AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 There's truth in your lies [Maïa et Aaron]

Aaron FinniganPersonnage décédéavatar
Messages : 476

Voir le profil de l'utilisateur
Samedi 26 mai 2007, banlieue de Londres

Cela faisait cinq jours qu'Aaron tournait en rond, rageant d'être coincé à Poudlard alors qu'il n'avait qu'une envie, transplaner à Londres et demander des explications à Maïa. Parce qu'il n'arrivait pas à y croire, il ne comprenait pas. Darren était venu le trouver le lundi précédent, s'insurgeant à grands mots contre les moldus et un certain Shawn, jeune Serpentard de son état. Comme le grand O'Connor n'y allait pas de main morte avec ses accusations lyriques, comme à son habitude, Aaron n'avait pas compris tout de suite ce qui le mettait dans cet état, et encore moins ce que tout ça avait à voir avec lui. Jusqu'à ce que Darren s'énerve de son incompréhension (assez rapidement, donc), et finisse de manière aussi directe que brutale par lui asséner la triste vérité. Il avait remarqué un "morveux de deuxième année" qui le fixait "tout le temps d'un regard torve" et avait donc mené l'enquête.

"Parce que cette histoire d'empoisonnement était louche, si tu veux mon avis, et que le grand Darren O'Connor paie toujours ses dettes!"

Aaron s'était demandé de quelles dettes Darren pouvait bien parler, à part celle de lui avoir activé son cerveau, ce qui était certes non négligeable mais difficilement remboursable. Quoiqu'il en soit, la loyauté toute Poufsouffle de Darren, alliée à sa discrétion et son tact Gryffondorien l'avaient conduit sur la piste de ce Shawn, qui confectionnait un philtre d'amour - raté, mais comment Darren pouvait-il le savoir, Aaron se le demandait - contenant l'un des cheveux d'Aaron - là aussi, il s'était demandé d'où il tenait ce détail.

"Tu penses bien que je l'ai interrogé!" s'était exclamé le Serpentard. "Il n'était pas net, même si ça n'avait rien à voir avec toi, je devais en savoir plus!"

Encore une fois, le Serdaigle était resté perplexe devant une telle affirmation. Sûr que Darren aurait voulu profiter des compétences de potioniste dudit Shawn pour son compte personnel. A moins qu'il change vraiment et ait décidé, après son conseil de discipline, d'abandonner le côté obscur de la force et tente de recevoir une médaille pour service rendu à l'école. Darren était tout à fait capable de façonner sa propre gloire, trop effrayé qu'on ne se souvienne de lui comme du "capitaine déchu des Serpentard". Ca manquait beaucoup de panache, et Darren a-do-rait le panaché. Bref, "l'interrogatoire" de Shawn avait appris à Darren que le gamin utilisait un cheveu d'Aaron et de sa cousine, et que ladite cousine s'appelait Maïa. A ce moment là, Aaron avait perdu toutes véléités de moqueries à l'encontre de Darren.

Parce qu'il ne comprenait pas. Maïa était forcément sa Maïa, et personne d'autres. Il le savait, il avait vérifié, le mardi, et personne ne s'appelait Maïa à Poudlard - du moins personne qui reconnaisse Shawn comme son cousin. Donc, Shawn - qui ne s'appelait d'ailleurs pas Rottledge - était le cousin de sa meilleure amie, était à Poudlard et il n'en savait rien. Comment était-ce possible? Bien sûr, avant, c'était parfaitement logique. Maïa ne pouvait pas savoir que lui et Shawn étaient sorciers et fréquentaient le même établissement. Lui-même n'avait jamais remarqué le jeune Serpentard avant que Darren ne le lui montre, ni à l'école, ni dans l'entourage de sa meilleure amie. Mais depuis que Maïa était venue et savait en février, elle avait forcément noté la présence de Shawn. Il était tellement facile pour un moldu de reconnaître un sorcier, une fois qu'il connaissait leur existence! Et Shawn n'avait vraiment rien de discret. C'était un garçon bizarre, isolé, à la limite de l'autisme. Obsessionnel, lui avait apprit le réseau des commères qu'il avait appris à utiliser en sortant avec Swann. Bien sûr, il ne pouvait désormais plus se fournir à la source, mais Natasha en savait autant que sa meilleure amie.

Et ce garçon obsessionnel avait reconnu avoir donné des potions (ratées, et donc dangereuses) à Aaron toute l'année. Il fabriquait un philtre d'amour, avec les cheveux de Maïa et lui. Le détail qui avait interpellé Aaron était que Maïa lui avait donné ces cheveux. Volontairement. Ca n'avait pas arrêté Darren qui ne savait pas que la jeune moldue connaissait le Secret Magique. Aaron n'en avait parlé qu'à Swann, qui avait tenu sa langue pour une raison obscure, et avait laissé Darren en dehors de ça, le jugeant trop peu discret. Darren était donc alarmé par Shawn, et ne comprenait pas qu'Aaron ne se focalise pas dessus. Mais le Serdaigle avait eu tout autre chose pour lui occuper l'esprit. Lui, comprenait ce que ce don de cheveux signifiait. Maïa savait que Shawn était son cousin, ne lui avait rien dit, et acceptait qu'il fabrique un philtre d'amour pour eux. C'était... c'était de la trahison. Il ne voyait pas d'autre mot. Il avait l'espoir de s'expliquer avec elle. Peut-être qu'elle ne savait vraiment pas, ou qu'elle savait mais n'avait aucune idée de l'utilité des cheveux en potions? Peut-être que Shawn avait menti, qu'elle ne savait pas qu'il lui en avait pris?

Aaron avait retourné le problème sous toutes les coutures, avait tenté d'écrire à Maïa sans succès. Il ne voulait pas une autre lettre mensongère, où elle prétendait ne rien savoir du monde magique. Bien sûr, il s'était déjà dit qu'elle en savait beaucoup pour une moldue, mais ce savoir prenait maintenant tout son sens. Shawn devait lui apprendre. Il n'y croyait pas. Il ne voulait pas y croire. Alors il avait rongé son frein. Il avait cru que la semaine lui permettrait de prendre du recul, mais le matin du samedi 26 mai, il s'était levé, fébrile, après une nuit agitée. Il allait avoir des réponses aujourd'hui, et il n'allait pas attendre longtemps. Le jeune homme s'était précipité dès l'ouverture des grilles vers Pré-au-Lard. Un transplanage plus tard, il atterrissait dans son jardin. Seul le chien sursauta et glapit à son arrivée, ce qui était une chance car n'importe qui aurait pu être là en cette journée ensoleillée. Mais il n'était que dix heures.

Aaron contourna la maison et sonna. Ce fut la mère de Maïa qui lui ouvrit.

"Aaron, quelle bonne surprise! Je te croyais encore dans ton internat!"
"Bonjour Louisa! Non, je suis rentré pour le week-end, les élèves de dernière année ont le droit de rentrer un peu avant les examens. Maïa est là?"
"Oui bien sûr, elle est dans sa chambre. Maïa!" dit-elle plus fort en s'effaçant pour laisser rentrer Aaron "Aaron est là! Je ne te montre pas, tu connais le chemin!"

Aaron monta à l'étage, se retenant de ne pas courir. Il frappa pour la forme et ouvrit brusquement la porte, le visage fermé. Puis, avant même de parler, il la referma, sortit sa baguette et jeta un sortilège de silence sur la pièce. Cette pièce qu'il connaissait si bien, avec cette fille qu'il croyait connaître si bien aussi... Il lui fallu un moment pour la regarder dans les yeux, et son regard tomba sur un livre qu'il connaissait très bien. L'histoire de Poudlard, trônait sur le sol, mal disismulé par le lit. Aaron, qui avait encore l'espoir de s'être fait des idées, sentit ses dernières barrières craquer. Il n'était pas paranoïaque. Lui ne lui avait jamais envoyé ce livre.

"Pourquoi tu m'as caché que tu avais un cousin à Poudlard? Pourquoi tu m'as menti?"

Dans sa vie, tout semblait être une succession de mensonges, de demi-vérités et de dissimulation. Même lorsqu'il croyait que toutes les barrières étaient tombées, il s'en dressait d'autres.


Sing me a song of a lad that is gone
Say, could that lad be I?
Merry of soul he sailed on a day
Over the sea to Skye
Billow and breeze, islands and seas
Mountains of rain and sun
All that was good, all that was fair
All that was me is gone

MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1131

Voir le profil de l'utilisateur

Maïa Fowledge, la "meilleure amie"

Une semaine auparavant

"C'est bizarre, tu ne trouves pas?"
"De quoi tu parles, Maman?"

Louisa s'était arrêtée au milieu de son grand ménage du jardin, appuyée sur son râteau, le regard fixé sur le ciel. Maïa se leva, abandonnant sa chaise longue et son livre sous l'ombre du parasol pour aller rejoindre sa mère. Sa mère n'était vraiment pas du genre à trouver quoi que ce soit étrange, habituellement, elle était plutôt du genre à trouver que tout était toujours normal et à ne jamais tellement poser de questions. Alors entendre de sa bouche que quelque chose était bizarre était plutôt une surprise.

"Les rapaces ne sortent pas de jour habituellement, non?"

La jeune fille fronça les sourcils, montant son regard sur le ciel, avant de sentir son cœur rater un battement en aperçevant l'oiseau noir qui faisait des grands cercles dans le ciel clair de ce milieu de mois de mai. Elle attendait toujours ses lettres avec impatience, les dévorant pour en découvrir plus à propos de ce monde qui l'effrayait, pour avoir des nouvelles d'Aaron... C'était le seul moyen qu'elle avait qui la faisait se sentir plus proche de lui.

"C'est... sans doute un gros oiseau, non? Un corbeau, ou quelque chose du genre?"
"Oui... Tu as sans doute raison."

Elle avait un air dubitatif sur le visage, mais elle n'insista pas plus. Une explication, c'était tout ce dont elle avait besoin pour retourner à sa vie calme et remplie de fleurs et d'arbres dont elle devait s'occuper. Et sur le moment, Maïa n'en aima sa mère que plus. Elle attrapa juste sa veste qui traînait sur la table, lui lançant qu'elle allait chez Mike avant de s'enfuir vers le petit parc pas très loin de chez elle. Recevoir des hiboux chez elle n'était pas vraiment la chose dont elle avait besoin, elle avait déjà suffisamment de mal à cacher à sa mère tous les objets et éléments du monde magique que Shawn lui envoyait.
Mais, en renvoyant l'oiseau dans les airs après avoir récupéré sa lettre et une large griffure sur le bras droit, elle se prit à sourire comme une idiote. Aaron comprendrait que sa place ne pouvait, n'était pas et ne serait jamais dans le monde magique. Sa place était ici, avec ses amis, avec elle.

26 mai 2007

Maïa était totalement affalée dans son lit, ses cahiers de cours ouverts tout autour d'elle, plongée dans un exercice de mathématiques. Elle considéra quelques secondes l'option d'aller demander de l'aide à Mike, mais pour cela il fallait se lever, traverser quatres rues, subir l'avalanche de questions de la part de Mme Bishop et ce n'était vraiment pas quelque chose qu'elle adorait. Mme Bishop était très gentille, là n'était pas le problème, mais elle avait un peu passé l'âge de raconter sa journée à la mère de son meilleur ami autour d'un plat de cookies. Ils avaient tous grandis, et c'était parfois un peu compliqué à faire comprendre à leurs parents qui semblaient espérer qu'ils restent des enfants pour toujours.
Elle soupira un bon coup avant de refermer d'un coup sec son livre de maths, pour rouvrir le livre qu'elle lisait et relisait depuis que Shawn lui avait envoyé. Elle avait beau tourner et retourner toutes ses pages, elle sentait bien que cela restait pour elle quelque chose de totalement inaccessible, qu'elle n'aurait jamais du découvrir, et si quiconque l'apprenait... Elle était vraiment, vraiment dans le pétrin.
Elle était tombée directement sur la page de 1692, qui lui rappelait avec insolence que le Code International du Secret Magique existait.
Mais elle ne voulait pas le briser. Elle voulait juste tirer son meilleur ami hors de là, le faire revenir dans ce monde qu'il n'aurait jamais du quitter.

Tout d'un coup, elle entendit la porte d'entrée sonner, et elle fronça les sourcils. Qui pourrait vouloir venir les voir à cette heure-ci? Elle envoya le livre au sol, le cachant d'un coup de pied sous son lit, avant de s'extirper de la montagne de coussins qui l'entourait pour aller voir ce qui se passait.
Avant même d'avoir atteint sa porte, elle entendit sa mère lui crier qu'Aaron était là, et un instant plus tard, le visage de son meilleur ami apparaissait devant ses yeux. Elle refusait de penser à pourquoi il se trouvait là, un week-end, alors que les élève de Poudlard était supposé y rester. Était-il venu pour elle?
Elle ne put empêcher un grand sourire de s'établir sur ses lèvres:

"Aaron? Qu'est-ce que tu fais ici? Tu n'es pas censé être à l'école?"

Mais il l'ignora totalement, sortant sa baguette magique, marmonnant quelque chose qu'elle ne comprit pas. Aaron... Que lui arrivait-il? Il semblait froid, presque haineux alors qu'il posait son regard sur elle. Où était son meilleur ami? Où était le garçon... le garçon qu'elle aimait? Le garçon qu'elle connaissait?

"Aaron, qu'est-ce..."
"Pourquoi tu m'as caché que tu avais un cousin à Poudlard? la coupa-t-il. Pourquoi tu m'as menti?"

Il savait. Il avait beaucoup de choses qu'elle avait appris, dont il n'avait aucune idée, qu'il ne lui aurait jamais dite, et c'est par Shawn qu'elle les avaient apprises. Où était le mal? Pourquoi réagissait-il comme ça?

"Shawn ne voulait pas... Et puis, où est le problème? Il a parfaitement le droit d'y être, il a parfaitement le droit de ne pas avoir envie d'avoir l'ami de sa cousine sur le dos! Je ne vois pas en quoi c'est si catastrophique."

Elle ne voyait pas, vraiment pas pourquoi il réagissait comme cela. Son seul but avait été de l'aider, toujours.

Aaron FinniganPersonnage décédéavatar
Messages : 476

Voir le profil de l'utilisateur
Maïa reconnu sans problème être au courant pour Shawn, et avec le sourire, en plus! Aaron se sentit bouillir, comme elle admettait sa culpabilité sans même sourciller. Elle savait! Elle savait depuis le début, et elle n'avait rien dit, et, pire, elle trouvait ça parfaitement normal. Il ne compris pas. Maïa ne se serait jamais moqué de lui alors qu'il était si clairement en rogne. Aaron fut déstabilisé par son ton, et commença à se demander si elle savait quoi que ce soit des activités illicites de son cousin, si celui-ci n'avait pas menti en prétendant que le don de cheveux avait été volontaire. Mais malgré ses doutes, Aaron était en colère, et sa confusion ne le calma pas.

"Bien sûr, je suis connu pour être un stalker!"

Non, même si on explication tenait la route, même si Maïa ne savait pas que son cousin était dérangé... Mais Maïa savait forcément que Shawn était dérangé. C'était son cousin, et même s'il ne l'avait jamais vu jusque-là étant donné la grande famille de Maïa, Shawn détonnait encore plus au milieu des moldus qu'au sein de la communauté sorcière, qui regorgeait de gens étranges. Le Serdaigle devait cependant reconnaître que Maïa avait peut-être mis sa bizarrerie sur le compte de la sorcellerie. MAIS, car il semblait toujours y avoir des mais pour vous empêcher de penser en rond, il n'arrivait pas à croire qu'elle ait préféré lui cacher son cousin plutôt que lui donner l'explication de ses si nombreuses connaissances.

"Ca ne t'as pas traversé l'esprit deux minutes que je finirai par me demander d'où tu tenais toutes tes informations sur le monde magique?"

En même temps, ça ne lui avait pas traversé l'esprit non plus. D'abord, peut-être, parce qu'ils avaient beaucoup parlé durant les vacances de Pâques, tellement qu'Aaron ne savait plus trop ce qu'il lui avait dit. Ensuite, parce qu'en dépit de ses trop nombreuses connaissances, Maïa faisait toujours des gaffes et des contresens dans ses lettres. Et puis, peut-être n'avait-il pas mesuré l'étendue de ce qu'elle savait du fait de sa propre intégration au monde sorcier. En sept ans, il avait fini par se faire aux étrangetés qu'il croisait tous les jours, et que Maïa connaisse le nom des quatre balles de Quidditch ne l'avait pas fait hausser les sourcils. Enfin, il fallait bien avouer qu'il n'avait jamais imaginé qu'elle puisse lui cacher quoi que ce soit. Il l'avait toujours vue comme une gentille petite Poufsouffle, alors qu'elle avait un côté très Serpentard qui n'aurait pas déplu à Swann. Il était décidément toujours déçu par les filles qui l'entouraient. Un peu plus et ils deviendrait gay, c'était la mode, ces derniers temps.

Aaron hésita à lui lancer qu'il savait très bien pourquoi Shawn lui avait demandé de ne rien lui dire, mais attendit qu'elle réponde à la première vague d'accusations. Il ne voulait pas briser son amitié avec elle si brutalement. Il ne voulait pas avoir la confirmation de ses doutes. Pas tout de suite.


Sing me a song of a lad that is gone
Say, could that lad be I?
Merry of soul he sailed on a day
Over the sea to Skye
Billow and breeze, islands and seas
Mountains of rain and sun
All that was good, all that was fair
All that was me is gone

MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1131

Voir le profil de l'utilisateur

Maïa Fowledge, la "meilleure amie"

Qu'est-ce qui lui prenait? Pourquoi était-il aussi furieux? Oui, elle lui avait caché Shawn. Oui, elle lui avait menti. Mais cela ne nécéssitait vraiment pas une telle colère, colère qu'elle pouvait voir briller dans les yeux de son meilleur ami. Elle ne s'était jamais réellement disputée avec lui, auparavant. Oui, il leur arrivait de se chamailler, mais jamais jusqu'à ce mettre à crier l'un sur l'autre, jamais jusqu'au point où l'un d'entre eux perdait totalement le contrôle.
Et là, Aaron ne semblait pas en être très loin.
Elle ne comprenait pas. Vraiment pas. Pourquoi était-il venu, si c'était uniquement pour lui crier dessus, sur un sujet sur lequel ils auraient pu s'exprimer par lettres interposés? Il y avait quelque chose d'autre, ce n'était pas possible autrement.
Est-ce que... Non, ce n'était pas cela. Shawn le lui avait promis, ce qu'il faisait n'était pas dangereux, il n'y avait aucune raison que ce soit ce dont Aaron soit venu lui parler.
Elle tenta de prendre la parole lorsqu'il l'accusa d'un air borné de le prendre pour un stalker. Elle savait qu'il ne l'était pas, elle le connaissait, c'était son meilleur ami! Le garçon dont elle était amoureuse depuis qu'elle était enfant! Même si depuis qu'il était parti dans son Poudlard, elle avait l'impression d'être parfois face à un étranger, elle le connaissait mieux que la plupart des gens.
Mais là...

"Ca ne t'as pas traversé l'esprit deux minutes que je finirai par me demander d'où tu tenais toutes tes informations sur le monde magique?"

Elle mit quelques secondes à assimiler ses mots. C'était ça, le problème? Elle ne pouvait pas y croire. Il devait y avoir autre chose, Shawn devait avoir fait quelque chose qui l'ait vraiment affecté parce qu'il ne pouvait pas être furieux contre elle simplement parce qu'elle se renseignait sur le monde dans lequel il vivait.
Elle secoua la tête, incrédule, avant de planter ses yeux marrons dans les siens:

"Aaron, t'est mon meilleur ami! Est-ce que tu trouves ça complètement abberant que je puisse vouloir me renseigner sur le monde dans lequeltu vis, simplement parce que je veux mieux te comprendre?"

Et plus elle en lisait, plus elle se rendait compte que son Aaron, son meilleur ami, n'y avait pas sa place. Il n'était pas un sorcier, il était... Aaron. Il était le gamin avec qui elle avait regardé des séries étant enfant, le garçon avec qui elle avait joué plus jeune, le garçon dont elle était tombé amoureuse, l'adolescent qui voulait devenir informaticien, celui qui lui avait presque brisé le coeur lorsqu'il était revenu avec cette Swann... Mais ils avaient rompu. C'était Shawn qui lui avait appris. Et elle en avait été secrètement ravie. Swann faisait partie des choses qui retenaient Aaron dans leur monde, alors que sa place était avec eux.

"Alors oui, je t'ai menti sur Shawn, je t'ai caché que je me renseignait sur ton monde, mais je ne vois pas du tout pourquoi tu t'énerves autant!"

Elle fit quelques pas dans sa chambre, tentant de regagner son calme. Cela ne servait à rien de s'énerver. Ils allaient tous les deux se calmer, et ils finiraient par en rire. Parce qu'elle n'avait rien fait qui nécessite une telle fureur à son encontre.
Elle entendit quelqu'un toquer à la porte, et la voix de sa mère retentir dans la chambre.

"Maïa, j'ai monté des choses pour Aaron et toi, tu peux récupérer?"

Elle l'ouvrit, récupérant le lourd plateau que sa mère avait monté en la remerciant d'un sourire. Louisa lui jeta un drôle de regard, un de ceux qui lui demandait si tout se passait bien. Mais quand elle vit que la blonde n'avait aucune intention de lui dire ce qu'il se passait, elle haussa les épaules et referma la porte. Elle l'entendit s'éloigner en chantonnant tandis qu'elle déposait le plateau sur l'espace encore libre de son bureau. Sa mère faisait toujours cela, lorsqu'elle avait quelqu'un à la maison. Un grand plateau, des petits gâteaux, du jus de mangue. Maïa se demendait toujours comment Louisa faisait pour toujours avoir cela près, même quand rien n'était prévu. C'était un des grands mystères de sa mère, et elle avait fini par l'accepter comme tel.

Elle remplit deux verres, en tendit un à Aaron avant de se rasseoir sur son lit. Elle avait senti son regard sur elle tandis qu'elle discutait avec sa mère, et ne savait pas trop s'il s'était calmé. Sentant le silence pesant qui s'était installé, elle releva son visage, observant son meilleur ami:

"Aaron...Si c'est parce que je t'ai menti, je suis désolée, d'accord? Mais... plus j'en apprends, plus je me dit que ce n'est pas ta place, là-bas."

C'était ce qu'elle avait dit à Shawn. Qui lui avait dit avoir une solution.
Aaron FinniganPersonnage décédéavatar
Messages : 476

Voir le profil de l'utilisateur
Quelque chose clochait, c’était évident. Pourtant, Maïa réagissait normalement, pour autant qu’il puisse dire. Elle lui renvoyait son énervement à la figure, comme un parfait modèle d’honnêteté, offensée qu’il puisse croire à mal. Elle agissait comme elle l’avait toujours fait. Elle s’énervait parce qu’il avait sauté aux conclusions trop vite et elle lui prouvait qu’il avait tort. C’était dans l’ordre des choses, c’avait toujours été comme ça entre eux. Ils étaient honnêtes l’un envers l’autre, francs, têtus et parfois bornés. Pourtant non, ça n’allait pas. Aaron le sentait. Il y avait autre chose, quelque chose de plus.

« Et pourquoi tu ne m’as pas demandé à moi ? » dit-il, légèrement calmé mais toujours sur ses gardes.

C’était vrai, après tout. C’était ça qui clochait. Si la situation avait été inversée, il serait passé par elle, il aurait essayé d’en savoir un maximum. La seule raison qui l’aurait poussé à passer par quelqu’un d’autres aurait été quelque chose qu’il ne voulait pas qu’elle sache. Il se rappelait encore la fois où il avait du tirer les vers du nez à Mike pour savoir si oui ou non Maïa était sortie avec le bellâtre de service dans leur collège. Il n’avait pas osé le lui demander directement, et Mike l’avait charrié pendant des semaines après ça. Aujourd’hui, Maïa agissait pareil, sauf qu’il ne s’agissait pas d’une simple histoire de cœur, mais d’un monde entier.

La conversation fut interrompue par la mère de Maïa qui frappa à la porte, leur apportant comme toujours un plateau de sucreries. Le jeune homme se maudit silencieusement. Il avait été énervé et avait oublié ce détail avant de jeter son sort de silence. Il espéra que Maïa aurait la présence d’esprit de ne pas parler, sans quoi sa mère n’entendrait rien. Heureusement, son amie était trop absorbée par leur dispute pour faire causette et referma rapidement la porte.

Les prochains mots qu’elle prononça réveillèrent sa colère, et détournèrent le sujet. Ce n’est pas ta place. Ce n’est pas ta place. Maïa parlait comme Seamus, comme tout le monde ! Aaron n’eut même pas à réfléchir à ce qu’il allait dire, il explosa.

« Pas ma place ! Et qui es-tu pour juger où est ma place, hein ? De quel droit ? Depuis mes onze ans on me dicte où est ma place, on me serine que je suis un sorcier, que je fais partie de ce monde et plus du mien. On ne me demande pas mon avis, on me dit d’obéir parce qu’on sait mieux que moi. Et au moment où enfin je peux me décider, où je me rends compte de qui je suis réellement, tu viens mettre ton grain de sel et me dire d’autorité que je suis mieux chez les moldus ? Vous êtes tellement tous pareils ! »

Dégoûté, Aaron l’était. Moldus, sorciers, il n’y avait pas un monde pour rattraper l’autre, en vérité. Chacun croyait détenir la vérité absolue, le droit de citer, de passer par dessus l’autre, et quand les gens étaient pris entre deux feux, ils se battaient pour les revendiquer. Aaron en avait marre, il était fatigué. Il ne voulait plus s’entendre dire ce qu’il fallait faire, où il devait aller. Certes, les sorciers lui avaient forcé la main en le faisant venir à Poudlard, en le coupant de son monde toute l’année. Il n’avait pas vraiment eu le choix de devenir un sorcier, mais il l’était devenu quand même. Il avait réussi à passer par dessus les « et si » pour accepter le présent tel qu’il était, pour trouver sa place et avancer. Et voici que Miss Maïa prétendait tout renverser avec ses certitudes ? Non, il ne pouvait pas l’accepter.


Sing me a song of a lad that is gone
Say, could that lad be I?
Merry of soul he sailed on a day
Over the sea to Skye
Billow and breeze, islands and seas
Mountains of rain and sun
All that was good, all that was fair
All that was me is gone

MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1131

Voir le profil de l'utilisateur

Maïa Fowledge, la "meilleure amie"

" T'aurais réagi comment si je l'avais fait? "

C'était faux, comme raison. Elle savait qu'il lui aurait donné des informations sur le monde magique si elle l'avait demandé, simplement parce qu'elle avait senti, dans ses lettres, à quel point cela lui avait fait du bien de ne pas avoir à mentir. Mais elle savait qu'il ne lui aurait pas tout dit. Avec Shawn, elle avait pu tout découvrir, le garçon ne lui cachant rien. Il lui avait tout appris sur le Monde Magique, et surtout… Aaron lui avait menti, d'une certaine manière. Ce n'était pas par lui qu'elle avait appris qu'il avait rompu avec la pimbêche avec qui il sortait, ce n'était pas par sa bouche qu'elle savait qu'il était malheureux. Qu'est-ce qu'il voulait qu'elle fasse, lorsque lui-même ne lui disait pas la vérité?

Sa mère frappant à la porte arrêta leur discussion, leurs cris l'un contre l'autre. Elle n'avait jamais aimé se disputer avec Aaron, elle n'avait jamais aimé perdre son calme face à lui. Mais bornés et têtus comme ils l'étaient tous les deux, c'était parfois inévitable, même si, pour elle, rien n'avait jamais été aussi loin qu'à cet instant.

Elle se rassit à côté de lui, tentant de regagner un semblant de conversation normale, une conversation non entachée par les cris, par les disputes…
Mais rien ne l'avait préparé à l'explosion de rage qui suivit. Elle l'écouta parler, interdite, incapable de bouger alors qu'il continuait à déverser sa colère contre elle.
Sa dernière phrase la fit tout de même réagir.

" Je ne suis pas pareille aux autres, je m'inquiète pour toi, tu peux comprendre ça? "

Comment pouvait-il la mettre en face de tous ceux qui l'avaient arraché de sa famille, de ses amis, alors qu'il n'avait qu'onze ans? C'était parce qu'elle le connaissait qu'elle osait dire ce qu'elle disait, parce qu'elle savait pertinemment, de ce qu'elle avait appris, qu'Aaron n'avait pas sa place là-bas.

" Tu ne serais pas mieux chez les moldus, dit-elle en appuyant fortement sur le dernier mot. Tu viens d'ici! C'est pas toi qui voulais devenir informaticien, jusqu'à l'été dernier? Pas toi qui semblais toujours malheureux lorsqu'il fallait repartir? C'était pas toi… "

Elle s'arrêta, passant une main lasse devant ses yeux. Ce n'était pas censé se passer comme ça, ça n'avait jamais été censé se passer comme ça. Elle n'avait jamais voulu perdre l'estime et l'amitié d'Aaron juste pour quelque chose d'aussi stupide.
Elle se retourna vers lui, l'observant quelques instants. Il lui cachait quelque chose, tout comme elle le faisait, elle le sentait. C'était ça, la réelle raison pour laquelle il était venu, pas pour se disputer avec elle sur un sujet où ils savaient pertinemment qu'ils ne seraient pas d'accord.
Mais… Qu'est-ce que c'était, cette chose qu'il ne voulait pas lui dire? Cela devait être grave, cela devait avoir eu beaucoup de conséquences, pour qu'il soit aussi énervé, pour qu'il n'ose pas aborder le sujet de front…

Soudain, quelque chose la frappa. Non, ça ne pouvait pas être cela, cela ne pouvait pas être ce qu'elle avait demandé à Shawn de faire, cela ne pouvait pas être sa faute indirectement… Mais pourtant, cela expliquait tellement de chose: sa fureur pour ne rien lui avoir dit sur Shawn, sa fureur contre elle, contre sa connaissance du monde magique…
Mais non, c'était impossible, il lui avait promis que ce n'était pas dangereux, que ce qu'il faisait n'était que dans son intérêt…
Mais maintenant que l'idée avait fait son idée dans sa tête, elle ne parvenait pas à la retirer. Et cela lui faisait peur… Qu'avait-elle fait, réellement?

" Aaron… C'est quoi, la véritable raison pour laquelle tu es aussi énervé? "

Elle le regardait avec un air presque désespéré, priant pour qu'elle ne soit pas celle qu'elle pense. Elle ne savait pas tellement si elle pourrait s'en remettre, si elle l'avait réellement blessé…
Aaron FinniganPersonnage décédéavatar
Messages : 476

Voir le profil de l'utilisateur
Je ne suis pas pareille aux autres. Mais bien sûr, il allait y croire. Aaron était en colère, blessé, trahi. Parce que Maïa prétendait le comprendre, sauf qu'elle était moldue, elle ne pouvait pas. Elle disait être inquiète, et elle était probablement sincère, mais inquiète pour eux, pas pour lui. Elle avait décidé qu'Aaron devait partir, revenir vers elle, vers son monde. C'était compréhensible, mais elle n'avait aucun droit d'agir dans son dos, de ruiner sa vie comme elle l'avait fait. Ils avaient toujours été francs l'un envers l'autre - dans la mesure du possible. Il avait brisé le Secret pour pouvoir être encore plus honnête, et elle avait cru que cela lui donnait tous les pouvoirs, avait commencé à être mesquine au lieu de rester la franche Maïa qu'il connaissait.

"Si, c'était moi. C'était. Et quand bien même je serai encore malheureux, ce n'est pas à toi de décider pour moi où est ma place. Je suis assez grand pour le faire tout seul! Même si tu étais une experte en monde magique, ça ne te donnerait pas le droit de régenter ma vie. Tu réagirais comment toi, si j'arrivais en te disant que non, la musicologie à Aberystwyth, ce n'est certainement pas fait pour toi et que je décidais tout seul de te désincrire?"

Parce qu'au fond, c'était ce qu'elle méritait. Elle avait décidé de venir à Aber pour lui, et il ne voulait plus d'elle là-bas. Plus maintenant. Elle lui demanda alors pourquoi il était aussi énervé. Comme ça, pleine d'innocence, avec un regard qui ne payait pas de mine. Elle continuait de mentir. Hélas. Aaron, qui s'était tourné vers le bureau pour contenir sa colère, pivota de quelques degrés pour lui jeter un regard lourd de sens.

"Oh, ne fais pas l'innocente, je crois que tu le sais. Quelques mèches de cheveux par-ci, une potion par là... De quoi m'envoyer à l'infirmerie, me faire manger par des accromentules dans la Forêt Interdite, ou pourquoi pas... tomber amoureux de toi?"

Il avait parlé d'une voix atone tout le long, mais le rythme s'était accéléré, le ton était monté sur la fin. Si ça, ce n'était pas la preuve qu'elle avait été égoïste de A à Z, qu'elle n'avait pensé qu'à son bonheur et pas au sien!

"J'ai toujours été là pour te renseigner, j'ai violé une bonne dizaine de lois pour toi, et tu me remercies en me poignardant dans le dos!"


Sing me a song of a lad that is gone
Say, could that lad be I?
Merry of soul he sailed on a day
Over the sea to Skye
Billow and breeze, islands and seas
Mountains of rain and sun
All that was good, all that was fair
All that was me is gone

MétamorphomageMolduavatar
Messages : 1131

Voir le profil de l'utilisateur

Maïa Fowledge, la "meilleure amie"

Elle mit quelques secondes à assimiler ses mots. Il savait pour les cheveux qu'elle avait donné à Shawn, il savait ce qu'elle avait voulu faire. Mais... il avait été empoisonné. Empoisonné. Comment? Comment son cousin pouvait-il avoir fait quelque chose d'aussi dangereux, alors qu'il savait bien qu'elle l'aimait? Qu'elle voulait qu'il revienne vers elle, vers eux, vers son ancienne vie, qu'il n'aurait jamais du quitter?

" Je... "

Elle avait failli le tuer. Elle avait failli le tuer. Ces mots là tournaient dans sa tête, sans qu'elle puisse les comprendre.

" Tu crois vraiment que j'ai voulu te blesser volontairement? "

Elle avait chuchoté les mots. Ses yeux noisettes fixés sur lui, sans bouger, l'air complètement sonnée. Il pensait vraiment qu'elle avait fait ça?
Il la connaissait. Il savait qui elle était, et il pouvait tout de même penser cela?
Elle ne l'aurait pas fait comme cela, non. Si elle avait su, jamais, jamais elle n'aurait impliqué Shawn, jamais elle n'aurait fait quoi que ce soit qui puisse mettre la vie de son ami en danger. Elle l'aimait, elle en était amoureuse, et il le savait. Tous le savaient, dans leur petit groupe. Et elle était sûre que Mike, ou un autre, devait lui avoir dit. Alors pensait-il réellement qu'elle aurait voulu volontairement lui faire du mal?
Rien que l'idée lui retournait le cœur.
Et maintenant, qu'est-ce qu'il allait faire? Maïa ne le savait pas.

" Pourquoi tu n'as rien fait à l'époque, si violer des lois te dérangeait? ça fait des mois que je suis au courant de ce monde, Aaron. Des mois. Tu pensais vraiment que j'allais rester là sans rien faire? Alors que j'en avais le pouvoir? Alors non, je ne voulais pas que ça aille aussi loin. Non, je ne voulais pas t'empoisonner. Mais si tu attends que je m'excuse pour avoir voulu te faire sortir de là... Je ne le ferrai pas. Je suis peut-être une égoïste, tu peux peut-être me détester, mais ça ne change rien.Alors vas-y, dénonce-moi, respecte toutes ces lois que tu dis avoir violé. C'est ce que tu veux, non? "

Elle se détourna, les yeux légèrement brillants. Elle ne devait pas pleurer, elle n'en avait pas le droit. Parce que c'était de sa faute, tout ce qu'il lui était arrivé. C'était de sa faute si Aaron ne voulait plus la voir, de sa faute s'il s'était fait empoisonner, de sa faute. Sa faute. Elle ne pouvait plus se cacher derrière son ignorance, derrière Shawn, derrière quoi que ce soit.
Elle avait joué avec quelque chose qui la dépassait totalement. Malgré tout ce qu'elle avait lu, tout ce qu'elle savait, Maïa savait une chose. Elle ne comprendrait jamais le monde magique, même si elle essayait de toute ses forces. Mais elle l'avait cru. Elle avait cru que ses actions ne prêteraient pas à conséquences, que rien de fâcheux n'arriverait, que tout redeviendrait comme avant.
Qu'Aaron redeviendrait le garçon qu'elle avait connu, celui dont elle était tombée amoureuse, celui avec qui elle pouvait passer ses soirées à parler de choses et d'autres sans passer pour une folle.
Elle l'avait perdu. Définitivement.

" Qu'est-ce que tu attends, alors? J'ai failli te faire tuer, j'ai détruit ta vie, j'ai tout gâché... Pourquoi, pourquoi tu es encore là? "

Elle avait presque hurlé sur les derniers mots. Parce qu'elle ne pouvait pas le supporter. Elle ne pouvait pas supporter le fait qu'il soit là, alors qu'elle réalisait qu'elle avait tout détruit. Elle ne pouvait pas supporter le fait qu'il la voit détruite.
Maïa avait lu beaucoup de choses, mais elle n'avait pas la science infuse. Aaron irait voir les autorités, elle le savait. Ce qu'ils lui feraient, elle n'en avait aucune idée. Mais elle doutait fortement qu'ils lui veuillent du bien. Dans leur esprit, elle avait mit en danger leur monde, elle avait brisé le Secret qui les protégeaient.

Elle se détourna, refusant de croiser à nouveau son regard. Elle avait été égoïste, d'une certaine manière. Elle avait voulu qu'Aaron revienne, pour elle, pour eux. Mais ça avait été pour lui, aussi. Parce qu'elle le connaissait. Il verrait, un jour. Il comprendrait qu'elle avait eut raison.
Aaron FinniganPersonnage décédéavatar
Messages : 476

Voir le profil de l'utilisateur
Elle ne niait pas, constata douloureusement Aaron. Maïa ne niait pas, ne niait rien, elle l'admettait complètement. Il avait espéré que Shawn avait agit en douce, dans son dos, et qu'elle tomberait des nues lorsqu'il lui expliquerait. Mais elle ne niait pas. Elle savait, elle était complice, complice et volontaire. C'était dur à entendre, douloureux à admettre. Elle était comme les autres, elle voulait décider pour lui. Merlin, mais qu'avaient-ils donc tous avec ça? Qu'on le fasse quand il avait onze ans, il voulait bien le comprendre, mais il en avait 18, presque 19, par Merlin. Lui aurait réfléchi deux minutes, aurait été honnête envers elle, si la situation avait été inversé. Il lui aurait dit en bougonnant que c'était un monde de fous et qu'elle ferait mieux d'en sortir. Il n'aurait pas ourdi des plans machiavéliques à l'aide d'un cousin qui avait plus sa place à Ste Mangouste qu'à Poudlard!

Et elle en était fière, en plus! Elle ne s'excuserait pas, elle... elle jouait la carte de l'innocente fille malheureuse qui n'avait pas compris. Ou peut-être ne jouait-elle pas. Peut-être n'avait-elle vraiment pas compris l'ampleur de ses actes. Après tout, on parlait de magie, d'un truc potentiellement impossible, d'une chose qu'elle avait découverte récemment et jamais expérimenté. Elle n'avait sans doute pas réalisé, non. Et elle ne réaliserait jamais. Cette constatation frappa Aaron de plein fouet. Maïa était une moldue, après tout. La magie pour elle, c'était quelque chose d'abstrait. Elle n'en comprendrait jamais les enjeux, les conséquences. Il pourrait lui expliquer autant de fois qu'il le voulait - il voyait bien que ses parents étaient dépassés. Le Secret Magique avait une raison d'être, finalement. Et réaliser ça, après toutes ces années passées à rêver de pouvoir être soit même, d'arrêter de mentir, d'inventer, de dissimuler, ça faisait mal. Un mal de chien.

Aaron détestait avoir mal. Il était bouleversé, et il ne savait plus quoi croire. Maïa se sentait-elle vraiment mal, ou tentait-elle de l'attendrir? Réalisait-elle enfin ce qu'elle avait fait? S'il avait été calme, s'il avait réfléchi posément, comme il le faisait d'habitude en bon Serdaigle, peut-être aurait-il pu voir la détresse de son amie. Mais il était hors de lui, blessé, désemparé et furieux. Maïa s'était moquée de lui, avait agi en douce, avait été dangereuse, et ne comprendrait jamais. Bon sang, n'aurait-elle pas pu réfléchir deux minutes, se demander où elle mettait les pieds. Il n'y avait pas besoin d'être magicien pour se rendre compte que faire des philtres d'amour n'étaient pas sans danger - et pas honnêtes du tout! Il songea furtivement qu'elle aurait fait une parfaite petite Gryffondor, à agir sans réfléchir. Et elle avait tout gâché.

Insensible à la culpabilité qui habitait Maïa, Aaron transplana. Sans un autre mot, sans même prendre la précaution de sortir de la chambre. Il devait aller voir Seamus. Terminer ce cauchemar,  réparer ses erreurs - leurs erreurs. Tout à sa colère, il ne réalisa pas quelles conséquences et quels mensonges son geste allait avoir. Dans quelques minutes, il le saurait, et contrairement à Maïa, il ne pourrait pas oublier. Il porterait ce poids pour toujours, ce secret. Un de plus, un de moins... Ils n'étaient pas amis pour rien. Au final, moldu ou sorciers, ils n'avaient que 18 ans.

[RP Terminé]


Sing me a song of a lad that is gone
Say, could that lad be I?
Merry of soul he sailed on a day
Over the sea to Skye
Billow and breeze, islands and seas
Mountains of rain and sun
All that was good, all that was fair
All that was me is gone

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

There's truth in your lies [Maïa et Aaron]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» You are the truth, out screaming in this lies ♫ [ABANDONNE]
» Hidden Truth [ Partenariat ] Fermé
» Number One Contender for the LMDC Unified Tag Team Titles Zac Ericson & Carlito Vs R-Truth & Daniel Bryan
» R-Truth Vs Kane
» 03. How to make truth from lies.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Autres Horizons :: Ailleurs,-