'un signe de tête quand Gillian lui demanda si Linnet était dans son dortoir. Dormir dans la même pièce que son étrange camarade était probablement la chose la plus terrifiante qu'elle avait eu à faire depuis son entrée à Poudlard ! Heureusement qu'elle avait à peu près réussi à l'apprivoiser, cela lui évitait de faire un bond de trois mètres dès que Linnet faisait un mouvement brusque... La fillette esquissa un sourire entendu quand Gillian interrompit sa phrase, pour lui signifier qu'elle comprenait bien et qu'elle n'était pas offensée. Elle appréciait Linnet, mais pas au point de nier le fait que son comportement était parfois carrément effrayant, voire malsain.

Elle relança ensuite la conversation par un flot de paroles qui, pour son plus grand plaisir, n'effrayèrent pas son interlocutrice. A l'inverse, Gillian lui assura qu'elle était tout aussi bavarde qu'elle en temps normal, ce qui n'était pas pour déplaire à la Serdaigle.

"Parfait, j'adore les réponses", répondit Aby avec malice quand Gillian lui assura aimer les questions. Elle avait beau avoir cessé de prendre en note toutes ses découvertes et observations, Aby continuait de les conserver dans un coin de sa tête, si bien que du haut de ses onze ans elle était probablement l'une des personnes les plus informées de Poudlard... Heureusement qu'elle n'était pas trop attachée au règlement, sinon elle aurait de quoi dénoncer la moitié de Poudlard auprès du concierge pour actes interdits.

Abigail écouta avec attention le récit de sa camarade, éprouvant une légère pointe d'envie quand elle apprit que Gillian vivait à la cité Nimbus de Sheffield. Puisque sa mère était moldue, Aby avait toujours vécu à cheval entre deux mondes, s'était fait des amis moldus et avait grandi loin des quartiers sorciers. Elle nota l'air rêveur que prenait sa camarade à l'évocation de son ami Jeremy, et ne put s'empêcher de se demander s'il y avait anguille sous roche. Nul doute qu'à leur âge, ils ne devaient être qu'amis mais peut-être que Gillian était amoureuse de ce blondinet casse-cou ? Aby se promit d'être attentive aux éventuels signes indiquant une telle inclinaison, et remercia Gillian du regard quand elle lui affirma la trouver sympa. Gillian la questionna ensuite et ce fut au tour d'Aby de prendre l'air rêveur, alors que ses souvenirs de septembre l'envahissaient. Cela paraissait si loin, cette époque où elle avait découvert Poudlard !

"Non je ne connaissais personne à Poudlard, en arrivant ! J'ai été à l'école moldue, comme ma mère est une moldue, et du coup mes amis étaient tous moldus. Ils me manquent beaucoup ici, même si je peux revoir Elise et Roger aux vacances. Elise, c'est ma meilleure amie, elle est super même si on passe notre temps à se disputer ! Et Roger est un vrai casse-cou, d'ailleurs il me fait un peu penser à ton copain Jeremy... C'est vrai que c'était dur au début, et j'ai mis du temps à trouver mes marques. Mais bon je savais à quoi m'attendre grâce à mon père, qui est sorcier, j'ai tout fais pour m'intégrer à Poudlard. Je suis quand même vraiment contente d'être une sorcière."

Comment ne pas l'être ? Elle avait passé son enfance à ouvrir de grands yeux émerveillés devant les sortilèges que pouvait effectuer son père et sa tante, en priant tous les dieux de sa connaissance pour être dotée de ce don. Le jour où elle avait effectué sa première magie instinctive restait le plus beau de sa vie, même si elle s'était désartibulée et l'avait terminé par une visite à Sainte Mangouste et qu'elle s'était fait gronder de façon mémorable par ses parents pour s'être mise en danger.

"En tout cas, tu as de la chance d'avoir un vieil ami avec toi", commenta-t-elle. "Ça doit être super de vivre à la cité Nimbus, au milieu des sorciers, non ? Oh, d'ailleurs, tu dois être de la famille d'Irving de Gryffondor, j'imagine ! Il a l'air gentil !"

Aby n'avait jamais eu l'occasion de discuter avec Irving, et ces derniers temps on ne parlait de lui que pour mentionner son père, qui était mort de la Consumeuse. Une bien triste histoire, et Aby avait pris soin de dévorer les maigres articles de journaux qui mentionnaient cette terrible maladie... Peu désireuse d'attrister Gillian si cet homme était de sa famille, elle reprit :

"Tu es forte en Quidditch ? Tu crois que t'essaieras de rentrer dans l'équipe de Poufsouffle ?"


Gillian Forest-WhitakerTroisième annéeavatar
Messages : 416

Voir le profil de l'utilisateur
Gillian écouta la jeune fille avec intérêt. Elle ne savait pas comment elle s'en serait sortie si elle avait été seule à arriver à Poudlard, sans connaître personne. Oui, elle se serait sans doute trouvé des amis, mais... Comment savoir?
En l'observant parler des ses amis moldus, avec qui elle semblait si proche, le visage de Megan apparut directement dans les pensées de la fillette. Qu'est-ce qu'elle lui manquait parfois, sa petite Meg! Le plus dur, c'était de ne pas pouvoir lui dire la vérité. De toujours devoir mentir, encore et encore. Pour elle qui était particulièrement franche, c'était beaucoup plus difficile que pour Jeremy, ou même pour Eliott. Elle n'aimait pas mentir, surtout pas à Megan qui lui avait toujours tout confié. C'était comme si elle lui cachait une partie d'elle-même, et qu'elle ne saurait jamais si Megan aimerait la vraie Gillian. Celle qui volait sur un balai. Celle qui lançait des sorts. Celle qui concoctait des potions à partir d'objets qu'elle n'aurait jamais pensé voir avant. Celle qui passait la moitié de son année dans une école de magie et pas dans un chic pensionnat en Ecosse.

"Une de mes meilleures amies est moldue, donc je sais ce que tu veux dire."

Mais elle savait aussi qu'elle n'aurait jamais pu renier sa nature de sorcière. C'était une partie d'elle, comment aurait-elle pu ne pas vouloir aller à Poudlard?
C'est pourquoi la phrase d'Aby la fit sourire. Elles avaient vraiment beaucoup en commun. En effet, comment auraient-elles pu ne pas être contente d'être sorcière? De pouvoir faire de la magie? C'est le rêve de n'importe quel enfant!

"Ça doit être super de vivre à la cité Nimbus, au milieu des sorciers, non ? Oh, d'ailleurs, tu dois être de la famille d'Irving de Gryffondor, j'imagine ! Il a l'air gentil !"

Gillian sentit tout son sang se retirer de son visage. Parler de la cité Nimbus, là, maintenant, avec Aby, ce n'était pas possible. Oui, Aby était gentille, sympa et Gillian était sûre qu'avec le temps elles pourraient devenir très proches, mais là... Parler de la cité Nimbus, parler d'Irving, c'était parler de Pops, de sa mort.
Elle ne voulait pas.
Elle ne voulait pas y penser, elle ne voulait pas perdre le fragile équilibre qu'elle avait recommencé à construire après sa discussion avec Irving.
Et elle ne voulait pas, surtout pas de compassion.
Elle se força à répondre, d'un air qu'elle savait guindé.

"Irving est mon oncle. S'il te plaît, ne me demandes pas pourquoi, c'est beaucoup trop long, et c'est vraiment pas quelque chose dont j'ai envie de parler maintenant."

Elle regretta les mots qu'elle avait utilisé à la seconde où ils sortirent de sa bouche. Elle ne voulait pas être méchante, mais... Ce n'était pas possible. C'était dans la liste des sujets à ne pas aborder. Sous aucun prétexte.
Elle se mordit la lèvre, cherchant à rattraper ses paroles:

"Excuse-moi, je voulais pas être blessante, mais..."

Elle ne savait même pas comment s'excuser, ne savait pas trouver les mots. C'était un comble, pour une gamine qui d'habitude n'avait aucun problème à exprimer ses idées. Elle ne put qu'envoyer un regard désolé à la Serdaigle, soufflant juste un:

"Tu comprends?"

Bien sûr qu'elle comprenait. Aby était celle qui était toujours au courant de tout, et il fallait vraiment s'être enterré dans le lac Noir pendant les 3 derniers mois pour ne pas être au courant de l’existence de la Consumeuse. Et tout le monde savait que le père d'Irving en était mort. Ce n'était pas difficile pour elle de faire la connexion.
Heureusement, Aby changea de sujet, partant sur quelque chose de beaucoup moins problématique: le Quidditch. Elle sentit ses muscles se détendre imperciptiblement alors qu'elle recommençait à parler avec animation.

"J'ai grandi avec un balai, bien entendu que j'aime le Quidditch! J'en faisait à Sheffield, avec Jeremy. Et mon frère aussi, mais avec lui c'est pas drôle parce qu'il se plaint tout le temps..."

Elle ne comprenait vraiment pas son frère. Elle comprenait qu'il puisse ne pas aimer voler, mais il n'était vraiment pas obligé de le rappeler toutes les quinze secondes, non? Bon, elle l'avait peut-être légèrement obligé la dernière fois, mais... C'était pas une raison, si?

"Je vais essayer de rentrer dans l'équipe, mais bon... Il y a vraiment de bons joueurs, et je sais pas si je suis suffisamment forte pour y arriver. Et puis... j'ai légèrement tendance à ne pas pouvoir rester en place, donc j'ai un peu du mal avec la tactique, je joue principalement à l’instinct..."

Elle allait se lancer dans une grande discussion sur le bien ou le mal de cette question, avant de se rappeler que sa camarade n'était peut-être pas une fan de Quidditch comme elle, et que ça allait sans doute la barber plus qu'autre chose...

"Désolé, je ne sais pas si ça t'intéresse autant que moi... j'ai un peu tendance à m'enflammer, parfois, et à faire des monologues super longs sur des sujets qui n'intéressent que moi..."

Elle passa sa main dans ses cheveux, l'air gênée. Elle ne savait vraiment pas avoir une conversation normale, c'était pas possible!

"Tu voudrais pas tenter ta chance, toi?"

Abigail ScavoQuatrième annéeavatar
Messages : 178

Voir le profil de l'utilisateur
Abigail observa sa camarade avec curiosité quand elle lui apprit avoir une de ses meilleures amies qui était moldue. La Serdaigle se demanda comment Gillian avait réussi à rencontrer une moldue et à s'en faire une amie, tout en vivant dans le monde sorcier. Cela n'avait pas du être facile de nouer des liens avec quelqu'un qui ne connaissait qu'une partie de sa vie, cela signifiait mentir en permanence... Aby avait déjà du mal à entretenir ce mensonge avec ses amis alors qu'elle ne connaissait pas ses pouvoirs quand ils avaient noué connaissance, alors si en plus elle avait toujours été une sorcière... Pour l'instant, Aby était optimiste et espérait qu'ils seraient toujours amis à sa sortie de Poudlard, mais elle savait au fond d'elle que sept années à ne se voir qu'épisodiquement allait mettre à rude épreuve leurs relations. Mais, même si c'était triste, c'était la vie et Aby entendait bien se faire de nouveaux amis, comme Gillian. Enfin, si elle ne l'offensait pas dès leur première conversation, du moins...

Aby se mordilla la lèvre avec appréhension devant la réaction de Gillian, et s'insulta mentalement. Pourquoi fallait-il qu'elle parle toujours trop vite ? A force de causer de la peine aux gens, elle finirait bien un jour par apprendre à tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler... Evidemment, Irving était de son oncle, ce qui signifiait que Gillian aussi venait de perdre un membre de sa famille, et elle n'avait pas besoin que quelqu'un le lui rappelle.

"Bien sûr que je comprends, désolée", répondit-elle d'une petite voix qu'on ne lui connaissait guère d'habitude.

Sans s'attarder sur le sujet, Aby réorienta la discussion sur un terrain plus neutre, le Quidditch. Heureusement, il n'en fallut pas plus pour que Gillian retrouve son entrain et se mette à parler avec animation. Aby se détendit légèrement et lui répondit :

"Oh, non, le Quidditch m'intéresse ! Mais je ne me vois pas dans une équipe, non. J'aime bien voler comme ça, pour le plaisir, mais je ne crois pas que j'ai le talent d'une vraie joueuse... Par contre je me vois bien présidente du club des supporters de Serdaigle !"

Elle laissa échapper un rire à cette idée, s'imaginant sans mal voler la vedette de Swann Twilfit et des supporters de Serpentard. Depuis que la préfète-en-chef s'occupait de soutenir l'équipe des vert et argent, les autres maisons essayaient de se mettre à son niveau et l'ambiance dans les tribunes était plus animée de match en match. A part les Gryffondor qui préféraient afficher leurs joueurs en petite tenue, les supporters rivalisaient d'ingéniosité et c'était un délice pour les yeux.

"Cela agacerait Andrew, en plus", ajouta-t-elle en riant. "Oh, en parlant de lui, tu le connais ? Il est chez les Gryffondor et il adore le Quidditch lui aussi. Son père c'est Olivier Dubois, de Flaquemare... Il faut que je te le présente, il est super sympa, et drôle !"

Aby allait continuer dans son éloge d'Andrew quand elle réalisa qu'elle était peut-être un peu trop enthousiaste, et que cela ne devait pas vraiment intéresser Gillian, si elle ne le connaissait pas.

"Enfin bref, j'espère que tu seras prise en tout cas. Je suis sure que tu as tes chances même si tu joues à l'instinct, la tactique ça s'apprend, après tout ! Tu as un poste de préférence ?"

Détaillant la jeune fille du regard, Aby décida qu'elle ferait une bonne attrapeuse. C'était un poste où elle pourrait se permettre de jouer à l'instinct, d'ailleurs... Aby pensa aux paroles précédentes de Gillian et la questionna à nouveau.

"Alors comme ça, tu as un frère ? Il est plus grand ou plus petit que toi ? Vous vous entendez bien ?"

Gillian Forest-WhitakerTroisième annéeavatar
Messages : 416

Voir le profil de l'utilisateur


Dernière édition par Gillian Forest-Whitaker le Lun 29 Avr 2013 - 20:27, édité 2 fois
Heureusement, Aby comprit très bien. Gillian n'avait vraiment aucune envie de se rappeller que sa maison serait toujours différente lorsqu'elle rentrerait, parce que Mams serait toute seule, toute seule dans la grande maison avec Irving, et que Pops ne sortirai plus jamais avec son grand sourire pour les regarder courir dans les rues...
Le Quidditch, c'était quand même beaucoup moins polémique comme sujet de conversation.
Présidente du club des supporters, rien que ça?
Remarque, ça pouvait être intéressant.
Depuis que Swann Twilift, chez Serpentard, avait commencé à s'occuper des supporters, toutes les maisons rivalisaient d'ingéniosité pour avoir les meilleurs et les plus originaux des supporters.
Et parfois... ils étaient plus ridicules qu'autre chose.
Avec Jeremy, ils riaient souvent aux éclats en regardant les élèves les plus âgés, affublés des couleurs de leurs maisons de la manière la plus visible et la plus tapageuse possible.
Elle, elle se contentait d'une large écharpe aux couleurs de Poufsouffle, et de dessins sur ses joues. Pas que cela la gênerait de se donner en spectacle, mais c'était beaucoup plus amusant d'habiller Jeremy entièrement en Jaune, de faire des mèches noires dans ses cheveux blonds, et de demander à un des élèves plus âgés de métamorphoser son écharpe en blaireau empaillé. Il avait vraiment la classe, habillé comme ça!
Elle rejoint le rire d'Aby, mais ajouta néanmoins:

"Désolé, je ne te soutiens pas sur ce coup-là! Je pense que je me ferai tuer par Jeremy s'il apprenait que j'ai encouragé une élève d'une autre maison à créer un club de supporters. Mais, soit dit entre nous, je pense que ça doit être vraiment drôle parfois d'organiser tout ça... Surtout quand on voit comment certains sont habillés..."

Et à l'entendre, il semblait que Jeremy ne serait pas le seul que cela dérangerait. A l'évocation d'Andrew, elle mit quelques secondes à comprendre de qui elle parlait.

"Un petit brun, à Gryffondor? Oui, je vois qui c'est. On ne s'est jamais tellement parlé, mais il a l'air sympa! Et puis c'est normal que je connaisse Dubois, je te signale que j'ai grandi dans une cité où on fabrique des balais! Il est doué, mais personnellement, je préfère les Harpies. Même si leur nouvelle poursuiveuse est moins bonne que Ginny Weasley, elles sont toujours bien classées en championnat. C'est Jeremy qui soutient Flaquemarre, pas moi!"

Ce qui donnait toujours lieu à des discussions sans fin. La plupart du temps, leurs camarades abandonnaient la partie, mais elle pouvait rester à parler pendant des heures avec Jeremy pour le convaincre du bien fondé de sa pensée. Mais aucun des deux ne lâchaient prises, et finalement ces discussions se finissaient par un non-lieu, vu que les deux parties abandonnaient.

"J'ai jouée en poursuiveuse pendant assez longtemps, jusqu'à ce que le coach de mon club décrète que ça ne pouvais plus durer, et m'a collé au poste d'attrapeur. C'est pas mal, mais... je préfère marquer des buts!"

Franchement, chercher une petite balle pendant toute la durée du match, on avait vu plus amusant comme jeu... En plus, c'était encore pire, car du fait de son hyperactivité, elle avait énormément de mal à rester concentrée sur quelque chose qu'elle ne voyait pas. Et comme il fallait chercher la balle, elle avait souvent tendance à penser à tout autre chose...

"Alors comme ça, tu as un frère ? Il est plus grand ou plus petit que toi ? Vous vous entendez bien ?"

Aby devait être fille unique. C'était la seule explication possible.

"J'ai un frère et une soeur. Cairàn a neuf ans et Penny cinq. On s'entend... ça dépend vraiment des moments, au fait. Penny est encore un peu un bébé, donc c'est pas la même chose. Après, Cairàn et moi, on a pas grand chose en commun, donc... C'est pas qu'on s'entend pas, plutôt qu'on ne partage pas grand chose."

Cairàn restait un mystère pour elle. Elle comprenait qu'ils ne puissent pas aimer les même choses, mais le fait qu'il puisse passer en quelques secondes du calme le plus total au gamin râleur dès qu'elle lui proposait quelque chose était quelque chose de profondément étrange.

"Tu es fille unique, non?
Abigail ScavoQuatrième annéeavatar
Messages : 178

Voir le profil de l'utilisateur
"C'est clair !", approuva Aby en riant à l'évocation des costumes étranges que revêtaient certains supporters. Les vêtements étaient souvent extravagants, un peu trop peut-être. Mais c'était cela qu'elle aimait, l'exubérance des matchs de Quidditch, l'ambiance survoltée dans les tribunes, les couleurs et les cris, les pancartes et les paris. L'ambiance, plus que le jeu en elle-même, peut-être... La Serdaigle avait hâte de grandir pour que son père accepte de l'emmener voir des matchs de son équipe préférée, les Pies de Montrose. Par la réponse de Gillian, Aby appris justement que sa camarade supportait une toute autre équipe, celle des Harpies. Elle appris ainsi que Jeremy, à l'instar d'Andrew, était un supporter de Flaquemare...

"Les Harpies sont douées, c'est vrai !", approuva-t-elle avant de nuancer : "Mais je préfère les Pies de Montrose. Une équipe de battants, sans concessions ! J'espère qu'elles vont vaincre Flaquemare pour leur prochain match... Bon, c'est surtout pour pouvoir embêter Andrew, en fait !"

Gillian lui expliqua ensuite qu'elle avait joué en tant que poursuiveuse avant que son entraîneur ne la mette au poste de poursuiveuse. Aby écouta avec attention, des étoiles dans les yeux, tandis qu'elle s'imaginait la vie dans un club de Quidditch. Cela avait du être particulièrement amusant, bien qu'un peu frustrant parfois, si elle ne jouait pas à son poste de prédilection ! Aby, elle, n'avait jamais pratiqué d'un sport collectif avant son entrée à Poudlard. Elle avait trouvé le club de rugby très amusant, mais c'était parfois un peu difficile car elle savait bien que son niveau était ridicule comparé à celui des grands de septième année bis. Elle n'était qu'une brindille de onze ans, après tout...

Alors qu'Aby l'interrogeait sur son frère, Gillian commença à lui parler de sa famille. A nouveau, les yeux de la petite Serdaigle se mirent à luire d'envie, alors qu'elle réalisait que sa camarade avait non pas un, mais deux enfants avec qui jouer dans sa famille ! Mais Gillian ne semblait pas complètement partager son enthousiasme, entre une soeur qui était encore un peu un bébé et un frère avec qui elle n'avait pas grand chose en commun. Aby tenta un instant d'imaginer ce que serait sa vie avec un petit frère et une petite soeur. Elle pourrait s'amuser avec eux, faire des jeux, ne pas autant s'ennuyer, comme avec ses cousins ! Aby adorait passer du temps avec ses cousins, pendant les vacances. Elle menait leur petite bande par la baguette, du moins quand ils la laissaient faire... Mais ils étaient parfois embêtants, aussi, ses cousins, surtout les plus jeunes. Quand ils étaient trop dans ses pattes, quand ils faisaient des caprices ou pleurnichaient pour un petit bobo de rien du tout... Oui, elle pouvait comprendre pourquoi avoir une fratrie pouvait se montrer moins idyllique que dans son imagination.

"Oui, je suis fille unique", confirma-t-elle en dardant sur Gillian un regard surpris. "Ca se voit tant que ça ?"

Concluant ses paroles par un petit rire, elle haussa les épaules avec fatalité et ajouta :

"C'est vrai que j'ai souvent rêvé à un grand frère, qui pourrait passer du temps avec moi, m'apprendre plein de trucs chouettes... Etre fille unique, c'est un peu embêtant, parfois, quand mes parents travaillent ou reçoivent du monde et que je suis toute seule. Je n'aime pas être toute seule !"

C'était sans doute l'une des choses qui lui faisait le plus peur, la solitude, la peur du vide et de l'ennui. Elle passait son temps à chercher des moyens de remplir ses journées et ne ratait jamais une occasion de rencontrer du monde.

"Mais j'aime aussi avoir toute l'attention de mes parents, c'est agréable d'être chouchoutée", avoua-t-elle avec un clin d'oeil. "Et puis j'ai aussi des cousins pour me tenir compagnie ! En tout cas, plus tard, je veux une grande famille, avec plein d'enfants. Enfin...Pas trop quand même, puisque je veux avoir du temps pour un métier cool ! Tu sais ce que tu veux faire, toi, quand tu seras grande ?"
Gillian Forest-WhitakerTroisième annéeavatar
Messages : 416

Voir le profil de l'utilisateur
" Tu supportes les Pies?"

Elle eut une moue songeuse. Ils étaient plutôt bons comme joueurs, ils étaient toujours bien classés, et ils avaient une manière de jouer, comme disait Aby, de battants.

"Oui, ça se discute... Mais je reste avec les Harpies! Weasley était une joueuse extraordinaire, et leur attrapeuse est vraiment douée... J'avais été voir un de leurs matchs avec mon père, c'était vraiment impressionnant!"

Ils étaient partis tôt le matin, pour se rendre jusqu'à Holyhead, au pays de Galles. Passé les heures d'attentes pour accéder au stade, ils avaient enfin assisté au match. Ils avaient eut de la chance, ils avaient eut d’excellentes places, et son père avait vraiment gâté sa petite fille durant toute la journée. C'était la première fois qu'elle allait à un match de cette envergure, il lui devait bien cela.
Et le match en lui-même... C'était un des derniers matchs de Gwenog Jones avant sa retraite, et un des premiers de Ginny Weasley...
Jamais la gamine n'avait vu quelque chose de pareil. Elles volaient en harmonie, parfois brutale et violente, mais sans jamais perdre leur esprit d'équipe et leur but ultime: vaincre.
Elle s'était littéralement cassée la voix à force de crier, et elle avait dansé comme une folle lorsque le Vif avait enfin été attrapé.
550 à 350.
Elles avaient gagné.

C'était vraiment un de ses meilleurs souvenirs de Quidditch. Et c'était le jour où elle avait compris qu'il lui faudrait bien du temps pour espérer atteindre le même niveau.

Lorsqu'elle commença à parler de Cairàn et de Penny, elle put voir l'air d'envie qui s'était installé sur le visage de la petite Serdaigle. Il n'y avait que les enfants qui n'en avaient jamais eut qui avaient cette réaction, qui demandait si il y avait des frères et sœurs à la maison.
Même si elle ne s'imaginait absolument pas enfant unique, sans personne d'autre à la maison que ses parents, elle ne comprenait pas ce qu'il y avait d’enthousiasmant dans l'idée d'avoir des frères et sœur.
Ça râle, ça pleure, ça se plaint, ça tape et ensuite ça ose aller se plaindre quand on finit par en avoir mal et qu'on le tape plus fort. Le rêve...
La petite phrase d'Aby, demandant si c'était aussi évident que ça, lui arracha un sourire contrit:

"On va dire que c'est seulement les enfants uniques qui pensent qu'avoir des petits frères et sœurs, c'est vraiment génial... Je veux dire, je peux pas imaginer ma vie sans Cairàn ou Penny, mais parfois j'aimerai bien qu'ils ne soient pas là... C'est pour ça que j'aime bien Poudlard aussi!"

Mais Aby avait raison, d'une certaine manière. Elle n'avait jamais souffert de la solitude. Elle avait toujours eut quelqu'un avec elle, durant les dîners et les vacances où elle se serait sans doute ennuyée autrement.
Même si Cairàn était barbant quand il s'y mettait. Même si Penny faisait parfois un peu "bébé".
Et puis dans les dîners de famille, il y avait Eliott avec qui elle rigolait bien, et Irving avec qui elle échangeait des piques et des vannes à tout bout de champ, même si elle savait bien que le jeune homme la prenait pour une gamine.

" A la maison c'est Penny qui est chouchoutée, pas moi, fit-elle en rigolant. Le seul moment où on peut dire que je suis chouchoutée c'est quand on s'arrête à la boulangerie de Papa et qu'il nous laisse une corbeille avec plein de gâteaux... Ça, c'est génial!"

Les empilements de viennoiseries et de scones, le tout dégusté dehors avec ses amis, il n'y avait que ça de vrai. Surtout que Jeremy finissait toujours avec le visage barbouillé de chocolat et de sucre, ce qui déclenchait toujours des fous rires chez ses amis.
La question d'Aby la prit un peu de court. Elle avait douze ans! Comment pouvait-elle savoir ce qu'elle ferait plus tard?
Elle savait ce qu'elle ne voulais pas faire, c'était déjà un début. Mais quitte à choisir un métier...

" Non, pas vraiment... Mon gros problème, c'est que je suis littéralement incapable de rester sans rien faire, ou simplement de rester assisse lorsque le sujet ne m'intéresse pas. J'aimerai bien faire de l'exploration, ou peut-être de l'archéologie..."

Elle secoua ses boucles brunes, un peu gênée.

"Et puis on a encore le temps, de toute manière! Et toi?"

Elle étudia sa camarade du regard, cherchant quel métier pourrait le mieux correspondre à sa camarade. Elle était probablement intelligente, ouverte, joyeuse, et était au courant de tout ce qui se passait dans l'école.

"Je te verrai bien en journaliste, je sais pas pourquoi... Tu as la tête pour l'emploi, sans doute!"

Soudain, le lourd son d'une horloge raisonna à l'horizon. La fillette tourna la têt, fronça les sourcils, jeta un coup d’œil à sa montre avant d'écarquiller les yeux, l'air complètement paniqué.

"Zut, j'avais promis à Kathrina de la rejoindre à la bibliothèque, euh... Maintenant, au fait!"

Laquelle bibliothèque se trouvait évidement de l'autre côté de l'école, et elle n'avait bien entendu pas l'autorisation de courir dans les couloirs. Elle était mal partie.
Elle jeta un coup d’œil à Aby, profondément désolée. Avec la retenue de Jeremy et leur discussion, la rencontre avec Kathrina lui était littéralement sortie de l'esprit. Et sa camarade allait profondément la détester si elle ne la rejoignait pas. Cela faisait deux fois qu'elle repoussait leur rencontre, et la date d'échéance pour leur travail en Potions approchait à grands pas. Et elle n'était pas tout à fait sûre que le professeur Adamson soit très tolérante à l'encontre des retardataires pour un travail donné près d'un mois à l'avance.
Elle offrit un sourire désolée à la jeune Serdaigle.

"Je suis vraiment, vraiment désolée Aby, mais... c'est vraiment important et ça fait deux fois qu'on repousse, donc il faut vraiment que j'y aille... On se voit plus tard, peut-être?"

Elle l'espérait vraiment, tandis qu'elle s'éloignait en courant (au diable les règles!). Aby était vraiment quelqu'un d'adorable, de joyeux et d'ouvert.
C'était vraiment le genre de personne que Gillian appréciait énormément, et par le peu qu'elles avaient échangé elles semblaient avoir énormément en commun.
Elle eut un léger sourire en continuant de courir, se rapprochant à chaque pas de la bibliothèque. Elle avait vraiment de la chance qu'Aby soit venue lui parler.

"Dis donc, je ne sais pas ce que tu as fait, mais tu as l'air contente! lâcha la jeune Keller en voyant le visage radieux de son amie.
"J'ai rencontré quelqu'un." lâcha simplement la brunette avant de prendre sa place à côté de sa condisciple pour commencer à travailler.

Terminé pour Gil



Abigail ScavoQuatrième annéeavatar
Messages : 178

Voir le profil de l'utilisateur
L'être humain est un éternel insatisfait, songea Abigail alors que Gillian lui expliquait que seuls les enfants uniques s'imaginent que d'avoir des frères et soeurs est génial. Gillian prêchait une convaincue, Aby se doutait bien qu'elle serait la première à râler si un autre enfant venait à quémander l'attention familiale et à venir l’asticoter. Il n'empêche qu'elle garderait probablement toujours cette envie de connaître ce que cela faisait, d'avoir un grand frère. Ce n'était pas anodin, si elle ne pouvait s'empêcher d'adresser de grands sourires à Sean Fitcher et de discuter avec Jeremy Baker de chaque fois qu'elle les croisaient... En attendant, il avait suffit que son interlocutrice évoque une boulangerie pour que l'envie fraternelle d'Aby soit remplacée par une envie culinaire. La fillette entendit son estomac gronder, et elle répondit :

"J'imagine ! Ça doit être super, d'avoir un père boulanger !"

La conversation dériva justement sur les métiers et Aby questionna Gillian sur ses ambitions futures. Drôle d'interrogation, venant de la part d'une gamine qui commençait tout juste son éducation magique, mais Aby avait toujours été ambitieuse... Enfin, pas vraiment ambitieuse, mais pleine d'idées et d'envies pour son avenir. Elle avait beau apprécier sa vie actuelle, Aby avait hâte de grandir et de découvrir les joies de l'adolescence, puis du monde adulte... Même si cette impatience toute enfantine s'était quelque peu atténuée avec ce qui était arrivé à Sean. Aby avait finit par comprendre que grandir n'avait pas que ses avantages. Certes, il y avait un nombre infini de possibilités qui s'offraient aux adultes. On ne leur interdisait pas grand chose, comparé au monde protégé et confiné des enfants, et on ne dirigeait pas leur vie. Ils étaient libres de devenir ce qu'ils avaient envie d'être, et n'étaient au fond bridés que par leur propre manque d'imagination ou de capacités. Mais avec ça venaient aussi de plus grandes responsabilités et surtout beaucoup de soucis. Des soucis qu'on n'avait pas, à onze ans... Alors, au fond, ce n'était pas si mal de rêver à "plus tard". Plus tard viendrait bien assez tôt, de toute façon.

Tout comme Aby, Gillian ne semblait pas avoir d'idée précise pour sa carrière futur, mais elle savait malgré tout quel type de métier l'attirerait plus.

"Oh, oui ! C'est vrai que cela doit être intéressant, l'archéologie", commenta-t-elle avec des étoiles dans les yeux. "Moi ? Je ne sais pas vraiment non plus. J'ai plein d'idées, en fait, et moi non plus je ne me vois assise derrière un bureau à longueur de journée..."

Alors qu'Aby faisait l'inventaire des potentielles carrières qui pourraient l'intéresser, elle se demanda une fois de plus ce qu'elle faisait à Serdaigle. Cela n'avait rien de très intellectuel, tout cela. Mais sa créativité et sa curiosité avaient du faire pencher la balance en faveur de la maison de Rowena... La fillette tiqua de façon imperceptible quand Gillian estima qu'elle la verrait bien journaliste, et s'efforça d'accrocher un sourire à ses lèvres. Journaliste, le métier qui la tentait tant auparavant, avant... Elle pouvait encore l'être, une journaliste sérieuse et rigoureuse comme son père, et non une journaliste people comme sa mère. Elle ne pouvait plus l'imaginer, maintenant qu'elle avait compris que ce type de journaux, qui colportaient rumeurs et ragots, pouvait réellement faire du mal aux gens. Mais être journaliste comme son père, cela avait parfois l'air si...sérieux. Ennuyeux. Et s'il y avait bien une chose qu'Aby ne tolérait pas, c'était l'ennui...

"Mes deux parents sont journalistes, alors j'imagine que c'est dans mes gênes !"

Au son de l'horloge, Aby vit Gillian observer sa montre, l'air paniquée. Elle lui indiqua devoir retrouver Katherine.

"Pas de soucis, t'inquiète pas ! On se croisera une autre fois !", dit Aby en haussant les épaules avec bonne humeur. "A bientôt !"

Aby répondit à son sourire et resta immobiles quelques instants, à observer Gillian qui s'éloignait. Une vague d'optimisme envahit la fillette, alors qu'elle regagnait sa salle commune. Comme elle avait eu raison d'écouter son instinct et d'aller lui parler ! Elle avait hâte de la croiser à nouveau. Il fallait bien le reconnaître, Gillian était tout de même de meilleure compagnie que Linnet...

RP Terminé
Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Nouvelles amies ? [Gillian & Aby]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Des nouvelles de Fuveau !
» Nouvelles d'Haiti; ce que les journalistes ne disent pas !
» Haiti : Michel Frost craint de nouvelles émeutes de la Faim
» mes amies les bêtes [Yaoï ~ Hentaï]
» [Campagne] Nouvelles règles de campagne ''maison''

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Poudlard :: Etages et couloirs, :: Couloirs,-