AccueilAccueil  FAQFAQ  Où trouver...?  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

 Quelqu'un m'a dit... [Théo & Samaël]

Samaël SmithAncien personnageavatar
Messages : 1283

Voir le profil de l'utilisateur
23 juin 2007 très tard ou peut-être plutôt le 24 juin 2007 très tôt

Samaël vida son énième verre de whisky pur feu, il ne savait pas exactement combien de verres il avait bu mais il pouvait affirmer qu'au moins une bouteille avait été vidée peut-être plus finalement. Il posa son verre sur la table la plus proche et laissa son regard vagabonder dans la pièce, James et Ashley avaient fait du super boulot mais malgré cela, malgré le fait qu'il passait sa dernière soirée de fin d'année à Poudlard, malgré l'ambiance qu'il y avait il n'arrivait pas à profiter pleinement, il lui manquait quelque chose ou plutôt, il lui manquait quelqu'un. Ses yeux se posèrent justement sur lui, Théo Nott, plus beau que jamais malgré ses vêtements dépareillés. Il détourna le regard, c'était trop dur, il n'y arrivait pas, il n'arrivait pas à se faire à l'idée que c'était bel et bien terminé. Il n'y avait pas de retour en arrière possible. Avec tout ce qu'il avait dit, il comprenait parfaitement que Théo ne veuille plus le voir et ne veuille plus jamais entendre parler de lui.

Après la dispute dans le parc, il avait évité tous les endroits fréquentés habituellement pas Théo, il avait donc fui le dortoir, la salle commune, la bibliothèque et le parc. Il ne lui restait plus beaucoup d'endroit pour réviser mais au final, il n'en avait pas vraiment eu besoin. Il pensait avoir plutôt bien réussi ses épreuves et pourtant au départ ce n'était pas gagné d'avance. Il avait passé deux semaines à vivre l'enfer, à repasser en boucle sa dispute avec Théo, à la revivre, à se revoir dire des mots dénués de sens, des mots horribles et faux. L'idée d'aller s'excuser lui avait plus d'une fois traversée l'esprit mais il n'avait pas osé de peur de se faire rejeté et parfaitement conscient qu'il était impardonnable. Il avait donc passé deux semaines à culpabiliser, à se remettre en question. Il avait même perdu de sa confiance en lui un soir alors que Damien lui reprochait d'avoir laissé traîner un livre, il s'était surpris à bégayer comme avant. Il avait alors écarquillé les yeux d'horreur et avait fui le dortoir, depuis il n'avait plus ouvert la bouche, n'avait plus adressé un seul mot à personne, sauf lorsqu'il avait dû passer ses épreuves, il avait pris sur lui, énormément pour que le visage blessé de son amant ne vienne pas le perturber.

Il poussa un profond soupir avant de se passer une main un peu maladroite dans les cheveux pour cacher son trouble, il ne savait pas trop comment il s'était retrouvé avec ses chaussettes rouges, il ne savait pas non plus d'où venait son T-shirt bleu, il avait une image un peu flou d'Owen Brennan lui enlevant son haut mais ça s'arrêtait là. Il ne savait pas non plus d'où venait sa cravate verte, le seul point positif étant qu'il avait su garder son pantalon jaune. Il ne savait même plus d'où il avait sorti ce pantalon, il ne se rappelait pas d'avoir jamais eu de pantalons jaunes. Mais tout ceci n'avait pas vraiment d'importance au fond. Ça ne lui avait pas ramené Théo, ça ne lui avait pas donné le courage d'aller s'excuser, ça lui avait juste embrouillé l'esprit et il avait chaud. Trop chaud, beaucoup trop chaud, il lui fallait de l'air, il devait sortir d'ici, il n'en pouvait plus de le voir, de voir son corps parfait sans pouvoir l'approcher, son visage sans pouvoir le toucher, sa bouche sans pouvoir l'embrasser. Et pourtant même s'ils avaient été ensemble, il n'aurait pas pu l'embrasser, trop de monde. Il fallait préserver le secret mais ce n'était plus un problème, entre un secret un peu pénible, devoir se retenir en permanence et plus de Théo du tout, il y avait une différence et il en faisait l'amer expérience. Et il n'en pouvait plus, il voulait que tout redevienne comme avant ce jour maudit dans le parc.

Le Poufsouffle desserra légèrement sa cravate pour mieux respirer et sortit de la salle surpeuplée. Il croisa Victor Lloyd qui faisait une tête bizarre, comme s'il avait vu un fantôme, ce qui était fort possible d'ailleurs, il passa devant Brennan embrassant à pleine bouche une fille qu'il n'arriva pas à distinguer et arriva dans le couloir désert et silencieux du château. Il s'accola contre le mur le plus proche et inspira profondément l'air frais d'un soir ou d'un matin de fin juin. Dans quelques jours, il quitterait à tout jamais Poudlard, l'idée ne l'attristait pas autant qu'il l'aurait cru, après tout, il avait déjà plus ou moins fait ses adieux l'année passée. Pourtant, il s'était passé énormément de chose en un an, il y avait eu Olivia, la découverte de son homosexualité, Zach, la Laponie, quelques lettres échangées avec Jukka et il y avait eu Théo. Son cœur se serra à cette pensée. Une fois hors de l'école, il pouvait désormais être presque certain de ne pas revoir le jeune homme, sauf peut-être à l'université sur le campus d'Abermachin. Il n'arriverait sans doute jamais à le dire ni à l'écrire mais finalement ce n'était pas très important qui se souciait du nom exact de ce bled paumé du pays de Galle ? Certainement pas lui en tout cas.

Il entendit alors des éclats de voix et des rires, il comprit alors que quelqu'un sortait à son tour de la salle où avait lieu la fête, une étrange salle dont la porte avait disparue presque aussitôt après qu'il fut sortie. Il n'avait pas vraiment cherché à comprendre sur le moment, de toute manière, ce n'était pas comme si une salle de ce genre pourrait réellement lui être utile à l'avenir, lorsqu'il avait été avec Théo, oui, cette salle aurait été particulièrement intéressante mais maintenant plus vraiment. Samaël tourna alors la tête vers l'origine du bruit et donc l'entrée de la salle lorsque son regard croisa le sien. Son estomac se noua, sa bouche s’assécha et ses mains se firent glissantes. Il ouvrit la bouche comme pour parler mais la referma sans savoir quoi dire, il devait certainement ressemblé à un gros poisson hors de l'eau cherchant vainement de l'air. Il réussit néanmoins à sortir un mot qui se rapprocha plus du croassement qu'à un véritable son bien audible et parfaitement humain.

"Théo..."




Théo NottAncien personnageavatar
Messages : 968

Voir le profil de l'utilisateur
D'un geste malhabile, Théo rajusta le serre-tête écarlate qui lui ceignait la tête depuis le début de la soirée, et adressa un large sourire à la jeune fille qui se trouvait face à lui. Il n'avait pas la moindre idée de son prénom, de son âge ni même de sa maison, comme quoi il y avait encore des gens qu'il ne connaissait pas à Poudlard ! Elle était sympa en plus, ils avaient trinqué aux coeurs brisés, et elle lui avait raconté ses malheurs, et il avait gardé les siens pour lui. Théo avait beau être très saoul, il n'en restait pas moins suffisamment lucide pour se rappeler qu'il ne fallait pas qu'il expose ses secrets à la première venue. 

"Comment tu t'appelles au fait ?", s'enquit-il en scrutant son visage d'un air concentré, comme si la réponse se trouvait inscrite au milieu de son front. 

"Samantha, mais appelle-moi Sam !"

Théo, qui venait de porter son verre à ses lèvres, s'étouffa avec sa gorgée de whisky pur feu à l'entente de sa réponse et se crispa instinctivement. Sam, vraiment ? C'était une blague cruelle que lui faisait une puissance supérieure qu'il aurait offensé ? Théo avait passé absolument toute sa soirée à penser à Sam, l'autre Sam. Son Sam, il y pensait depuis deux semaines sans interruption, à l'unique exception de ses épreuves d'ASPIC durant lesquelles il avait heureusement réussi à se concentrer. Toute la soirée, il n'avait fait que boire comme un trou pour tenter d'oublier un peu sa tristesse lancinante, et cela avait fonctionné, à moitié. Il s'était comporté de façon très éloignée de ses habitudes, et en avait probablement surpris quelques uns avec son attitude joviale, pour ne pas dire amicale, voire déjantée. Théo avait adressé la parole à plus de personnes en une soirée qu'au cours de l'année toute entière, se surprenant même à déclencher de lui-même les discussions, et sans prêter attention à la naissance des personnes qu'il rencontrait. Il avait dansé sur les tubes les plus kitsch comme sur les slow romantiques, s'était prêté aux jeux d'alcool de mauvais goût, avait changé de vêtements quinze fois et avait fait toutes sortes de stupidité... Bref, il s'était beaucoup amusé et s'en voudrait probablement énormément au petit matin, ce qui était tout à fait nouveau pour lui, qui aimait tant garder le contrôle de lui-même et de son image... 

Pourtant, il avait fait tout cela sans jamais perdre Sam de son champ de vision ni perdre conscience de sa présence. Théo l'avait surveillé du coin de l'oeil toute la soirée, sans vraiment s'en rendre compte, espérant de toutes ses forces que quelque chose se passerait ce soir. C'était le moment, après les examens, alors que la pression se relâchait enfin et que leur dernière semaine à Poudlard s'amorçait. C'était maintenant où jamais, si Samaël voulait toujours de lui, il viendrait probablement le voir ce soir... Mais les heures passaient, et il ne venait pas, et Théo désespérait. Alors il avait essayé de l'oublier dans l'alcool, tout en tentant d'attirer son attention de toutes les façons possibles, sans le moindre succès... 

Ce fut justement un mouvement vers la porte qui attira son regard, et il reconnut l'objet de ses pensées qui s'apprêtait à quitter les lieux. Fronçant les sourcils, Théo s'empressa de reporter son attention sur l'adolescente face à lui.

"Enchanté Sam", répondit-il avec empressement. "Moi, c'est Théo... C'était sympa de te rencontrer, mais là, je dois y aller !"

"OK à plus Théo !"

Sans réfléchir une seconde de plus, Théo s'élança vers la sortie de la pièce, le coeur battant à tout rompre dans sa poitrine. Il ne pouvait pas le laisser partir, pas si tôt, alors qu'ils n'avaient pas échangé un mot de la soirée ! Ne voulait-il pas se réconcilier ? Samaël ne souffrait-il pas autant que lui souffrait, si fort qu'il sentait son coeur se briser chaque fois qu'il croisait son regard par inadvertance ? Était ce possible qu'il ne veuille vraiment plus de lui, que ça soit vraiment fini ? Si c'était le cas, Théo avait besoin de l'entendre. Il devait entendre que cet état amorphe et misérable dans lequel il se trouvait depuis leur dispute n'était pas temporaire, que ses remords allaient continuer à l'assaillir, qu'il allait rester plus seul que jamais. Il avait besoin d'entendre tout ça, décida-t-il en se glissant hors de la salle. Son regard tomba sur son ancien amant qui s'était appuyé contre un mur, et il s'immobilisa un instant pour le dévisager, prenant la mesure de tout ce qu'il avait perdu. Fermant les yeux brièvement, il inspira profondément pour tenter d'éclaircir ses pensées embrumées puis rejoint Samaël d'une démarche hésitante. Il avait l'impression d'avoir perdu le sens de l'équilibre, et ce n'était pas qu'une impression, d'ailleurs. Combien de verres avait-il bu ce soir, au juste ?

Bien plus que de raison, songea-t-il quand un frisson à l'entente de la voix de Samaël, qui disait son nom. Cette voix, elle lui avait tant manqué, et elle lui rappelait tant d'autres fois, d'autres fois où Sam avait dit son nom, dans d'autres circonstances plus heureuses... Impulsivement, Théo esquissa un geste pour saisir sa main mais s'interrompit en cours de route, et laissa retomber le bras le long de son corps, honteux. Quel bon cela ferait-il ? Leur problème n'était toujours pas résolu, Samaël ne voulait plus de lui, c'était assez clair. Et quand bien même il le voudrait, Théo ne pouvait toujours pas révéler son secret, alors autant ne pas se soumettre à la tentation pour rien. Autant se dire adieux, ici, maintenant, une bonne fois pour toutes. A cette pensée, Théo sentit sa gorge se serrer et il se mordit l'intérieur de la joue pour éviter de se faire submerger par les émotions. Tout était embrouillé dans sa tête, il n'avait conscience que d'une chose : il n'était pas prêt à lui dire au revoir. Il avait tellement envie de l'embrasser que s'en était presque douloureux de devoir maintenir cette distance entre eux... Alors comment aurait-pu lui dire au revoir ? Comment le laisser partir ?

"Tu me manques Sam", finit-il par lâcher d'un ton douloureux, baissant les yeux. "Je sais que c'est trop tard mais... tu me manques tant..."



Merci à Juliet
Samaël SmithAncien personnageavatar
Messages : 1283

Voir le profil de l'utilisateur
Samaël vit le geste réalisé par Théo, le bras tendu dans sa direction puis rapidement ramené près de son propriétaire. Il baissa la tête, il se sentait tellement mal, tellement honteux face au regard de son ancien amant. Deux semaines s'étaient écoulées et il se sentait aussi mal qu'après la dispute, peut-être même encore plus. Il aurait voulu être ailleurs pour ne pas avoir à affronter le regard de Théo et en même temps, il ne désirait pas être autre part. Il avait ardemment désiré une chance de pouvoir s'excuser sans imposer sa présence au jeune homme mais il avait toujours craint que Théo ne veuille plus jamais le revoir. Ce qu'il comprenait parfaitement bien, lui même se faisait horreur. Il ne cacha donc pas sa surprise lorsque le Poufsouffle lui avoua qu'il lui manquait, il releva vivement la tête, les yeux légèrement écarquillés. 

"Je... comment ? Enfin, je... pour... pourquoi ? Je... j'ai dit des choses affreuses, je... j'ai été horrible dans le parc... je ne... je... tu me manques aussi. Énormément..."  

Il observa un instant le jeune homme, ses vêtements dépareillés, son serre tête rouge, la peine facilement visible sur son visage. Pour le millième fois, il se maudit de l'avoir laissé filer, de l'avoir autant blessé, d'avoir été odieux à un tel point. Peut-être que Théo lui pardonnerait mais lui-même n'était pas prêt de le faire. Il se haïssait tellement d'avoir fait souffrir la personne à laquelle il tenait le plus, celle qui, il s'en rendait compte, lui permettait de vivre normalement. Sans lui, il n'était rien du tout, il n'était plus Samaël, il n'était plus que l'ombre de lui même, sans l'idée que Théo le soutenait, il n'avait plus rien de celui qu'il avait mis tant de temps à découvrir et qu'il continuait encore à apprivoiser. Et parfois, ce qu'il découvrait l'effrayait, il ne voulait pas devenir comme celui qu'il avait été dans le parc, il ne voulait pas que  le Sam qui avait osé utiliser la mort de ses parents pour marquer des points dans une dispute ne se remontre à nouveau. Il était hors de question qu'il devienne ainsi et il était certain que Théo l'aurait aidé, qu'il ne l'aurait pas laissé tombé mais il avait commis des erreurs et il était trop tard, beaucoup trop tard. 

"Je... Théo... je suis tellement désolé. Je... je ne voulais pas vraiment... pardon !"

Il baissa à nouveau la tête, il avait tellement à se faire pardonner mais avec Théo en face de lui, il ne voulait pas croire que c'était réellement trop tard, que c'était réellement fini. Il ne voulait pas que ce soit fini, il ne pourrait pas le supporter, il ne pourrait pas continuer à vivre comme ça. Il avait besoin de Théo, de son amour, de son soutien, de sa force, de sa fragilité, de ses doutes. Il avait besoin de tout ça, il avait envie de partager encore tellement de choses avec son ami, le premier, le meilleur, le seul qui avait vraiment compté. 

"Je... peut-être que... peut-être que tout n'est pas trop tard. Enfin, je veux dire... Théo, Samaël planta son regard dans celui du jeune homme. Je n'y arrive pas, c'est trop dur... je peux pas vivre sans toi. Je t'aime trop. Alors, peut-être que... peut-être qu'un petit secret, c'est rien du tout. En tout cas, mieux vaut ça que de vivre sans toi. Mais... mais je comprendrais que tu ne veuilles plus de moi. Ce... ce que j'ai dit dans le parc, c'était... c'était tellement immonde et tellement faux. Je... Théo..."

Sam avala sa salive, il avait le coeur battant à tout rompre, l'estomac noué, les mains moites et il avait la trouille. Peur que Théo le rejette, peur de ce que ça signifierait, peur de ce qu'il serait capable de faire s'il se retrouvait seul au monde, sans Théo à ses côtés, sans ses regards bizarre qui le faisait sentir comme un gamin en faute, sans ses regards amoureux, sans ses regards songeurs, espiègles, remplis de désir. Il n'osait même pas imaginer une vie comme celle là parce que ce ne serait pas une vie, pas pour lui. 

"Je t'aime"




Théo NottAncien personnageavatar
Messages : 968

Voir le profil de l'utilisateur
Théo leva un sourcil étonné quand Samaël lui demanda pourquoi il lui manquait. Etait-ce donc si surprenant ? Théo ne lui avait-il pas suffisamment prouvé ses sentiments, qui lui semblaient évidents, à lui ? Il avait l'impression que c'était inscrit au beau milieu de son front tant la présence de Samaël avait tendance à le transfigurer. Plus détendu, plus ouvert et souriant, Théo était de bien meilleure compagnie quand Sam était dans les parages, quand bien même il était également sur ses gardes. Ne voyait-il pas cela ? Ne voyait-il pas comme il changeait, grâce à lui ? Oui, grâce àl lui, car Théo aimait ce qu'il devenait au contact de Sam, malgré ce qu'il avait pu dire au parc deux semaines plus tôt. Il se sentait beaucoup plus heureux avec Sam auprès de lui, et sa peur d'être découvert ne remettait pas cela en cause. Il avait cru que Sam l'avait saisi, mais ce n'était visiblement pas le cas... Ne comprenait-il pas qu'il était bien trop important pour lui pour laisser quelques paroles malheureuses se mettre en travers de leur histoire ? 

Théo ne répondit pas, cependant, car Sam semblait surtout en vouloir à lui-même. Ce fut du moins ce que Théo déduisit de ses excuses un peu décousues. Théo sentit son corps se détendre sensiblement quand il entendit enfin les mots qu'il attendait désespérément depuis leur dispute. Peut-être qu'un petit secret, Sam pourrait s'en accommoder, tout compte fait... Il ferma brièvement les yeux, tandis que le soulagement et l'incrédulité se battaient en duel dans sa tête, comme il avait du mal à y croire. Esquissant un demi-sourire, il le laissa terminer en tentant tant bien que mal de réfléchir. Ce n'était pas vraiment une victoire, au fond. Théo aurait aimé qu'il lui dise qu'il le comprenait, que c'était normal qu'il veuille garder le secret, qu'il n'attendait pas cela de lui... Mais Théo savait trop bien à quel point le secret pesait à son amant, et que ce serait le cas jusqu'à ce qu'il soit levé. Il appréciait donc l'effort, c'était déjà beaucoup. Sam ne lui en voulait plus, il l'aimait et il se résignait à garder le secret, c'était tout ce qu'il avait besoin d'entendre...

Au "je t'aime" de Sam, son sourire se fit plus franc et il s'autorisa enfin à faire ce dont il rêvait depuis deux longues semaines. Oublieux de tout ce qui l'entourait, et surtout de l'endroit où il se trouvait, Théo franchit la distance qui les séparait et captura les lèvres de Sam avec fièvre, glissant une main dans ses cheveux et l'autre sur sa taille. Se laissant totalement envahit par les sensations qu'il éprouvait, Théo tenta de faire passer tout ce qu'il ressentait à travers ce baiser. Sa joie et son soulagement de le retrouver, son amour, son désir, ses regrets, la tristesse qui ne l'avait pas quitté depuis leur dispute. A cet instant, étourdi par leur échange et par de trop nombreux verres d'alcool, plus rien ne comptait pour lui à part Samaël dans ses bras, si bien qu'il ne réagit pas instantanément quand il entendit la porte de la salle de la soirée s'ouvrir un peu plus loin. Mettant fin à leur étreinte en douceur, il dévisagea Sam avec tendresse pendant une seconde avant de s'écarter pour de bon. Théo jeta un coup d'oeil rapide à la malheureuse personne qui avait eu l'idée regrettable d'aller aux toilettes ou se coucher au mauvais moment et l'identifia, pour pouvoir aller la menacer de mort plus tard. Puis, comme l'intrus s'éloignait, il reporta son attention sur son amant. Lui aussi avait des choses à dire...

"Je ne pensais pas ce que j'ai dis au parc, pas un mot. J'étais juste blessé et... J'ai été con. Je suis tellement désolé Sam, j'espère que tu pourras me pardonner. Pour ma part, c'est déjà fait."

Après un instant d'hésitation, il ajouta :

"Cela dit, j'espère vraiment que tu n'as pas cette image de moi mais si c'est le cas, je ferai tout pour la changer."

Après avoir vérifié qu'ils étaient bien seuls, il se rapprocha à nouveau de Sam et posa sur lui un regard intense, sentant son rythme cardiaque s'emballer alors qu'il prenait la mesure de ce qu'il allait dire. Une fois encore, il avait peur, mais il ne reculerait pas, c'était la bonne chose à faire. Avec une date-butoir, il serait obligé de faire face à la situation un jour ou l'autre... Alors il prit son courage à deux mains et affirma d'un ton grave :

"Donne moi un an. D'ici un an, notre relation aura été révélée au grand jour, d'une façon ou d'une autre. C'est une promesse."



Merci à Juliet
Samaël SmithAncien personnageavatar
Messages : 1283

Voir le profil de l'utilisateur
Samaël vit le sourire de Théo et il sentit un certain soulagement s'emparer de lui. Il ne savait pas à quoi il s'était attendu après sa déclaration mais pas à ça. Il ne s'attendait pas à ce que Théo lui pardonne si facilement, il ne s'attendait pas à sentir ses lèvres sur les siennes, l'une de ses mains dans ses cheveux et l'autre sur sa taille. Sam se laissa faire, approfondissant le baiser, savourant cet instant, cette étreinte échangée après deux longues semaines sans avoir partagé quoi que ce soit. 

Il fut submergé par les émotions, l'amour qu'il ressentait, la joie d'avoir retrouvé son Théo, la tristesse qu'il avait ressenti pendant deux semaines, la peur de l'avoir perdu pour toujours et la gratitude pour lui offrir une seconde chance. Son coeur se serra légèrement lorsque son amant se recula mais le regard rempli de tendresse que lui adressa son petit-ami le rassura aussitôt. Il n'allait pas fuir cette fois-ci, il allait assumer pleinement les conséquences de ses paroles et profiter du pardon de Théo. 

Ce dernier s'excusa d'ailleurs pour ses mots au parc, Samaël eut envie de lui répliquer qu'il n'avait pas été en tort que ce n'était pas sa faute, que c'était lui qui n'avait pas compris, qui n'avait pas voulu comprendre, qui s'était montré têtu et borné et qui n'avait pas voulu écouter, préférant rester sur ses positions en faisant abstraction des sentiments de son amant. Et il se rendit réellement compte à quel point, il l'avait blessé lorsqu'il lui avoua espérer ne pas être comme il l'avait décrit, car dans ce cas, il ferait tout pour changer mais Théo n'avait pas besoin de changer plus, il avait déjà énormément changé pour lui, il avait déjà énormément évolué, comment pourrait-il lui en demander plus ? Du moins, pour l'instant. 

Il vit alors Théo vérifier autour de lui qu'il n'y avait personne et se rapprocher de lui, il pouvait sentir son souffle chaud sur sa joue, il allait réduire la distance qui les séparait à néant lorsque la voix de Théo le stoppa net. Il venait réellement de proposer une date butoir ? Samaël regarda son amant les yeux écarquillés. 

"Théo... Tu es sûr de toi ? Je veux dire, j'apprécie énormément mais il ne faut pas que tu te sentes forcé. J'attendrais le temps qu'il faudra tu sais. J'ai compris que de toute façon, je ne pouvais pas vivre sans toi. Et puis, tu n'as rien à te faire pardonner. C'est moi, j'ai agi bêtement, je t'ai reproché des choses fausses et injustes. J'ai exigé de toi des choses que je n'aurais pas dû. Si tu ne te sens pas prêt, je comprends, j'attendrais, je ne te reproche rien, je veux juste que tu sois heureux. Et tu n'as pas besoin de changer, ce que j'ai dit dans le parc était faux, j'étais blessé aussi je crois et sur le moment, je ne sais pas ce qui m'a pris. Tu as déjà énormément changé Théo, qui suis-je pour te dire qui tu dois devenir et ce que tu dois faire ? Je ne veux pas que tu deviennes ce que tu n'es pas, juste parce que quelqu'un t'aura dit que tu n'es pas assez bien pour lui. Je t'aime comme tu es."

Il esquissa un léger sourire timide, il ne voulait pas que Théo se sente obligé de quoi que ce soit, il ne voulait plus de tension entre eux, il voulait juste profiter de son petit-ami. Il mit un terme à la distance qui le séparer du Poiufsouffle et l'embrassa passionnément avant de se reculer doucement. 

"Je ne sais pas ce que tu as prévu pour la fin de ta soirée mais peut-être qu'on pourrait se trouver un coin tranquille pour... discuter à l'abri des oreilles indiscrètes."

Un sourire mutin vint éclairer son visage alors qu'il posait à nouveau ses lèvres sur celles de Théo.




Théo NottAncien personnageavatar
Messages : 968

Voir le profil de l'utilisateur
Théo fut un peu surpris d'entendre Samaël remettre en doute sa promesse, assurant qu'il ne devait pas se sentir forcé. Finalement, cette dispute les avait fait évoluer tout les deux, réalisa-t-il en esquissant un sourire de gratitude, alors que Samaël lui disait exactement ce qu'il rêvait d'entendre depuis leur dispute. Théo hocha la tête et garda le silence un instant, la gorge serrée par l'émotion, avant de répondre :

"Oui, je suis sur. Pour moi, j'aurai besoin de le faire un jour ou l'autre, je ne veux pas vivre comme ça toute ma vie. Et puis... on n'a pas de honte à avoir, après tout. Si Artémis et moi on a compris ça, peut-être que d'autres pourront le faire. Peut-être que d'autres m'aimeront comme je suis", conclut-il en un murmure.

Il secoua légèrement la tête, agacé par son optimisme écoeurant qui disparaîtrait probablement dès le réveil. Ce n'était pas un bon moment pour prendre des décisions importantes ou pour réfléchir à ce genre de choses, réalisa-t-il, saisi d'un léger vertige. Il avait vraiment trop bu pour faire fonctionner son cerveau. Heureusement, la discussion touchait à sa fin puisque Samaël semblait avoir d'autres idées en tête, qui n'étaient pas pour déplaire à son petit-ami. Théo lui rendit son baiser avec plaisir, retrouvant avec délice les sensations qu'il éprouvait à son contact et qui lui avaient tant manqué. Non, il n'y avait vraiment pas à avoir honte, songea-t-il tandis que Samaël lui proposait de rejoindre un coin plus tranquille. Son père haïssait ce qu'il ne connaissait pas, voilà tout, mais s'il avait connu ce que c'était que d'être aimé comme l'aimait Samaël, d'éprouver ce qu'il éprouvait, il n'aurait pas pu le détester, garçon ou pas. Le monde moldu, c'était encore différent, car l'influence que la fréquentation des moldus avaient sur leur propre culture était nettement palpable. Mais quel mal y avait-il à aimer quelqu'un ? Comment pourrait-on le juger pour cela ? Lui, en tout cas, rendait les armes. Ces quelques jours sans Sam avaient été trop terrifiants pour qu'il puisse s'imaginer un jour revenir en arrière, à l'époque où il ne savait pas vraiment qui il était, ce qu'il voulait. Ses rêves, ses espoirs et ses aspirations avaient changé, et recevoir l'aval et l'admiration de la noblesse sorcière n'en faisait plus partie. Appartenir à ce monde, cette élite, c'était bien pâle, en comparaison avec ce qu'il vivait là.

"Je ne prévoyais rien d'autre", répondit-il quand ils se séparèrent. "J'ai toutes mes couleurs de toute façon, je peux partir !"

Il rit de sa propre tenue, conscient qu'il devait avoir l'air bien pathétique avec ses vêtements dépareillés, son serre-tête piqué à Juliet et son visage rougi aux yeux brillants, bien loin de son apparence habituelle. Mais son état alcoolisé était beaucoup plus agréable maintenant qu'il allait pouvoir en profiter auprès de Samaël plutôt qu'à penser à lui, seul, de son côté. Glissant sa main dans celle de son amant, il l'entraîna loin de la pièce secrète dans laquelle se déroulait la fête, peu désireux de se faire surprendre à nouveau. Il avait des idées bien trop inavouables en tête pour se montrer prudent, ce soir.

"Rappelle-moi que j'ai des menaces à faire demain. C'est moi qui ait été un peu téméraire, cette fois, désolé..."

Quelques couloirs plus loin, ils passèrent devant un placard à balai et Théo décida que cela ferait parfaitement l'affaire. Bien sûr, le dortoir serait plus confortable mais il était peut-être déjà occupé par Damien et Paige ou, largement plus traumatisant, par Jack et Katy... N'ayant aucune envie d'attendre plus longtemps, Théo désigna l'endroit à Samaël et l'attira à l'intérieur en le tirant par son t-shirt bleu Serdaigle. Il lui allait bien d'ailleurs, songea Théo avec bonne humeur, cela faisait ressortir la couleur de ses yeux. Il faudrait qu'il lui offre des t-shirts bleus...

"Je t'aime, Samaël", souffla-t-il avant de refermer la porte sur eux, et de poser ses lèvres sur les siennes.

RP Terminé



Merci à Juliet
Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Quelqu'un m'a dit... [Théo & Samaël]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Apparition (LIBRE mais quelqu'un pitié ^^")
» Une renommé qui fait noyer quelqu'un
» [PV] Cherche quelqu'un pour s'excuser [PV]
» Un nouveau depart [avec Ryu Shingen, si quelqu'un veut nous rejoindre il peut]
» Présentation de quelqu'un pas tres adroit

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aresto Momentum :: Poudlard :: Etages et couloirs, :: Couloirs,-